Amérique Latine Recherche et Réservation de Billet d'avion Voyage en Amérique Latine
Billet d'avion

Voyages


Services utiles
Sitio en español
Guides de Voyages
Meteo Vacances
Vols dégriffés
Billet avion
Calendrier Vacances
Galerie Photos
Forum Voyage
Annuaire Téléphone
Annuaire Latino

Americas Infos
Infos Voyages
Choisissez le pays de la destination souhaitée

Sites à voir

Statistiques
statistiques
Hit-Parade

Mexique : infos voyage


Drapeau Mexique

Mexique


Carte Mexique

Sécurité

Avertissement concernant la drogue :

La législation relative à la consommation de stupéfiants est très sévère. Au Mexique, les peines encourues pour trafic, achat, vente et fourniture de drogues, quel que soit le type de stupéfiant, vont de 10 à 25 ans de prison, avec une amende minimum de 3445 pesos mexicains et pouvant atteindre un montant de 17225 pesos (de 2300 à 11400 FF).

La plus grande prudence est donc recommandée: ne jamais prendre en charge un paquet ou une valise pour rendre service, vérifier que les étiquettes apposées sur les billets correspondent bien à celles collées sur les bagages, éviter les fréquentations douteuses, ne jamais accepter le prêt d'un véhicule de la part d'une personne peu ou pas connue (tout conducteur peut être tenu responsable de ce que contient le véhicule qu'il conduit). Certains médicaments que l'on se procure en France ainsi que les seringues peuvent éveiller les soupçons: conserver les emballages d'origine et les ordonnances et, pour les seringues, le certificat médical justificatif.
Pour les délits liés au trafic de drogue, il n'y a pas de libération sous caution.

L'insécurité au Mexique, due à la délinquance, connaît une recrudescence très sensible ces dernières années mais, le pays étant immense, l'intensité et la fréquence des actes de violence signalés diffèrent d'une région à l'autre, les risques étant accrus dans la capitale et certaines grandes villes telles que Tijuana (Basse Californie du Nord) et Ciudad Juarez (Etat de Chihuahua). Les agressions et les enlèvements de Mexicains ou d'étrangers, quel que soit leur statut (hommes d'affaires ou diplomates), sont fréquents.
Les sites touristiques font généralement l'objet d'une surveillance particulière de la part des autorités locales. D'une manière générale, il est recommandé de se conformer aux conseils de sécurité suivants :

en bord de mer, éviter les plages désertes de jour comme de nuit.
laisser bijoux et objets de valeur dans le coffre fort de l'hôtel ou en lieu sûr et ne pas porter de vêtements de marque.
Faire des photocopies du passeport et du F.M.E. ( formulaire délivré à l'entrée du territoire) ainsi que du billet de retour.
Faire particulièrement attention aux objets personnels dans les transports en commun à cause des nombreux pickpockets.
Les femmes doivent éviter de porter des tenues trop légères pouvant être considérées comme provocantes. Elles doivent éviter de visiter seules les sites archéologiques et les parcs naturels peu fréquentés, les réserves écologiques ou les jardins publics isolés.
en voyage, n'emporter que les sommes d'argent ou les cartes de crédit strictement nécessaires. Avoir toujours à portée de main une vingtaine de dollars afin de pouvoir donner satisfaction à un éventuel agresseur.
en cas d'agression, n'opposer aucune résistance, remettre argent et valeurs aux agresseurs qui sont presque toujours armés.
lors de retrait d'argent à un guichet automatique, surveiller l'entourage immédiat. Etre accompagné et procéder au retrait de préférence à l'intérieur d'une banque ou d'un centre commercial.
Faire une copie de la carte de crédit afin de pouvoir la faire annuler rapidement en cas de vol.
Consigner numéros de chèques de voyage, les achats par cartes de crédit et les coordonnées de l'assurance et du contrat correspondant.
Une fraude massive sur les cartes bancaires ayant été constatée en 1999, il est recommandé de les utiliser avec la plus grande précaution.
éviter de se promener dans les rues et les quartiers isolés ou mal fréquentés. Ne pas s'attarder la nuit dans les bars, surtout lorsque l'on est seul.
Eviter les zones à risques, notamment les faubourgs deshérités des villes, les villages reculés, les pistes peu fréquentées.
exclure le camping sauvage quelle que soit la région, y compris dans les véhicules aménagés à cet effet ainsi que les camps de camping non gardés.
en voiture, verrouiller portes et fenêtres. Ne laisser aucun objet apparent sur les sièges. Ne circuler jamais de nuit car les risques d'accidents (ainsi que d'agressions) sont accrus, les obstacles étant moins visibles (chaussées endommagées, véhicules mal éclairés, bétail errant).
Faire preuve de la plus grande prudence sur certains axes routiers, surtout en voiture particulière, notamment dans la région d'Oaxaca, car il arrive que des bandits y tendent des embuscades. Emprunter autant que possible les axes routiers à péage et éviter les raccourcis peu fréquentés. Ne jamais prendre d'auto-stoppeur.
se conformer aux circuits touristiques traditionnels recommandés dans les guides, par les hôtels ou les agences de voyages. En dehors des stations balnéaires de réputation internationale, éviter de voyager dans l'Etat de Guerrero, en raison de violences endémiques.
avant le départ pour une quelconque destination, recueillir des renseignements relatifs à la sécurité auprès des autochtones et tenir compte de leurs éventuels conseils de prudence. Confier son itinéraire à un proche ou à un contact local et lui donner fréquemment des nouvelles.
ne jamais communiquer à un inconnu ses coordonnées personnelles ou celles de sa famille. Ce pourrait être un moyen pour lui de faire croire à vos proches que vous êtes en danger, accidenté ou emprisonné pour leur soutirer de l'argent. De même, ne conservez aucune photographie personnelle sur vous, qui pourrait servir à alimenter un chantage en cas d'enlèvement. Se méfier des inconnus empressés qui proposeraient de vous faire visiter des lieux inédits.
Faire particulièrement attention aux chauffeurs de taxi qui peuvent être complices de malfaiteurs. A l'aéroport, il convient de n'emprunter que les taxis autorisés de couleur jaune et blanche avec un avion dessiné sur la porte (la course est réglée à l'avance à un guichet spécial de l'aéroport). En ville, il est vivement déconseillé d'héler un taxi au hasard et d'emprunter les taxis libres (à Mexico, il s'agit souvent de Coccinelles Volkswagen de couleur verte ou jaune avec le numéro d'immatriculation commençant par "L" répété sur la carrosserie). Il est préférable d'avoir recours aux taxis dans les stations (numéro d'immatriculation commençant par "S" et répété sur la carrosserie) ou de les faire appeler depuis la réception de l'hôtel ou du restaurant.
Avant de photographier des enfants ou des personnes, il est recommandé, tant par courtoisie que par respect, de s'assurer de l'accord des intéressés.
Le tourisme dans le Chiapas est possible. Les voyageurs doivent être conscients de la spécificité de la situation politique dans cette région.

Pendant la saison des pluies (mi-avril à fin octobre), les côtes du Mexique peuvent être battues par des cyclones. La plus grande prudence est recommandée tant sur le littoral atlantique que pacifique et les régions avoisinantes. Il convient de se conformer strictement aux avis et recommandations des autorités compétentes, généralement repris par les media et les établissements hôteliers.

Sites internet :

- météo : http://smn.cna.gob.mx
- désastres naturels : http://www.cenapred.unam.mx

Les plages sont souvent dangereuses au Mexique et très rarement surveillées par des maîtres-nageurs ou des sauveteurs. Hormis les côtes du Quintana Roo sur la mer des Caraïbes, la mer peut être dangereuse. Eviter les plages désertes ou non surveillées, à cause de la présence de courants et de lames de fond. Plus précisément, à Cancun, les plages très dangereuses se situent entre l'hôtel Hilton et le Club Med' - playa (plage) Delfin - ainsi qu'au lieu dit "Mirador". Il est fortement déconseillé (même aux nageurs expérimentés) de s'y baigner : pourcentage élevé de noyades en raison de courants sous-marins non visibles à l'oeil nu. Sur l'Océan Pacifique, les vagues peuvent aisément déstabiliser les nageurs, même les plus émérites et il est fortement déconseillé de faire de la plongée en solitaire (de nombreux décès par noyades sont signalés chaque année).
Navigation de plaisance: Les eaux mexicaines étant réputées pour être un lieu de passage privilégié pour le trafic de drogue entre l'Amérique du sud et les Etats-Unis, les plaisanciers qui souhaitent naviguer au large de ces côtes doivent rester vigilants et ne prendre à bord que des personnes connues. Ils est également recommandé d'éviter de transporter pour des tiers des paquets ou des valises.

Tremblements de terre :

L'activité sismique est permanente au Mexique. Toutefois, depuis quelques mois, elle s'intensifie, en particulier sur la côte pacifique (Etats du Guerrero, de Oaxaca et du Chiapas).
La force de ces tremblements de terre est très variable et il est possible d'en obtenir la liste avec les indications suivantes : - jour - heure - latitude et longitude - profondeur - magnitude zone
sur le site internet du "servicio sismologico nacional" (service sismologique du Mexique) :
http://www.ssn.unam.mx

En cas de séisme, voici les conseils de la protection civile mexicaine (qui sont affichées dans tous les bâtiments recevant du public) :

gardez votre calme
éliminez les sources d'incendie
écartez-vous des fenêtres et des objets qui peuvent tomber
n'utilisez pas les ascenseurs
placez-vous dans une zone de sécurité (sous une table, encadrement de porte...)
repérez auparavant les voies d'évacuation (issues de secours)
si un tremblement de terre se produisait lors d'un séjour touristique, il est recommandé de prendre immédiatement contact avec vos familles et vos proches, afin de les rassurer sur votre sort ou, le cas échéant, en cas de problème de communication avec l'extérieur, de prendre l'attache de l'Ambassade de France au Mexique.
Vous pouvez également trouver la carte des zones plus ou moins soumises aux mouvements telluriques, en fonction de la nature du sol (rocheux ou non).
Le consulat vous conseille également d'avoir toujours à portée de main, un sac contenant les produits de première nécessité : eau, nourriture, couverture, radio, lampe-torche, vêtements chauds.
Pour un complément d'informations, vous pouvez consulter la fiche-réflexe relative aux séismes sur ce même site, à partir de la rubrique "à savoir".

Tout ressortissant français, surtout s'il voyage seul, est invité à se faire connaître du consulat général de France à Mexico.

Numéros utiles

Consulat Général de France à Mexico : 52.82.98.40. Fax : 52.82.98.58.
Permanence: 52.82.97.07 ou 54.06.86.64.
Consuls honoraires en province :

  • Acapulco: M. Xavier Destribats. (74) 69.12.34, télécopie: (74) 84.51.03.
  • Cancun : M. Norbert Grinbaum. (98) 84.70.22 (tél. et fax).
  • Guadalajara: Mme Miriam Vachez. (3) 616.55.16.(tél. et fax).
  • La Paz: Mme Suzanne Mahieux. (112) 216.20. (tél. et fax).
  • Mazatlan: M. Sergio Escutia. (69) 85.12.28. Fax: (69) 81.33.48.
  • Merida: Mme Guadalupe de Mendez Baeza. (99) 25.22.91 (tél et fax).
  • Monterrey: M. Virgilio Garza. (8) 336.44.98. Fax: (8) 338.81.50.
  • Morelia: M. Jean Jaubert. (43) 12.24.79. Fax: (43) 12.31.77.
  • Oaxaca: Mme Angeles Martinez Arnaud: (951) 399.44. Fax: (951) 435.94.
  • Puebla: M. Paul Richert. (22) 40.39.88 et (22) 37.15.95. Fax : (22) 43.67.54.
  • Queretaro: M. Paul Jacques. (42) 25.36.25 et (42) 25.36.26 (Tél et fax).
  • San Luis Potosi: M. Constantino Villalobos. (48) 12.29.68. Fax: (48) 12.59.40.
  • Tijuana: M. Fernando Padilla Fitch. (66) 85.71.72. Fax: (66) 85.77.35.
  • Torreon: M. Christian Collier de la Marlière. (17) 19.11.19. Fax: (17) 19.25.88.
  • Veracruz: M. Felipe R. Rio Garcia. (29) 37.02.60 (tél et fax).
  • Villahermosa: M. Patrick Dal-Molin. (93) 14.02.59 (tél et fax).
  • Zacatecas et Aguascalientes: M. Jacek Zaniewicki. (492) 306.77. Fax: (492) 355.98.

Adresses des représentations diplomatiques et consulaires françaises à l'étranger

Formalités

Passeport obligatoire dont la validité doit être d'au moins six mois supérieure à la durée du séjour prévue. Pas de visa exigé pour une durée de séjour de trois mois maximum, exceptionnellement 180 jours (sauf pour les ressortissants d'outre-mer, pour qui la durée de séjour autorisée est de trente jours). Aucune activité, rémunérée ou bénévole, n'est autorisée avec ce type de visa.
Les personnes souhaitant se rendre au Mexique, au titre d'O.N.G., observateur des droits de l'homme, doivent obtenir avant le départ un visa à solliciter auprès de la section consulaire de l'ambassade du Mexique à Paris. Veiller aux délais d'obtention.
A l'arrivée, un formulaire appelé F.M.E. doit être rempli. Visé par les autorités migratoires, il comporte l'indication de la durée du séjour et n'est prorogeable qu'une seule fois, pour 90 jours. Ce document doit être conservé et remis à l'immigration à la sortie du territoire ou à la compagnie aérienne. Etant donné qu'il doit également être présenté lors de tout contrôle à l'intérieur du pays conjointement avec le passeport, il est prudent de faire une photocopie des deux documents.
Il est impératif de disposer, pour tout voyage au Mexique, d'une assurance-santé et, le cas échéant, rapatriement : dans la mesure où l'assurance-santé exclut certaines maladies qui affectent le voyageur (hémophilie, par exemple), il est indispensable soit de changer d'assureur, soit de renoncer à son voyage.
En effet, il n'existe que trois pôles sanitaires : Mexico, Guadalajara et Monterrey. Les frais de rapatriement sur l'un d'entre eux sont très dispendieux (de 2000 à 5000 dollars us). Les pôles sanitaires peuvent être saturés, entraînant une évacuation médicalisée aux Etats-Unis. La concurrence commerciale de la médecine et de l'hospitalisation privées est ténue, laissant libre cours à des ententes tarifaires hors de toute norme.

Pour de plus amples informations, prendre contact avec l'Ambassade du Mexique à Paris, adresses des missions étrangères en France (sur le site de la Maison des Français de l'étranger).

Transports

Transport routier

Etat satisfaisant malgré la présence épisodique de déformations ou de nids-de-poule. Les routes, asphaltées et bien entretenues, desservent la majeure partie du pays. Les routes ou autoroutes à péage présentent les meilleures garanties de sécurité. Recours à un véhicule tout-terrain nécessaire pour toute excursion en montagne ou dans les régions désertiques du nord.
Les touristes peuvent importer un véhicule au Mexique pour une durée maximale de 180 jours. Le permis d'importation temporaire est délivré à la frontière moyennant une taxe payable seulement par carte bancaire et sur présentation de la carte grise, du permis de conduire et d'une carte d'identité qui doit être en règle vis-à-vis des autorités d'immigration locales (dont le F.M.E.). Le permis de conduire français ou de tout autre pays d'Europe est reconnu. En revanche, les assurances émises à l'étranger ne sont pas valables. Il est impératif de contracter une assurance mexicaine.
Il est prudent, lorsque l'on loue une voiture, de vérifier que la police d'assurances est "tous risques" et qu'elle est en cours de validité.
En cas d'accident, les conducteurs peuvent être mis à la disposition de la justice jusqu'à conclusion de l'enquête. En cas d'insolvabilité, ils peuvent être placés en garde à vue et le véhicule peut être saisi. Quand il y a des blessés graves, le juge peut écrouer les automobilistes jusqu'à ce que les responsabilités respectives soient déterminées.
Après un accident, ne jamais prendre la fuite. Garder son calme, rester courtois et, en accord avec les protagonistes, appeler une patrouille de police ainsi que les assureurs des deux parties pour l'établissement du constat. Si l'accident est sérieux, ne déplacer les véhicules que sur ordre de la police.
A Mexico, il est impératif de respecter les jours d'alternance de circulation fixés en fonction de la plaque minéralogique, afin de lutter contre la pollution. Les véhicules immatriculés à l'étranger ne peuvent pas circuler dans le District Fédéral le vendredi.
En toutes circonstances, conduire prudemment, respecter le code de la route et les signalisations. Eviter les voyages de nuit. Les déplacements collectifs en autocars de première et de deuxième classes sont en général confortables et fiables. Toutefois, les voyages de nuit sont déconseillés.

Réseau ferroviaire

Réseau obsolète et désorganisé (non-respect des horaires, confort spartiate excepté en première classe). Le train qui dessert la ligne Chihuahua - Pacifico est une attraction touristique. Il vaut mieux l'emprunter avec peu d'argent sur soi.

Transport aérien



Plus de 50 aéroports dans l'ensemble du pays. Les agglomérations de moindre importance sont desservies par des compagnies régionales. Il n'est pas certain que la maintenance de leurs appareils soit scrupuleusement respectée.

Santé

Risques liés à l'altitude et à la pollution atmosphérique : Une période d'adaptation est souvent nécessaire. Les difficultés respiratoires peuvent empirer, en hiver notamment. La gêne provoquée par la pollution et l'altitude dépend de l'état de santé personnel. Les personnes atteintes de maladies cardiaques ou respiratoires sont invitées à consulter leur médecin avant de séjourner dans la capitale ou dans tout autre site touristique en haute altitude.

Les maladies gastro-intestinales ne sont pas rares chez les touristes peu habitués aux traditions culinaires locales et peu précautionneux. Il est déconseillé de consommer des agrumes ou des fruits de mer dans des échoppes qui ne présentent pas toutes les garanties d'hygiène. Ne pas boire d'eau du robinet et préférer les eaux minérales en bouteilles, sans glaçon, et éviter de manger des glaces et des sorbets. Emporter avec soi des médicaments anti-diarrhéiques.

Le choléra n'a pas de caractère endémique mais n'a pas été complètement éradiqué. Les mesures à prendre pour ne pas l'attraper (comme pour toute maladie diarrhéique fréquente dans l'ensemble du pays ainsi que dans les régions marécageuses ou tropicales) relèvent d'une bonne hygiène: se laver fréquemment les mains, notamment avant tout repas, boire de l'eau minérale en bouteille ou bouillie, consommer des fruits ou des légumes pelés, désinfectés ou cuits, consommer des fruits de mer ou du poisson bien cuits ou frits. Les produits de purification de l'eau sont disponibles dans tous les supermarchés.

Leishamaniose ou lèpre des montagnes : à l'état endémique dans les régions de la Selva et de Comitan. La zone touristique de Los Altos (San Cristobal de las Casas, San Juan Chamula) n'est pas affectée de même que les autres villes du Chiapas (Tuxla Guiterriez et Tapachula). Si la variante cutanée est rarissime, on peut rencontrer la variante viscérale aux environs d'Ocozocoautla, une région qui n'a aucun intérêt touristique. Les phlébotomes, insectes vecteurs de cette maladie, ne se trouvent que dans les régions à végétation luxuriante.

Hépatite A : le risque de contracter l'hépatite A concerne essentiellement les touristes pratiquant un tourisme d'aventure non conventionnel. Les mesures de prévention contre cette maladie sont les mêmes que celles énoncées pour le choléra.

Hépatite B : L'hépatite B n'est pas à l'état endémique au Mexique. Pour l'éviter, outre la vaccination, il est recommandé d'utiliser les préservatifs et de traiter toute lésion avec des instruments stériles.

Paludisme : Peut être contracté dans certaines zones rurales des Etats suivants: Campeche, Chiapas, Guerrero, Michoacan, Nayarit, Qintana Roo, Sinaloa et Tabasco. Il est préférable de consulter un médecin avant de séjourner dans l'isthme de Tehuantepec ou dans la péninsule du Yucatan.

Dengue : la présence de cette maladie est parfois signalées, comme ce fut le cas dans les Etats de Tabasco et de Veracruz en 1995.

Aucune vaccination obligatoire, hormis contre la fièvre jaune lorsque l'on vient d'un pays d'endémie (carnet de vaccination faisant foi). Avant le départ, il est préférable d'être vacciné contre le tétanos, la poliomyélite, la diphtérie, la fièvre typhoïde et l'hépatite A et B.

Les hôpitaux et les cliniques privés offrent des soins de qualité dans la plupart des régions du Mexique mais sont généralement très onéreux et les soins doivent souvent être payés d'avance. Pour les personnes suivant un traitement médicamenteux spécifique, vérifier avant le départ qu'e les médicaments sont disponibles au Mexique ou bien en emporter un stock suffisant accompagné de l'ordonnance médicale correspondante.

Avant le départ, consulter le médecin traitant et contracter une assurance rapatriement sanitaire (en vérifier avec soin ce qu'elle s'engage à couvrir et en garder une copie sur soi avec, à portée de main, les numéros de téléphone à appeler en cas d'urgence).

Numéros utiles

Clinica Londres. Durango 50. Colonia Roma. 52.29.84.00.
Hospital Metropolitano, Tlacotalpan 51, Colonia Roma. 52.65.19.00.
Hospital Espanol, Ejercito Nacional 613, Col. Polanco. 52.55.96.00.
Hospital ABC, sur 136 Esquina Observatorio, Colonia Tacubaya. 52.30.80.00.


Pour de plus amples renseignements, consulter, par l'intermédiaire d'un médecin, le Comité d'Informations Médicales (CIMED) du Ministère des Affaires étrangères, Maison des Français de l'Etranger, 34, rue La Pérouse, 75775 Paris Cedex 16 tél. 01.43.17.70.90 ou le site de l'Institut Pasteur de Lille

Conseils sanitaires

Dans quel pays souhaitez-vous vous rendre?

Météo




Americas - Découvrez un nouveau monde - Americas dans vos favoris
| © Americas-fr, 1999-2013 | Publicité | Contacts | Partenariat | Plan du Site | Google+