Nicolas de Ovando - Conquistador espagnol



Nicolas de Ovando, Gouverneur des Indes


Nicolas de OvandoNicolas de Ovando est né en 1460 à Brozas, un petit village d'Extremadure près de la ville de Caceres. Issu d'une famille noble et pieuse, il entra dans l'Ordre Militaire de Alcantara, Ordre qu'il dirigera en tant que Maître ou Commandeur. Cette confrérie fondée en 1156 pouvait être comparée à l'Ordre des Templiers.

Commandeur de Lares, Nicolas de Ovando était un homme très apprécié des Rois Catholiques Espagnols et en particulier par la Reine Isabelle. Celle-ci décida alors de le nommer Gouverneur des Indes le 3 septembre 1501, pour y remplacer Francisco de Bobadilla et Christophe Colomb accusés de mauvais traitements aux Indiens, que la Reine considérait comme ses sujets.

C'est ainsi que, le 13 fevrier 1502, il prit la tête d'une flotte de 32 navires et 2500 hommes. Dans un de ces vaisseaux se trouvaient Bartolomé de las Casas qui allait se faire connaître comme le défenseur des Indiens, et Francisco Pizarro qui allait conquérir le Pérou en mettant fin à l'empire Inca.

Une partie de la flotte toucha port de Santo Domingo le 15 avril 1502, peu de temps avant l'arrivée d'un terrible cyclone qui détruisit la ville. Nicolas de Ovando se chargea alors de la reconstruction de Santo Domingo, la déplaçant sur la rive droite du Rio Ozama.

Entre 1502 et 1504, Nicolas de Ovando se chargea d'assurer la sécurité d'Hispaniola (île de Saint Domingue). Il dessina la carte de l'île et imposa plus ou moins un modèle urbain aux autres cités qui allaient être fondées en Amérique.

Durant cette période, les relations entre Christophe Colomb et Nicolas de Ovando furent très tendues à tel point que ce dernier refusa à l'Amiral l'entrée du port de Santo Domingo lors d'une tempête. Le Gouverneur refusa même d'aider Christophe Colomb quand il était avec ses hommes en danger sur l'île de la Jamaïque.

Le 20 décembre 1503, la Reine Isabelle signa un décret qui légalisait la répartition des indiens entre les colons espagnols. C'est à partir de ce jour que nacquit la "Encomienda", le droit d'avoir des indiens sous ses ordres pour cultiver les terres.

C'est sous l'administration de Nicolas de Ovando que de nombreuses villes furent fondées sur l'île d'Hispaniola. Parmi elles on citera Azua de Compostela, Salvaleón de Higüey, Cotuí, Puerto Plata ou Santa Cruz de Hicayagua (Santa Cruz del Seibo) dans l'actuelle République Dominicaine, ainsi que Bayajá (Fort Liberté) ou Salvatierra de la Sabana (Les Cayes) dans l'actuelle Haïti.

Nicolas de Ovando se chargera aussi de développer l'explotation minière et la culture de la canne à sucre.

Nicolas de Ovando se chargea de faire appliquer la "Encomienda", gouvernant de manière autoritaire et se montrant cruel avec les indigènes. Il dirigea lui-même les troupes espagnoles contre les indiens Tainos, se livrant à une véritable boucherie. Les survivants étaient emmenés pour servir d'esclaves sur les terres des colons espagnols.

Mais la main d'oeuvre indigène ne suffisait pas et Nicolas de Ovando fera venir pour la première fois des esclaves africains sur la Hispaniola à partir de 1502, la plupart d'entre eux étant destinés à travailler dans les champs de canne à sucre.

En 1504, Nicolas de Ovando ordonna l'exécution de la cacique des Taïnos, la très belle Anacaona que le Gouverneur soupçonnait de vouloir monter une rébellion contre les Espagnols.

C'est au cours d'une visite "amicale" de Nicolas de Ovando accompagné par 350 hommes, que la belle Anacoana fut capturée après avoir pris la fuite et qu'elle fut pendue.

La population indigène commençait par décroître de façon alarmante en raison des massacres commis par les Espagnols et les épidémies. En 1492 la population de l'île était estimée à 500 000 habitants et, en 1507, on n'en comptait plus que 60 000.

La Reine Isabelle s'inquiéta de cette baisse importante de la population indigène et, au moment de mourir, elle exprima la volonté que soit puni le Gouverneur de l'île.

Cette volonté ne fut éxaucée que deux ans après la mort de la souveraine. Le Roi Ferdinand envoya Diego Colomb à Santo Domingo, le fils du grand Amiral, pour y remplacer Nicolas de Ovando le 9 Juillet 1509.

Le gouverneur déchu rentra alors en Espagne où il mourra le 29 mai 1511, son corps étant enterré dans l'église de San Benito de Alcantara, lieu où il commença sa carrière militaire.


Livres d'Histoire

Vous désirez en savoir plus sur l'Histoire de Nicolas de Ovando ? Découvrez ci-dessous quelques livres qui vous permettront d'en savoir plus sur le Gouverneur des Indes espagnol qui a développé la colonisation de Saint Domingue (Hispaniola), sécurisant l'île en massacrant les indiens Taïnos.