La Rumba



Rumba

Histoire de la Rumba


La Rumba est un style musical originaire de Cuba et qui puise ses racines dans la culture afrocubaine de cette merveilleuse île des Caraïbes.

A la base d'autres danses cubaines comme la Guaracha, le Mambo ou le Cha Cha Cha, la Rumba compte trois variantes principales : Le Yambu et la Columbia dansés à Matanzas, et le Guaguanco à La Havane.

Il ne faut pas confondre la Rumba cubaine avec la Rumba espagnole (Rumba Flamenca et Rumba Catalana) qui est différente même si elle provient de rythmes cubains.

Les instruments de base pour jouer la Rumba sont simples puisqu'ils consistent en trois tambours appelés "Quinto", "Salidor" et "Tres Golpes", une paire de maracas et une paire de claves.


Origines de la Rumba


Etymologiquement, le mot Rumba est une onomatopée qui exprime un bruit qui vibre et qui gronde avec beaucoup de puissance. Mais c'est aussi un mot d'origine espagnole qui fait allusion aux femmes à la vie légère et frivoles, "Mujeres de rumbo".

C'est à l'époque de la colonisation de Cuba par l'Espagne qu'il faut aller rechercher les origines de la Rumba avec l'expression folklorique des descendants des esclaves noirs africains. Au 17ème siècle, La Rumba est surtout une danse folklorique afrocubaine qui servait comme danse de la fertilité.

Ces esclaves venaient d'ethnies différentes comme les Yoruba Lucumi, les Ganga, les Arará ou les Bantou, et réalisaient des danses pugilistiques qui pourraient être considérées comme des rumbas primitives de type Columbia. Ces danses étaient accompagnées par un ensemble de trois tambours très primitifs.

Il existait aussi d'autres danses africaines réalisées en couple de façon très érotique et qui ont sans doute été à la base de la Rumba de style Guaguanco ou celle de style Yambu.

Dans les communautés noires, danser la Rumba était synonyme de fêtes animées par des chants et des chansons, et au cours desquelles on buvait des boissons alcoolisées pour communiquer avec les Orishas, les divinités des Yoruba.

Puis les rythmes africains se sont mêlés aux mélodies espagnoles en utilisant des instruments indigènes et espagnols, fusionnant avec le Son Cubain pour rentrer dans les tavernes et les bars.


Evolution de la Rumba


La Rumba de style Yambu est une des plus anciennes et son origine remonte au 19ème siècle dans les centres urbains défavorisés de Matanzas. Le Yambu est une danse assez lente qui se caractérise par de fortes insinuations sensuelles, symbolisant le travail de séduction de la femme qui va bouger son bassin de façon très érotique.

La Rumba de style Columbia puiserait elle ses racines du côté des africains venus du Congo et établis dans les zones rurales de Matanzas. C'est au début du 20ème siècle que cette danse est apparue, près du village de Unión de Reyes. A la fin de leur dure journée de travail dans les chanps de canne à sucre, les travailleurs noirs se détendaient en dansant au rythme de la Rumba.
Parmi les artistes les plus connus de ce genre musical on citera José Rosario Oviedo surnommé "Malanga".

Le "llorao" est caractéristique de la Columbia et représente un ensemble de plaintes ou d'exclamations plaintives que lance le chanteur ou "Gallo" (Coq) au milieu de son interprétation. La Rumba de type Columbia était surtout une danse où on montrait son habileté et les danseurs passaient les uns après les autres en tentant d'être meilleur que les précédents. Contrairement au Yambu, la Columbia se danse sur un air plus rapide et un des tambours, le Quinto, est chargé de souligner les mouvements des danseurs.

La Rumba de style Guaguanco est la plus élaborée, aussi bien au niveau de la musique que des textes des chansons. Le Guaguanco est la danse typique des quartiers noirs de La Havane et les paroles sont entièrement en espagnol alors que les deux autres styles utilisent des expressions africaines ou argotiques.

Le Guaguanco va se rapprocher du Punto Cubain en reprenant l'improvisation héritée de la culture Canarie et Andalouse. Son rythme est plus lent que la Columbia et plus rapide que le Yambu. La danse de la Rumba Guaguanco représente le harcellement amoureux de l'homme vis à vis de la femme, lui souhaitant la prendre tandis qu'elle va malicieusement se protéger de ses attaques. Ce harcellement et cette fuite au contenu très érotique va démontrer les talents de danseurs du couple.


Très tôt, la Rumba commence à sortir de son île puisqu'en 1913 Lew Quinn et Joan Sawyer emmènent des percussionnistes cubain à New York pour jouer la Rumba.
En 1925, Benito Coalla ouvre le club "El Chico" à Greenwich Village, un lieu qui va vite devenir à la mode et donnera l'opportunité à des artistes cubains d'y jouer la Rumba.

Mais c'est un espagnol, Xavier Cugat qui va lancer réellement la musique cubaine aux Etats-Unis en jouant dans des salles prestigieuses comme le Coconut Grove de Los Angeles et le Waldorf Astoria de New York.
Xavier Cugat est suivi par d'autres artistes comme Miguelito Valdés ou Chano Pozo qui vont rapidement populariser la Rumba dans les années 1930.

En 1935, Xavier Cugat et son orchestre apparaissent dans le film "Rumba" ("La Dernière Rumba" en version française), un film de Marion Gering qui va dévoiler au monde les talents de George Raft et de Carole Lombard dansant sur les rythmes de cette musique si sensuelle.

Dans les années 1940, la Rumba adopte des éléments du Jazz et les artistes cubains et américains s'orientent vers ce qu'on appelle le Jazz Afrocubain.

A la fin des années 1950 et au début des années 1960, la Rumba est à la mode en Europe et plus particulièrement en Grande Bretagne et en France, deux pays qui s'affrontent pour donner un standard à ce genre musical lors des démonstrations de danses de salon.

Dans les années 1980 la fièvre de la Rumba va retomber et cette musique sera surtout jouée dans les salles de danses latines. Mais ce genre musical continue de vivre en Colombie, et plus particulièrement à Cali qui est considérée comme la capitale de la Rumba, même si ce terme englobe plus généralement l'ensemble des rythmes latinos.

Aujourd'hui la Rumba a même fusionné avec des styles musicaux plus récents comme le Reggaeton comme on peut l'écouter dans la chanson "Rumba Rumba Rumba" du chanteur Latin Fresh venu du Panama.


Danser la Rumba


Danseurs de RumbaDanse sensuelle par excellence, la Rumba s'exécute sur un rythme de 4/4 avec un pas de base sur 8 temps correspondant à 12 mouvements.

Les pas de danse des deux partenaires vont s'effectuer en miroir, c'est à dire en bougeant le pied opposé à celui de l'autre.

On déplace son pied gauche en avant en effectuant une rotation du bassin pour cacher la jambe droite derrière la gauche et en plaçant le poids du corps sur la jambe gauche.

On replace ensuite le poids du corps sur le pied droit sans déplacer les pieds, puis le pied gauche se déplace sur la gauche en y portant le poids du corps avant de marquer une pose sur le quatrième temps.

Pour les quatre autres temps on va réaliser la même suite de mouvement mais dans le sens opposé et en arrière.

Pour mieux visualiser les mouvements de la Rumba, regardez attentivement dans la vidéo ci-dessous les pas de danse des danseurs et entrainez-vous à bouger le bassin de la même façon, un élément important pour donner à cette danse son caractère sensuel et érotique.




Chanteurs et musiciens de Rumba

Découvrez ci-dessous une sélection des meilleurs artistes de Rumba et quelques unes de leurs oeuvres les plus connues :


Vidéo de Rumba

Découvrez ci-dessous le vidéo clip de "La Rumba va sola" du groupe colombien "Los Traviesos" :