Le Vallenato



Vallenato

Histoire du Vallenato


Le Vallenato est un genre musical originaire de la Colombie et plus précisément de la côte Caraïbe de ce pays, ce qui favorisera sa diffusion au Panama et au Venezuela.

Traditionnellement, le Vallenato se joue avec trois instruments : l'accordéon diatonique, la guacharaca (instrument d'origine Tairona) et la caja vallenata (petit tambour conique maintenu entre les jambes).

Par la suite, les groupes de Vallenato ont introduit la guitare, la flûte de roseau et les instruments typiques de la Cumbia, autre genre musical très à la mode en Colombie et la plupart des pays latino-américains.


Origines du Vallenato


Le mot "vallenato" serait à l'origine une expression pour nommer les habitants de la région de Valledupar, une ville colombienne à la frontière avec le Venezuela fondée par les espagnols dans la Vallée du Cacique Upar, "Valle de Upar".
Quand on demandait aux paysans de cette région d'où ils venaient, ils répondaient : "Soy nato del Valle" ou "Soy del Valle nato", ce qui signifie : "Je suis né dans la Vallée", d'où le nom de "Vallenato" pour les natifs de Valledupar.

Valledupar organise d'ailleurs tous les ans depuis 1968 le "Festival de la Leyenda Vallenata", un festival de Vallenato qui attire de très nombreux spectateurs.

Mais le Vallenato en temps que genre musical va puiser ses racines dans une aire bien plus vaste que Valledupar puisqu'il est né des chansons des vachers qui s'occuper du bétail dans une région située entre le rio Magdalena, la Sierra Nevada de Santa Marta et la Mer des Caraïbes, il y a plus de 200 ans.

C'est l'arrivée de l'accordéon diatonique qui va apporter au Vallenato son style très caractéristique, un instrument d'origine autrichienne inventé en 1829 par Kiril Demian à Vienne, et qui est introduit en Colombie par des immigrants allemands sur les côtes de la Guajira vers 1885. Les musiciens de Vallenato vont alors le modifier pour lui donner cette sonorité caractéristique.

Les premiers musiciens de Vallenato éaient des accordéonistes qui créaient eux-mêmes leurs propres chansons que l'on pouvait classer comme des paseos, des merengues, des puyas, des tamboras ou des sons, relatant les derniers événements en chantant de village en village.

Parmi ces troubadours l'histoire retiendra Francisco "El Hombre" (Francisco Moscote) qui était considéré comme un véritable messager qui voyageait à dos d'âne entre les Sabanas del Cesar et la Guajira. En arrivant dans un village il s'installait avec son accordéon sur la place principale et chantait les dernières nouvelles.

Francisco Moscote est une véritable légende du Vallenato, surtout depuis que le romancier colombien Gabriel García Márquez l'a décrit dans "Cent ans de solitudude" comme "un vieux globetrotter de près de 200 ans qui passait fréquemment à Macondo en divulgant les chansons composées par lui-même et relatant avec des détails minutieux les nouvelles de ce qui s'était passé dans les villages sur son itinéraire".


L'évolution du Vallenato


Jusqu'au milieu des années 1910 le Vallenato se répand dans la région grâce à des accordéonistes solistes comme Luis Enrique Martinez, Abel Antonio Villa ou Alejo Durán. Puis des ensembles commencent à se créer autour de l'accordéoniste chanteur accompagné par des joueurs de guacharaca et de caja vallenata.

Le Vallenato va commencer à se faire connaître en dehors de sa zone d'origine dans les années 1920 et 1930, période connue comme l'âge d'or de la Zone Bananière du département de Magdalena, au sud de Santa Marta.

Les travailleurs arrivent en nombre de tous les coins du pays et des Caraïbes pour trouver un emploi à la United Fruit Company et diffuseront ensuite les airs de Vallenato qu'ils auront écouté.

Dans cette Zone Bananière, le Vallenato va être joué dans ce qu'on appelait pudiquement à l'époque des "académies de danse" mais qui n'étaient en fait que des prostibules où certaines chansons grivoises mettaient de l'ambiance.

C'est à cette époque qu'Emiliano Zuleta Baquero compose sa première chanson en 1928 et deviendra un des plus grands chanteurs de Vallenato. Dix ans plus tard, en 1938, Emiliano Zuleta Baquero écrira "La gota fría", une des chansons les plus populaires de ce genre musical et qui sera reprise ensuite par de nombreux artistes comme Carlos Vives et Julio Iglesias.


Une seconde vague d'imigration va se produire quelques années plus tard suite à la chute de la banane, remplacée par les champs de coton autour de Valledupar qui ont alors besoin de main d'oeuvre. Après la récolte, les travailleurs repartent vers leur région d'origine, emportant avec eux des coutumes de Valledupar comme sa musique.

En février 1943, un autre compositeur de Vallenato va composer sa première oeuvre, la première d'une très longue liste de chansons qui vont marquer l'identité de la Colombie. Cet homme c'est Rafael Escalona à qui Gabriel García Márquez a rendu hommage en déclarant que son roman "Cent ans de solitude" n'était qu'un vallenato de 350 pages, citant le musicien dans son oeuvre principale ainsi que dans "Pas de lettre pour le colonel".

Dans les années 1950, un mouvement migratoire plus réduit mais d'origine élitiste va ouvrir les portes des salons de Bogota au Vallenato. C'est à partir de cette époque que de jeunes musiciens issus de familles bourgeoises vont faire connaître cette musique à leur retour de voyage estudiantin.

A partir de ce moment les groupes commencent à proliférer à Bogota et les maisons de disques à faire de bonnes affaires. Le public souhaite écouter de nouvelles chansons et des groupes de 6 à 20 musiciens se forment pour donner plus de volume au Vallenato qui se trouve enrichi par les congas, les guitares électriques, les tumbadoras, les basses, les maracas, les claviers électroniques, les cuivres et la batterie.

Dans les années 1960 et 1970 le Vallenato est en concurrence avec le Merengue en provenance de République Dominicaine, la Salsa qui commence à envahir les Etats-Unis et toutes les Caraïbes, et tous les rythmes qui se sont diffusés depuis Cuba.

Le Festival de la Leyenda Vallenata, dont la première édition a eu lieu au mois d'avril 1968, va être la principale contre-attaque du Vallenato face l'invasion de musiques latinos en Colombie.
C'est Alejandro Durán, surnommé "El negro Alejo" qui remporte ce premier festival consacrant le nouveau roi du Vallenato après avoir comme tous les participants interprété les quatre rythmes propres à ce style musical : paseo, son, merengue et puya.

Le Festival de la Leyenda Vallenata va permettre à Valledupar de devenir un grand centre touristique et chaque année un nouveau roi du Vallenato sera consacré.
Parmi ces rois on retiendra le nom de Nicolás Elías Mendoza qui est couronné en 1969 et qui obtiendra le titre de "Roi des Rois" en 1987.

D'autres grands compositeurs sont devenus Rois du Vallenato lors de ce festival comme Calixto Ochoa (1970), Alfredo Gutiérrez (1974, 1978 et 1986), Omar Geles (1989), Hugo Carlos Granados (1999 et 2007).


En 1976, Israel Romero et Rafael Orozco vont créé le groupe "El Binomio de Oro de América" qui va séduire rapidement la jeunesse colombienne avec des chansons comme "La Creciente", "Bonito amor", "Momentos de amor" ou "La gustadera".
Mais le Binomio de Oro ne se contentera pas de ses succès en Colombie et fera de nombreuses tournées à l'étranger et notamment au Venezuela, à Panama, en Equateur et dans les Caraïbes. En octobre 1987, le groupe arrive même aux Etats-Unis et donne un concert au célèbre Madison Square Garden de New York.

Mais la violence en Colombie n'épargne pas les musiciens et, le 11 juin 1992, Rafael Orozco est assassiné à Barranquilla. La mort de Rafael Orozco est un des événements qui a le plus frappé le monde du Vallenato, que ce soit en Colombie, au Venezuela et dans d'autres pays latino-américains.


Danser le Vallenato


Danseurs de VallenatoSi le rythme du Vallenato est lent, il se danse généralement corps contre corps, très tranquillement. Quand le rythme est plus rapide, les danseurs s'écartent pour avoir une plus grande liberté de mouvements.

Le Vallenato est très simple à danser : deux pas sur un côté, deux pas de l'autre, deux pas en avant et deux pas en arrière, le partenaire exécutant les mêmes pas dans le sens opposé.

D'autres spécialistes vous diront que la chorégraphie consiste à faire deux pas d'un côté puis un au centre, deux pas de l'autre côté puis un pas au centre et demi-tour entre les partenaires.

Mais pour beaucoup de monde, le Vallenato n'est pas une danse de salon mais une danse de fin de semaine, donc chacun fait comme il le sent, tout dépendant de son état du moment.

Pour mieux comprendre comment se danse le Vallenato regardez la vidéo ci-dessous et reproduisez simplement les mouvements des danseurs.




Chanteurs et musiciens de Vallenato

Découvrez ci-dessous une sélection des meilleurs artistes de Vallenato et quelques unes de leurs oeuvres les plus connues :


Vidéo de Vallenato

Découvrez ci-dessous le vidéo clip de "Traga'o De Ti" de Peter Manjarrés, tiré de son album "El Caballero y el rey" publié en 2009 :