Le Reggaeton



Reggaeton

Histoire du Reggaeton


Le Reggaeton est un style musical qui vient du Reggae de la Jamaïque avec des influences de Hip Hop en provenance des Etats-Unis.

Basé sur le Reggae espagnol qui s'est développé au Panama et à Porto Rico dans les années 1970, c'est surtout à partir de cette île des Caraïbes que le Reggaeton s'est répandu au cours des années 1990.

Grâce au apports du Hip Hop et du Rap, les portoricains ont réussi à toucher un large public en Amérique Latine et aux Etats-Unis, utilisant des instruments de musique modernes comme le Synthétiseur, le Sampler ou la Boîte à Rythme aux côtés des instruments plus tarditionnels du Reggae.


Origines du Reggaeton


C'est donc en Jamaïque que l'on va aller chercher les origines du Reggaeton quand de nombreux jamaïcains d'origine afro-antillaise émigrent à Panama où va se développer le Reggae espagnol.

Cette communauté jamaïcaine s'installe dans la province de Colon, dans la ville de Panama et à Bocas del Toro, aux côtés d'autres imigrants provenant de la Barbade, de Trinidad et Tobago et d'autres îles des Antilles.

Peu à peu, ces jamaïcains vont influencer les goûts musicaux de la population panaméenne qui va rapidement intégrer le Reggae parmi les styles les plus écoutés dans le pays.
A la fin des années 1970 apparaissent les premiers artistes de Reggae espagnol à Panama comme Rasta Nini, Wassanga, Nando Boom, Pocho Pan, El General, Carlito Soul ou Apache Ness.

Au cours des années 1980 les compositeurs de Reggae espagnol vont introduire d'autres styles inhérent au Reggae jamaïcain comme le Roots Reggae du mouvement Rastafari dont Bob Marley en est l'icône. Puis Renato créera en 1985 le premier Reggae Dancehall en espagnol, "El Deni", qui va être repris par la pluparts des artistes panaméens comme Reggae Sam, Chicho Man, Pepito Casanova ou Carmelita Anderson.

En 1990, des artistes panaméens comme El General, Gringo el Original et El Profeta vont se produire sur les scènes de Brooklyn, à New York, ce qui va permettre au Reggae espagnol de se faire connaître internationalement.

Michael Ellis est le producteur de la plus grande partie des compositeurs de Reggae espagnol et c'est lui qui va donner le nom de Reggaeton à ce nouveau style musical reprenant les influences du Reggae jamaïcain, du Dancehall et du Raggamuffin.

En 1989, Michael Ellis se rend à Puerto Rico avec plusieurs artistes comme El General, Killer Ranks, Vico C, Rude Girl, Profeta, Jam, Special Ed, Smooth The Hustler et Howie Irie, pour y présenter le premier spectacle de "Reggaeton".


Pour nommer le Reggae qu'il allait produire à Porto Rico, Michael Ellis décide de lui ajouter le suffixe "ton" qui sert à donner plus d'importance au mot qui le précède. Le Reggaeton est donc le "Grand Reggae", le produit du mélange entre les cultures jamaïcaine et panaméenne.


Evolution du Reggaeton


Pendant les années 1990, le Reggaeton va alors se développer à Puerto Rico grâce à la venue d'artistes venus des Îles Vierges comme Jomo Pemberton, The Jah Seeds Band ou The Zioniers Band, et d'artistes latinos comme Cultura Profetica, Vico C, Millo Torres & El Tercer Planeta, Filosofía ou Gomba Jahbari. L'influence du Reggae des îles Vierges et de celui du Panama va alors offrir toute sa puissance au Reggaeton qui vient de naître à Porto Rico.

A Porto Rico, le Reggaeton est un style musical qui va séduire rapidement les couches populaires car les chanteurs vont interpréter des chansons qui parlent de la vie quotidienne.
En se mélangeant avec le Hip Hop et le Rap venus des Etats-Unis, le Reggaeton portoricain va toucher une cible encore plus large que le public latino-américain.

Au débuts des années 2000, le Reggaeton s'implante sur le territoire des Etats-Unis grâce à des artistes venus de différents horizons comme le groupe panaméen Los Rakas, l'américain d'origine portoricaine N.O.R.E. ou le chanteur Ramón Luis Ayala Rodríguez, plus connu sous le nom de Daddy Yankee.

Daddy Yankee est très certainement un de ceux qui a le plus popularisé le Reggaton dans le monde. C'est en 2004 que le chanteur portoricain commence sa carrière avec succès puisque son premier album "Barrio fino" se classe rapidement en première position du Top Latin Albums de Billboard. Dans cet album figure la chanson "Gasolina" qui va se positionner aux premières places de nombreux hit parades du monde entier.

Daddy Yankee sera vite rejoint par la suite par d'autres chanteurs de Reggaeton qui déferleront en Amérique Latine, aux Etats-Unis et dans le monde entier.
Parmi ces artistes on retiendra surtout Don Omar, un autre portoricain qui populisera surtout le genre en Amérique Latine et en Espagne. Avec des titres comme "Dile»", "Dale Don dale", "Aunque te fuiste" ou "Angelito", Don Omar va remporter de nombreuse récompenses et faire un triomphe en 2013 en remportant 10 Prix dans les 18 catégories où il était nomimé pour les Latin Billboard Awards.

Comme pour le Rap, les paroles du Reggaeton expriment le plus souvent la souffrance d'un peuple en rébellion contre son Gouvernement, dénonçant la pauvreté et les droits fondamentaux.
Ces chansons feront le plus souvent allusion aux problèmes que rencontre la jeunesse dans la vie quotidienne comme la drogue qui court dans les rues des quartiers défavorisés, les femmes, le sexe et l'amour.


Danser le Reggaeton


Danseurs de ReggaetonPour danser le Reggaeton il suffit de sentir la musique, la laisser entrer par les oreilles pour qu'elle ressorte par les pieds, les mains, les bras, les jambes et toutes les parties du corps.

La danse du Reggaeton est un juste équilibre entre les mouvements des hanches, les pieds, le cou, les pas effectués en avant et en arrière avec des tours à droite et à gauche.

Pour vous initier au Reggaeton placez-vous devant un miroir, les pieds relativement écartés, et bougez la hanche gauche en flechissant un peu les jambes, puis refaites le mouvement vers la droite.

Remuez les épaules au même rytme que les hanches, vers le bas puis vers le haut avec un mouvement de balancier. Quand vous aurez coordonné ces mouvements de base, remuez les bras comme une pendule en gardant le rythme.
Les pieds restent presque immobiles, bougeant à peine vers la droite et la gauche en suivant le mouvement des hanches.

Maintenant, regardez attentivement la vidéo ci dessous qui vous permettra de mieux comprendre comment danser le Reggaeton en vous laissant porter par le rythme de la musique.




Chanteurs et musiciens de Reggaeton

Découvrez ci-dessous une sélection des meilleurs artistes de Reggaeton et quelques unes de leurs oeuvres les plus connues :


  • Nando Boom, né le ?? à Panama City, Panama
  • Calito Soul, né le 29 octobre 1963 à Panama City, Panama
  • El General, né le 27 septembre 1964 à Panama City, Panama
  • Vico C, né le 8 septembre 1971 à New York, Etats-Unis
  • Tego Calderón, né le 1er février 1972 à Santurce, Puerto Rico
  • Ivy Queen, née le 4 mars 1972 à Añasco, Puerto Rico
  • Big Boy, né le 11 mars 1975 à Santurce, Puerto Rico
  • N.O.R.E., né le 6 septembre 1976 à New York, Etats-Unis
  • Daddy Yankee, né le 3 février 1977 à San Juan de Puerto Rico
  • Eddie Ávila, né le 26 avril 1977 à Río Piedras, Puerto Rico
  • Don Omar, né le 10 février 1978 à Villa Palmeras, Puerto Rico
  • Héctor El Bambino, né le 14 septembre 1979 à Carolina, Puerto Rico
  • Nicky Jam, né le 17 mars 1980 à Boston, Etats-Unis
  • Yomo, né le 17 juin 1980 à Chicago, Etats-Unis
  • Joey Montana, né le 3 mai 1982 à Panama City, Panama
  • Cheka, né le 5 avril 1983 à New York, Etats-Unis
  • J Alvarez, né le 13 décembre 1983 à Rio Piedras, Puerto Rico
  • Eddy Lover, né le 16 mars 1985 à Panama City, Panama
  • Arcángel, né le 23 décembre 1985 à New York, Etats-Unis
  • La Factoría, groupe formé en 1999 à Panama City, Panama
  • Angel y Khriz, duo formé en 2002 à San Juan de Puerto Rico
  • Alexis & Fido, duo formé en 2002 à Cayey, Puerto Rico
  • Calle 13, groupe formé en 2005 à Trujillo Alto, Puerto Rico
  • Dyland & Lenny, duo formé en 2009 à San Juan de Puerto Rico

Vidéo de Reggaeton

Découvrez ci-dessous le vidéo clip de "Limbo" de Daddy Yankee, tiré de son sixième album "Prestige" publié en 2012. La vidéo a été enregistrée dans le centre cérémoniel Otomi de Temoaya, au Mexique :