Francisco Pizarro - 3ème partie

VII. Le déclin de l’Empire Inca


Francisco PizarroL’Empire Inca vient de tomber. La guerre civile avait brisé son unité; Atahualpa prisonnier, la nation Inca tombe dans l’anarchie.

Pizarro dîne le soir même de la bataille avec l’empereur déchu, l’assurant qu’il n’a rien à craindre. Quelques jours plus tard, Atahualpa fait une offre à Pizarro : une grande quantité d’or en échange de sa liberté; autant d’or qu’il en faudra pour remplir sa cellule, soit l'équivalent de 120 m3 de ce précieux métal.

Voyant leur souverain et les autres dignitaires Incas impuissants face aux espagnols, les indiens commencent à s’intéresser à la religion que les nouveaux venus tentent de leur imposer. Un religion qui prône la charité et la clémence, des notions peu connues dans ce pays.

Hernando de Soto et Pedro del Barco, accompagnés par les messagers de l’Inca, reviennent avec l’or qui couvrait les murs des temples. Sur le chemin ils rencontrent un groupe d’indiens qui avaient fait prisonnier Huascar, l’Inca légitime. Ce dernier offre aux espagnols une rançon plus importante que celle promise par son frère.

Apprenant cela Atahualpa le fait assassiner. Son cadavre est jeté dans les eaux du Rio Andamarca.

La rançon d'AtahualpaDès l’arrivée du trésor à Cajamarca, Pizarro le partage entre ses hommes et la Couronne. C’est Hernando Pizarro qui est chargé d’amener le cinquième des richesses au roi d’Espagne.

Pizarro avait laissé Atahualpa dans une semi liberté. L’Inca continuait à donner des ordres pour la bonne marche de son empire. Mais des rumeurs alarmantes circulent sur la préparation d’une rébellion.

Des généraux Incas, dont le frère de Atahualpa, Titi Atauchi, préparent l’attaque de Cajamarca. Atahualpa est alors jugé coupable de trahison, d’avoir usurpé sa fonction et d’avoir fait assassiner son frère Huascar, l’Inca légitime, ainsi que les membres de sa famille. On le condamne également pour avoir exterminé cruellement ses ennemis et pour s’être rendu coupable d’idolâtrie. Atahualpa est condamné à mort.

Pizarro accepte à contre cœur le jugement. Cependant il donne à Atahualpa l’occasion de "sauver son âme".

Le 29 août 1533, le Frère Vicente Valverde baptise Atahualpa avant qu’il ne soit pendu au lieu d’être brûlé sur le bûcher. Son corps sera inhumé dans l’église San Francisco le lendemain.

Après l’exécution, Francisco Pizarro se met à pleurer comme un enfant et portera le deuil durant plusieurs jours.

Avec la mort de l’Inca, l’Empire se désagrège totalement : Ces l’anarchie; les peuples soumis se rebellent. Pour éviter le chaos, Pizarro décide de nommer un nouvel Inca, un frère de Huascar et de Atahualpa, Titi Cussi Huallpa Yupanqui.

Puis Pizarro décide de marcher sur Cuzco, la capitale de l’Empire. En chemin, il mate facilement les dernières rebellions indiennes. Aux portes de la capitale il reçoit le soutien des indiens fidèles à Huascar et le 15 novembre 1533 les espagnols entrent dans Cuzco.

Manco, qui succède à son frère qui vient de décéder, est baptisé. Avec la christianisation de l’Inca commence celle de tout l’Empire.

Sur les ruines de la capitale, on commence à édifier des églises et des demeures espagnoles. De nouvelles cités sont fondées ainsi que la nouvelle capitale de la Vice Royauté du Pérou, Ciudad de los Reyes, le 18 janvier 1536. Située près de la mer, à proximité du port de Callao, la nouvelle capitale (Que l’on nommera plus tard Lima), se trouve dans un environnement plus favorable, tant au point de naturel que politique.

De nouveaux colons arrivent, accélérant l’implantation des espagnols au Pérou. Hernando Pizarro reçoit le titre de Chevalier de Santiago. Son frère, Francisco, devient Marquis.

Durant les premiers mois de l’année 1536, Hernando, Gonzalo et Juan Pizarro sont à Cuzco. L’Inca Manco, voulant restaurer l’Empire, leur offre une grosse quantité d’or. Hernando, à qui Francisco lui a confié le commandement de la cité, accepte le présent. Mais entre temps les indiens avaient déjà préparé une révolte. Manco avait envoyé des émissaires dans tout l’ancien empire, appelant à la mobilisation générale. Très rapidement, Cuzco et Lima sont assiégées.

Francisco Pizarro envoie alors ses navires récupérer les troupes espagnoles dispersées sur la côte du Pérou, et sollicite des renforts depuis le Mexique, Panama, Santo Domingo, Nicaragua et Guatemala.

Au cours d’une des charges de la cavalerie le général Inca Tempangui est tué et le siège de Lima tombe.

Immédiatement, Pizarro tente de porter secours à Cuzco. Après de nombreuses batailles les espagnols parviennent à entrer victorieux dans l’ancienne capitale, aidés par Almagro qui rentre d’une expédition malheureuse au Chili contre les redoutables Araucans.

Sous leur commandement, les espagnols en terminent rapidement avec la résistance de Manco qui se réfugie dans les régions montagneuses de Vilcabamba.


VIII. La guerre entre les Conquistadores


La mort de Francisco PizarroLes espagnols viennent d’en finir avec la résistance indienne, et déjà les partisans de Almagro et de Pizarro sont sur le point de s’affronter pour prendre le contrôle de Cuzco.

Le 19 avril 1537, Almagro entre soudainement dans la capitale Inca et fait prisonniers Hernando et Gonzalo Pizarro. Alonso de Alvarado, lieutenant de Pizarro, arrive à la rescousse mais son armée de 570 hommes est défaite dans la vallée de Abancay.

Pizarro, alors à Lima, décide d’envoyer son armée contre les troupes de Almagro qui s’affrontent près de Cuzco le 26 avril 1538. Cette fois les Pizarristes l’emportent et Diego de Almagro est fait prisonnier. Francisco Pizarro rejoint Cuzco et son malheureux adversaire est condamné à la peine capitale. Il sera exécuté le 8 juillet 1538.

Mais cela ne suffit pas à calmer les partisans de Almagro qui continuent à conspirer contre le Gouverneur. Le dimanche 26 juin 1541, Pizarro se rend à la messe puis se retire dans son palais à la fin de l’office. C’est à ce moment que quatorze conjurés décident de prendre d’assaut l’édifice. Les domestiques et les amis du Marquis prennent la fuite. Seuls restent les plus fidèles : Martin de Alcantara, Juan Ortiz de Zarate, Don Gomez de Luna, le capitaine Chaves et quatre domestiques.

Martin de Alcantara et deux domestiques sont tués, Gomez et Ortiz sont blessés. Pizarro se jette à son tour dans la bataille, mais la lutte est inégale. Il est touché à la gorge, tombe à genou et demande la confession. Ses agresseurs lui crient "va te confesser en enfer". Pizarro trace alors sur le sol une croix avec son propre sang, l’embrasse et s'effondre en criant "Jésus".

Les conjurés traînent ensuite le corps du vieux Marquis sur la Place d’Armes avant de prendre la fuite. Ce sont ses vieux et fidèles amis qui se chargeront de le recueillir et de lui donner une sépulture chrétienne dans l’église des Orangers. Ses restes seront transférés au début du siècle suivant dans la cathédrale.



Livres d'Histoire

Vous désirez en savoir plus sur l'Histoire de Francisco Pizarro ? Découvrez ci-dessous quelques livres qui vous permettront de mieux comprendre comment Francisco Pizarro a pu vaincre l'empire Inca qui dominait une grande partie de l'Amérique du Sud.