Oaxaca



OaxacaSituée à 1 557 mètres d'altitude entre la Sierra Huárez et la Sierra Madre del Sur, Oaxaca est une des villes les plus agréables et les plus belles du Mexique avec son architecture coloniale et ses beaux paysages environnants.
C'est à la fin de l'année 1521 que Francisco de Orozco arriva dans la Vallée d'Oaxaca après la prise de Tenochtitlán, envoyé par Hernan Cortés qui le chargea de fonder la cité de "Segura de la Frontera" sur le territoires des Zapotèques. En 1528, cette colonie espagnole changea de nom pour s'appeler "Villa de Antequera de Guaxaca" et l'année suivante, en 1529, Hernan Cortés reçut le titre de Marquis de la Vallée d'Oaxaca.
Il faudra attendre 1821 pour que la ville soit enfin baptisée Oaxaca qui dans la langue Nahuatl (Huaxyácac) veut dire "la colline des courges". Puis en 1872, la capitale de l'Etat fut renommée Oaxaca de Juárez pour rendre hommage à Benito Juárez mort cette année-là, un indigène d'origine Zapotèque qui fut élu Président du Mexique en 1858.

A une dizaine de kilomètres du site archéologique de Monte Alban, Oaxaca est une ville d'une très grande richesse culturelle puisque sa vallée était le point de rencontre de grandes civilisations comme les Mixtèques et les Zapotèques, ces derniers ayant étant influencés à la fois par les Olmèques, la civilisation de Teotihuacan et les Mayas.

Avec l'arrivée des espagnols Oaxaca s'est embellie avec la construction de nombreux couvents, églises et palais dont certains sont devenus aujourd'hui des musées exposant toute la richesse de la culture et de l'histoire de Oaxaca et de sa vallée.

Que voir à Oaxaca

Le Centre Historique de Oaxaca a conservé de nombreux édifices datant de l'époque coloniale comme la Cathédrale, les églises de la Compagnie de Jésus, de Notre-Dame de la Solitude ou de San Agustín, la Chapelle de Rosario ou le magnifique Couvent Santo Domingo de Guzmán.
On y visitera également quelques uns de ses musées comme le Musée Rufino Tamayo qui possède une très belle collection d'objets et de sculptures précolombiennes.
Oaxaca possède également de nombreux marchés authentiques où l'on pourra acheter des produits artisanaux comme de magnifiques tapis décorés de motifs indigènes, déguster des plats de la gastronomie locale, savourer une bonne tasse de chocolat à la vanille ou goûter à l'alcool local, le mezcal, une variante de la fameuse Tequila.

Zócalo de Oaxaca La Plaza de la Constitución, plus connue sous le nom de Zócalo, représente le coeur de la cité coloniale espagnole fondée sur l'emplacement de l'ancienne garnison Aztèque de Huaxyacac. Autour de cette belle place arborée possédant un joli kiosque où sont donnés parfois des concerts, on y verra quelques uns des édifices les plus importants de la ville comme la cathédrale, l'église de la Compagnie de Jésus, le Palais du Gouvernement qui abrite aujourd'hui le Musée du Palais, et de nombreux bars et restaurants sous les arcades de beaux édifices de l'époque coloniale.
En face de la Cathédrale on découvrira un autre parc très apprécié par la population locale, la Alameda de León connue autrefois sous le nom de Plaza de Cántaros car les lieux étaient occupés par des artisans potiers. C'est en 1840 que le général Antonio de León qui vivait en face de cette place décida de la transformer en jardin en se basant sur la Alameda de Mexico

Cathédrale Nuestra Señora de la Asunción Entre le Zócalo et la Alameda de León, la Cathédrale Nuestra Señora de la Asunción est un véritable joyau de l'art baroque mexicain. C'est à partir de 1535 que commença la construction de l'édifice mais en raison des tremblements de terre qui affectèrent sérieusement sa structure un nouvel édifice fut bâti entre 1724 et 1733, un édifice de forme massive comme la plupart des constructions de Oaxaca afin de mieux résister aux séismes.
La très belle façade de style baroque est décorée par les statues de Saint Pierre et Saint Paul des deux côtés de la porte centrale surmontée par la représentation de Nuestra Señora de la Asunción reposant sur des nuages et des chérubins. De part et d'autre de la Vierge on pourra reconnaître Saint Martial, Saint Joseph, Sain Christophe et Saint Pierre Martyre. Sur la partie supérieure est représenté le Saint Sacrement sous la forme d'un Calice devant une couverture soutenue par les anges entre les nuages.
Les tours de la cathédrale ont été détruites par un tremblement de terre en 1931. Reconstruites depuis, on y verra une horloge donnée à Oaxaca par le roi d'Espagne Ferdinand VII.

Compagnie de Jésus A côté du Zócalo se dresse l'église de la Compagnie de Jésus dont l'origine remonte à 1579 quand celle-ci était dédiée à San Francisco Javier. Mais l'église fut endommagée à maintes reprises par les tremblements de terre et, en 1767, quand les Jésuites furent expulsés de la Nouvelle Espagne, le couvent et l'église furent consacrés à l'Immaculée Conception jusqu'en 1867, année où fut décrétée la fin de la sécularisation des religieuses.
L'édifice fut alors laissé à l'abandon, vendu par lots avec l'installation de commerces, puis déclaré monument historiqye en 1933.
Aujourd'hui on pourra apprécier la structure massive de sa façade ornée par des colonnes, des balustres et une niche qui abrite San Ignacio de Loyola, le fondateur de l'Ordre des Jésuites.
A l'intérieur de l'église, on admirera le rétable principal en bois avec ses détails sculptés et dorés, sa niche principale abritant l'Immaculée Conception entourée des représenations de San Joaquín et Santa Ana, les parents de la Vierge. San Ignacio de Loyola a lui aussi sa place dans ce rétable, rappelant ainsi l'origine jésuite de ce temple.

Basilique de Nuestra Señora de la Soledad Comme dans la plupart des villes coloniales du Mexique, Oaxaca compte un nombre considérable d'églises dont certaines sont de véritables chefs d'oeuvre de l'art baroque mexicain.
Parmi les plus impressionnantes, on s'attardera devant la façade de la Basilique de Nuestra Señora de la Soledad, une église qui fut construite entre 1682 et 1690 et dont la richesse architecturale démontre pourquoi le Centre Historique de Oaxaca fut inscrit au Patrimoine Mondial de l'Humanité en 1987.
Suite à la destruction de nombreux édifices lors des tremblements de terre, la Basilique de Nuestra Señora de la Soledad fut construite dès son origine avec une structure antisismique, ce qui explique cet aspect massif avec des tours de la même hauteur que la nef principale.
Malgré cela, la façade principale de la basilique est très harmonieuse avec ses colonnes et son chapiteau de style dorique et ses niches abritant Saint Pierre, Saint Paul, Saint Augustin et Santa Rosa de Lima. Au-dessus du portail on découvrira la représentation de la Vierge Marie en larmes au pied de la croix dans un paysage symbolisant Jerusalem. On y verra aussi les figures de Sainte Anne, Saint Joachim, Saint Jean Baptiste et Sainte Lucie dans leurs niches respectives. Le troisième étage de la façade symbolise l'Annonciation de la Vierge avec la présence de l'Archange Gabriel, Saint Sébastien, Sainte Isabelle, Saint Nicolas de Bari et Saint Nicolas de Tolentino. Au sommet on distinguera un relief illustrant l'Assomption de Marie.
A l'intérieur de l'église on découvrira de belles peintures de style baroque européen et la coupole octogonale recouverte d'azulejos à l'extérieur et se trouvant à l'union du transept de de la nef Principale.

Couvent de Santo Domingo De tous les édifices religieux de la ville, s'il y en avait un seul que vous devriez absolument découvrir, ce serait le Couvent de Santo Domingo. C'est en 1555 que les Dominicains commencèrent la construction de ce magnifique ensemble architectural situé à 6 cuadras au nord du Zócalo. Malgré les tremblements de terre, l'église fut inaugurée en 1608 et la construction du couvent fut terminée en 1619. Cependant, l'ensemble religiqieux continua de s'embellir avec l'adjonction des deux tours de l'église en 1660 et 1666, et la construction entre 1724 et 1731 de la magnifique Chapelle del Rosario.
Avec son immense patio, son potager ressemblant à un véritable jardin botannique, le majestueux rétable datant de 1612, les nombreusees peintures qui décorent les murs et les voûtes de l'église, le Couvent Santo Domingo forme un ensemble architectural admirable, un chef d'oeuvre de l'art baroque mexicain qui fait la fierté de ses habitants.

Pourtant, le Couvent Santo Domingo dut fermer ses portes suite à la promulgation des lois de la Réforme en 1859, devenant une caserne jusqu'à la fin du 19ème siècle. La Capilla del Rosario ne fut réouverte au culte qu'en 1898 et l'ensemble religieux fut restauré peu à peu pour devenir un des centres culturels les plus importants de la ville.
C'est en 1976 qu'eurent lieux les travaux de restauration les plus importants et trois ans plus tard, le 29 janvier 1979, le Pape Jean Paul II en personne y donna une messe.
L'église est toujours ouverte au culte catholique mais les édifices du Couvent Santo Domingo abritent aujourd'hui le Musée des Cultures de Oaxaca qui vous invitera à voyager dans le temps en découvrant de belles pièces d'archéologie comme celles retrouvées dans la tombe 7 de Monte Alban, mais aussi des documents datant de la période coloniale et de la République.
On ne manquera pas non plus la visite du Jardin Ethnobotanique qui couvre une superficie de 2,3 hectares et présente plus de 7 000 plantes provenant de 965 espèces de la flore de l'Etat de Oaxaca.

Casa Juárez A peu de distance du Couvent Santo Domingo et en face de l'église del Carmen Alto, on entrera dans la Casa Juárez située au numéro 609 de la Calle García Vigil. Ancienne propriété de Don Antonio Salanueva, cette maison typique de Oaxaca fut construite au 17ème siècle et abrita Benito Juárez durant son enfance. A l'âge de 12 ans, le jeune Benito était à la recherche de sa soeur Josepha qui travaillait comme servante de la famille Maza. Benito fut alors accueilli par Don Antonio Salanueva qui l'adopta et l'éduqua, lui permettant d'entrer au Séminaire de la Santa Cruz, puis à l'Institut des Sciences et des Arts où il obtint son diplôme d'avocat avant de terminer Président du Mexique.
Cette maison fait donc la fierté des Oaxaqueños et a été transformée en 1933 en musée où sont exposés les objets ayant appartenu à Benito Juárez.
Si tous les meubles ne sont pas d'époque, l'ambiance de la maison où a vécu un des présidents les plus populaires du Mexique est assez bien ressentie.
La Casa Juárez Museo de Sitio n'est pas seulement un musée consacré à Benito Juárez, mais un site important pour comprendre et découvrir une partie de l'histoire du Mexique depuis les mouvements révolutionnaires en passant par l'indépendance, la Réforme et l'intervention française.

église de San Juan de Dios A Oaxaca vous découvrirez d'autres édifices religieux très représentatifs des techniques architecturales utilisées dans cette ville pour résister aux séismes tout en offrant de belles façades de style baroque mexicain.
Parmi ses églises on citera celle de San Felipe Neri construite enre 1733 et 1770 à deux cuadras à l'ouest du Zócalo. C'est dans cette église que Benito Juárez épousa Doña Margarita Maza le 31 juillet 1843.
La petite église de San Juan de Dios, située à trois cuadras au sud du Zócalo et juste à côté du Mercado Benito Juárez, vous émerveillera par sa décoration intérieure. Ce serait la plus ancienne église de Oaxaca, construite à l'endroit où fut donnée la première messe en 1521 sous un abre au bord du río Atoyac.
A quatre cuadras au sud du Zócalo on admirera le bel ensemble formé par l'église et le couvent San Francisco dont la construction remonte à 1592, juste à côté du Cedart, le Centre d'Education Artistique Miguel Cabrera.
L'église San Agustín s'élève à une cuadra à l'est du Zócalo. Le couvent fut terminé en 1596 mais ce n'est qu'en 1772 que l'église fut achevée. Cette église possède sans doute un des portails les plus remarquables de la ville et l'intérieur vous surprendra par son originalité et ses qualités artistiques.
A quatre cuadras au nord du Zócalo et juste avant d'arriver au Couvent Santo Domingo en parcourant le fameux "couloir touristique" représenté par la Calle Alcalá, on fera une halte devant la paroisse de la Preciosa Sangre de Cristo construite en 1689, une église à l'architecture assez sobre mais qui ne manque pas de charme.

Calle Alcalá La Calle Alcalá, connue aussi sous le nom de "Corredor Turístico" ou "Andador Turístico", est rue piétonne qui relie la cathédrale au Couvent Santo Domingo. En parcourant cette rue on découvrira de belles demeures coloniales dont certaines abritent des entités culturelles comme le Musée d'Art Contemporain, des restaurants et des bars avant de déboucher sur l'ensemble momumental formé par l'église et le Couvent Santo Domingo.
Le Musée d'Art Contemporain de Oaxaca (MACO) qui se trouve dans cette Calle Macedonio Alcalá est la concrétisation d'un souhait du peintre Rufino Tamayo grâce à l'initiative de l'artiste Francisco Toledo. Situé dans un édifice historique connu sous le nom de Casa Cortés depuis le 28 février 1992, ce musée fait la promotion de l'art local et national à travers 14 salles d'exposition dont 6 présentent des collections permanentes d'artistes de Oaxaca comme Rufino Tamayo, Francisco Gutiérrez, Rodolfo Nieto, Rodolfo Morales et Francisco Toledo.

Musée Rufino Tamayo Avec le Musée des Cultures d'Oaxaca abrité par le Couvent Santo Domingo et le Musée d'Art Contemporain de Oaxaca, le Musée Rufino Tamayo est considéré comme un des principaux centres culturels de la ville.
A seulement deux cuadras au nord-ouest de la Alameda de León, sur la Avenida Morelos, le Musée Rufino Tamayo (connu aussi sous le nom de Musée d'Art Préhispanique) fut inauguré le 29 janvier 1974 et présente près de 1 000 pièces provenant des civilisations précolombiennes du pays. C'est la collection du célèbre artiste Oaxaqueño Rufino Tamayo qui pendant 20 ans a rassemblé ces pièces provenant des différents sites archéologiques du Mexique. Parmi les pièces les plus belles on découvrira des céramiques et des statues provenant des cultures Zapotèque et Mixtèque, deux civilisations qui ont dominé la Vallée de Oaxaca avant l'arrivée des conquistadores espagnols.
Mais l'art précolombien n'est pas le seul attrait de ce musée puisqu'on y admirera aussi quelques belles pièces provenant des époques coloniale et moderne.
Les touristes passionnés d'art se rendront certainement à la Posada Don Mario située au numéro 219 de la Calle Cosijopí, près du Couvent Santo Domingo, pour voir la maison natale de Rufino Tamayo.

Théâtre Macedonio Alcalá A deux cuadras au nord-est du Zócalo, à l'angle de la Calle 5 de Mayo et de la Avenida de la Independencia, le Théâtre Macedonio Alcalá est également un des hauts lieux culturels de Oaxaca.
Construit entre 1903 et 1909 l'édifice servit au départ de théâtre-casino sous le nom de "Luis Mier y Terán", puis il fut baptisé "General Jesús Carranza" avant de prendre le nom dans les années 1930 du musicien Oaxaqueño Macedonio Alcalá, compositeur d'une valse très connue au Mexique et véritable hymne de la ville : "Dios Nunca Muere".
De style renaissance, le Théâtre Macedonio Alcalá est un des rares édifices de Oaxaca à ne pas respecter le style baroque de l'architecture de la ville. La porte principale située à l'angle représente l'axe central de l'édifice avec ses deux façades symétriques qui s'étenent sur la Calle 5 de Mayo et la Avenida de la Independencia. On y admirera ses cariatides qui semblent supporter le poids de deux des quatre colonnes corinthiennes surmontées par une belle coupole.
A l'intérieur le vestibule est de style français comme la plupart des théâtres construits à cette époque, de style Louis XV plus précisément avec un grand escalier de marbre blanc. On appréciera encore sa belle salle de concert en forme de fer à cheval et entourée de balcons où prennent place les spectateurs les plus aisés. Le rideau reproduit une belle scène antique avec le Parthénon et le Mont Parnasse et comme toile de fond entre les nuages, le char d'Apollon tiré par quatre chevaux. On remarquera aussi la présence des Neuf Muses représentées sur le plafond du théâtre.

Chocolat à Oaxaca La découverte de Oaxaca ne serait pas complète sans la visite de ses marchés artisanaux et ses boutiques qui vous offriront la grande spécialité de la cité : le Chocolat de Oaxaca.
Connu des civilisations précolombiennes, découvert par les espagnols, apprécié par la noblesse européenne, le chocolat à Oaxaca est une véritable institution et les nombreuses boutiques vous le présenteront sous différentes formes, prêt à être dégusté en le laissant fondre sur la langue, ou en le mélangeant avec du lait et de la vanille pour préparer une délicieuse tasse de chocolat chaud.
L'autre grande spécialité de Oaxaca c'est le Mezcal, une boisson alcoolisée réalisée à partie d'agaves et très ressemblante à la Tequila. Mais ne faites pas l'offense à un Oaxaqueño de lui dire que le Mezcal n'est rien d'autre q'une Tequila, pour eux la saveur de leur boisson est incomparable et les meilleures bouteilles, les plus authentiques, sont celles où l'on verra une chenille au fond, la chenille que l'on peut voir sur les feuilles de cette variété d'agave qui sert à la préparation de ce breuvage.

Mercado 20 de Noviembre Pour vos achats de souvenirs vous n'aurez que l'embarras du choix avec de nombreuses boutiques artisanales mais aussi de grands marchés comme le Mercado 20 de Noviembre à 3 cuadras au sud-ouest du Zócalo et juste en face du Mercado Benito Juárez. Le Mercado 20 de Noviembre vous proposera tout un choix de chocolats et de produits dérivés comme des tasses et des batteurs en bois réalisés de façon artisanale, tandis que le Mercado Benito Juárez est plutôt orienté à la vente de produits frais, l'occasion de découvrir la profusion de fruits et de légumes de la région.
Deux cuadras au sud, vous flânerez sur le Mercado de Artesanias pour faire vos achats de poteries, de céramiques et de textiles. Vous y trouverez de beaux tissus colorés servant à la confection des magnifiques robes et blouses des indigènes, mais aussi de magnifiques tapis et couvertures avec de spendides motifs précolombiens.


Que voir aux alentours de Oaxaca


Monte Albán Il serait tout à fait impensable de se rendre à Oaxaca sans faire la visite du site archéologique de Monte Albán situé à seulement 7 kilomètres du cente ville.
Sans être aussi spectaculaire que d'autres sites précolombiens comme Teotihuacan près de Mexico ou Chichen Itzá dans la Péninsule du Yucatán, Monte Albán impressionnera les visiteurs qui y découvriront la plus grande cité de la civilisation Zapotèque, occupée 500 ans avant notre ère.
Pour la plupart des gens, les deux grandes civilisations qui ont dominé l'aire mésoaméricaine sont les Aztèques et les Mayas, mais pour les archéologues celles qui ont le plus influencé les cultures de cette région sont celles de Teotihuacan, des Olmèques et de Monte Albán. Les sculptures et les poteries retrouvées à Monte Albán témoignent d'ailleurs d'une très grande qualité artistique comme vous pourrez vous en rendre compte en regardant les "Danzantes" datant d'une des périodes les plus anciennes de cette cité.
A Monte Albán on retrouvera des structures communes à la plupart des civilisations qui peuplèrent le Mexique et l'Amérique Centrale comme l'incontournable Jeu de Balle et des pyramides, démontrant ainsi les influences entre toutes les cultures de cette partie du continent américain.
Dominée principalement par les Zapotèques, Monte Albán verra la montée en puissance de la civilisation Mixtèque au 12ème siècle et qui occupera les lieux jusqu'à l'arrivée des conquistadores espagnols.

Site fascinant dont le nom viendrait de la famille espagnole Montalbán qui aurait posssédé ces terres au moment de la conquête selon l'archéologue Alfonso Caso (à qui on doit une très bonne interprétation du Calendrier Aztèque), la cité était connue sous le nom de "Danipaguache" (la montagne sacrée) chez les Zapotèques ou "Yucucuy" pour les Mixtèques (la montagne verte).

Zaachila A 15 kilomètres au sud du centre ville de Oaxaca, les passionnés d'archéologie découvriront le site de Zaachila situé juste à côté de la place principale du village du même nom.
Zaachila était une cité fondée par les Zapotèques à la même époque que Monte Albán mais contrairement à cette dernière on n'y verra de grandes structures. L'intérêt de ce site archéologique ce sont les tombes découvertes sous un ancien palais. Les murs de ces tombes étaient décorés de figures en stuc symbolisant le monde des morts selon la mithologie Zapothèque, comme l'himage du hibou, mais aussi des personnages importants comme les "Seigneurs de l'Enfer" et d'autres appelés "5 Fleur" et "9 Fleur". On a retrouvé également dans ces tombes de nombreuses poteries richement décorées et qui auraient été réalisées par les Mixtèques ou les Zapotèques. Dans la Tombe 2, ce sont des objets en or, en jade et autres matières pécieuses qui ont été découvertes.
En poursuivant les recherches, les archéologues ont découvert 2 autres tombes plus humbles mais très importantes pour comprendre les influences entre les civilisations Mixtèque et Zapotèque.
Zaachila fut occupée pendant de nombreux siècles par les Zapotèques puisque son roi le plus connu, Cocijoeza, règna jusqu'en 1529 et imposa son autorité sur les Mixtèques tout en se défendant de l'expansion des Aztèques.

Mitla A 40 kilomètres au sud-est de Oaxaca vous découvrirez un autre site archéologique important de l'Etat en raison surtout de sa signification. Occupée par les Zapotèques et les Mixtèques, la cité de Mitla vous enchantera par les décorations géométriques de ses édifices, les mêmes motifs que l'on retrouve sur beaucoup de tapis confectionnés par les indigènes de la région.
Appelée Lyobaa par les Zapotèques, Ñuu Ndiyi par les Mixtèques ou Mictlan par les peuples de langue Nahuatl, la cité a une relation étroite avec la mort. Peuplée depuis le début de notre ère, Mitla a connu son apogée entre 950 et l'arrivée des espagnols. On y verra en effet des édifices administratifs, des palais, des tombes richement décorées et même une forteresse pour protéger la cité.
En visitant l'intérieur du Palacio Mitla on sera subjugué par la décoration des murs en grecques, des frises géométriques peu communes en Amérique Centrale.
Les vestiges de cette cité se trouvent à proximité de l'église San Pablo Apóstol construite à partir de 1590 sur des fondations préhispaniques. Si sa façade est sobre, l'église forme avec les ruines de la cité de Mitla un ensemble très harmonieux. A l'intérieur de l'église on appréciera les rétables de style baroque consacrés à la Vierge de Guadalupe et à Saint Jean.

Mercado de Tlacolula Sur la route du retour vers Oaxaca vous pourrez faire une halte dans le village de Tlacolula de Matamoros situé à 10 kilomètres de Mitla. Ce village est connu pour la richesse de son artisanat et de sa gastronomie que vous pourrez découvrir en flânant sur son marché, un des plus colorés et réputés de la région. C'est le dimanche que se déroule le fameux "Mercado de Tlacolula" qui rassemble les artisans et les producteurs de la région pour le plus grand bonheur des touristes émerveillés par mes couleurs et les senteurs de ce marché. Plantes, légumes, fruits, poulets fraîchement égorgés, mais aussi de magnifiques poteries, des tissus et des couvertures aux motifs colorés, hamacs, huaraches, sarapes, objets en cuir ou en bois, tous ces trésors s'étalent le long de la rue principale et ses ruelles adjacentes.
Pour les touristes ce sera l'occasion de faire le plein de souvenirs tout en dégustant des empanadas de maïs, des tlayudas, des enfrijoladas, du cabri grillé, des saucisses typiques, de la cecina marinée, le tout accompagné des inévitables haricots noirs et de piment. Et pour digérer ce festin on vous proposera certainement de déguster un petit verre de Mezcal, l'alcool traditionnel de la région de Oaxaca.

Yagul Juste à côté de Tlacolula de Matamoros on en profitera pour visiter le site archéologique de Yagul dont la fondation semble remonter aux alentours de l'an 700. Yagul veut dire "Vieil Arbre" dans a langue des Zapotèques et comme à Mitla ou à Monte Albán, le site montre des éléments qui proviennent à la fois de la culture Zapotèque et de la culture Mixtèque.
Parmi les édifices les plus remarquables de ce site archéologique on citera le Palais aux Six Patios, le Jeu de Balle traditionnel à toutes les civilisations mésoaméricaines, plusieurs cours entourées des vestiges d'ancienes pyramides et de palais, des tombes très ressemblantes à celles que l'on peut voir à Mitla, et une forteresse qui domine la cité de Yagul et la Vallée de Tlacolula.

Yagul est également connue pour ses grottes préhistoriques qui témoignent de la présence d'une civilisation il y a 10 000 ans. Les grottes préhistoriques de Yagul et Mitla ont été découvertes sur une aire couvrant 5 000 hectares et on en a comptabilisé 115 dans lesquelles on pourra voir des peintures rupestres, des instruments en pierre et différents types de projectiles pour la chasse. pour certains historiens, certaines de ces grottes étaient habitées presque en permanence par ces hommes qui vivaient de la chasse et de la collecte de fruits, marquant ainsi le début de leur sédentarisation.

Dainzú En reprenant la route vers Oaxaca un petit chemin sur la gauche mène au site archéologique de Dainzú, à 22 kilomètres du centre de la capitale. Dainzú est une cité Zapotèque qui s'est développée à la même période que Monte Albán et on estime que sa fondation remonte au 7ème siècle avant J.C.
Le site archéologique a une grande valeur car il présente des caractéristiques uniques dans la Vallée de Oaxaca. On y appréciera par exemple la qualité artistique de la plateforme inférieur de l'Edifice A où l'on distinguera dse bas-reliefs représentant des joueurs de pelote. Le Complexe B est une énorme structure formant un ensemble d'habitations avec des cours et des escaliers. On y a retrouvé une tombe avec la représentation d'un jaguar gravé sur le linteau de la porte d'entrée.
Parmi les autres structures de ce site on remarquera le Jeu de Balle dont seule la moitié à été restaurée, orienté d'est en ouest comme tous les Jeux de Balles du Mexique et d'Amérique Centrale.

Santa María del Tule Toujours sur cette même route entre Mitla et Oaxaca, à 13 kilomètres de la capitale, le pettit village de Santa María del Tule mérite lui aussi d'y faire une halte. C'est là que se trouvre le fameux "Árbol del Tule", un arbre immense situé juste en face de l'église de Santa María del Tule.
Cet arbre de 40 mètres de hauteur pour une circonférence de 42 mètres possède le plus grand tronc du monde. Cet ahuehuete d'un poids estimé à 636 tonnes est l'arbe national du Mexique et il faudrait 30 personnes les bras tendus pour en faire le tour.
Personne ne connait réellement son âge mais il aurait selon les estimations plus de 2000 ans même si une légende Zapotèque prétend qu'il fut planté il y a 1400 par un certain Pechocha, un prêtre du Dieu du Vent Ehécatl.
Selon une autre légende quatre groupes décidèrent de se séparer en direction des quatre points cardinaux, marquant leur nouveau territoire en plantant un ahuehuete. L'arbre du Tule serait l'un de ces quatre ahuehuetes.
C'est le deuxième lundi d'octobre qu'une grande fête est célébrée en l'honneur de l'Árbol del Tule, des festivités qui attirent de noombreux visiteurs venant de Oaxaca et des villages voisins.

Cuilápam de Guerrero A 13 kilomètres au sud-ouest de Oaxaca on s'attardera à Cuilápam de Guerrero pour découvrir les vestiges de l'ancien Couvent de Santiago Apóstol, un édifice majestueux dont la construction commença dans les années 1530 et ne fut jamais terminée.
Ce qui de loin peut ressembler à une forteresse dominant la vallée est l'oeuvre des artisans indigènes dirigés par des prêtres dominicains qui souhaitaient élever une église et un couvent pour évangéliser la population Zapotèque et Mixtèque. En regardant les dimensions de cette oeuvre inachevée, on imagine très bien que le Couvent de Santiago Apóstol aurait était le plus bel édifice de l'Amérique coloniale si les travaux avaient pu aller jusqu'au bout.
On y admirera cependant la belle façade de style plateresque de son église, ses deux tours et ses arcades décorées de motifs géométriques. Sur certains de ses murs on y verra des inscriptions faites vraisemblablement par les artisans Mistèques chargés de la construction de cet ensemble monumental.
C'est dans une des cellules de ce couvent que fut fait prisonnier et fusillé le 14 février 1831 l'ancien Président du Mexique Vicente Guerrero.

Santa María Huatulco Les amateurs de belles plages rejoindront la côte Pacifique à 250 kilomètres au sud de Oaxaca pour se rendre à Puerto Angel, Zipolite, Puerto Escondido ou Huatulco qui avec ses 9 baies et ses 36 plages est devenue ces dernières années une des stations balnéaires les plus fréquentées du Mexique.

Santa María Huatulco est devenue une station balnéaire à la mode avec des plages magnifiques comme celles de Playa Conejos, Punta Arena, La Entrega, Yerbabuena, Punta Santa Cruz, Maguey et ses eaux particulièrement tranquilles, ou des plages plus sauvages comme celles de Cacaluta, Chachacual, La India, San Agustín ou Cacalutilla.
Quant à Tangolunda, qui veut dire "Belle Femme" dans la langue Zapotèque, c'est la principale plage de la zone hôtelière de Huatulco près d'un magnifique parcours de golf de 18 trous avec vue sur l'océan.
Grâce à son ensoleillement exceptionnel, Huatulco reçoit chaque année de plus en plus de touristes dont certains découvrent ses magnifiques baies en arrivant en bateau de croisière.

Plage de Zipolite A 50 kilomètres de Huatulco on découvrira Puerto Ángel, une des plus anciennes stations balnéaires du Mexique puisqu'elle fut créée en 1850 à l'initiative de Benito Juárez qui souhaita la construction d'un port pour faciliter le commerce du café et du bois.
Reliée directement à Oaxaca par une route de 240 kilomètres, Puerto Ángel offre le long de sa baie quelques unes des plus belles plages de la Côte Pacifique, des plages protégées par les courants marins et abritant plusieurs espèces de tortues de mer.
Pour les touristes, Puerto Ángel a su conservé son authenticité avec son port de pêche et les oiseaux marins qui profitent de la tranquillité des lieux. Playa Principal et Playa Panteón sont les deux plages principales qui bordent la baie de Puerto Ángel.
Mais ceux qui préfèreront des plages plus naturelles s'éloigneront un peu de Puerto Ángel pour s'étendre sur les plages de sable doré de Zipolite, San Agustinillo, Mazunte et La Ventanilla.
Zipolite (la "Plage des Morts" dans la langue Zapotèque), à 3 kilomètres de Puerto Ángel, est certainement la plus populaire de la région, non seulement pous sa grande extension et la bonne infrastructure touristique qu'elle offre, mais aussi parce que c'est une des rares plages où le nudisme est autorisé au Mexique.

Puerto Escondido Entre Huatulco et Acapulco, à 290 kilomètres de Oaxaca, Puerto Escondido est également une station balnéaire très fréquentée à la fois par les mexicains et les touristes américains.
Pendant très longtemps, Puerto escondido n'était qu'un petit village de pêcheurs bien tranquille avant que les surfeurs n'y débarquent dans les années 1960 pour profiter des vagues de l'océan. Peu à peu des travaux furent exécutés pour améliorer l'alimentation en eau qui faisait défaut au village et des hôtels commencèrent à se construire dans ce petit paradis oublié. Avec seulement 400 habitants dans les années 1970, Puerto Escondido a connu un développement considérable puisque la ville abrite aujourd'hui plus de 40 000 personnes qui vivent essentiellement de la pêche et du tourisme.
Puerto Escondido n'est donc plus le petit village de pêcheurs d'antan et on y trouvera des hébergements de tous types, des bars, des restaurants, des discothèques, toute l'infrastructure souhaitée par les touristes qui souhaitent avant tout se divertir au bord de l'Océan Pacifique.



Comment aller à Oaxaca

Interjet

Oaxaca est reliée par les airs grâce à l'aéroport international Xoxocotlán qui se trouve à 8 kilomètres du centre ville. Si les vols entre Mexico et Oaxaca sont très fréquents et proposés à des tarifs très accessibles grâce à Interjet et Volaris, la desserte de cet aéroport au départ d'autres villes du Mexique est assez limitée.
On trouvera cependant des vols à un prix intéressant au départ de Tijuana pour ceux qui viendraient des Etats-Unis, d'autres venant de Monterrey proposés par la compagnie Viva Aerobus, et des vols en provenance de Huatulco et Puerto Escondido avec les compagnies Aerotucán et Aerovega.
La compagnie aérienne United propose également un vol direct vers Oaxaca au départ de Houston, mais à un tarif bien plus élevé que pour les autres villes citées ci-dessus.

Généralement, la grande majorité des touristes arrivent à Oaxaca en bus en utilisant les services de la compagnie ADO qui possède son propre terminal de première classe au numéro 900 de la Calle 5 de Mayo, à environ 1 kilomètre à l'ouest du Zócalo.
La compagnie ADO propose de vous amener à Oaxaca depuis Mexico, Puebla, Orizaba, Veracruz, Jalapa, Tehuantepec, Puerto Escondido et de nombreuses autres villes du Centre, du Golfe et du Sud-est du Mexique.

Oaxaca dispose d'un terminal de seconde classe situé juste à côté du précédent et où arrivent les bus en provenance d'autres villes de l'Etat de Oaxaca mais aussi de Mexico, Puebla et de l'Etat du Chiapas.

Comment circuler à Oaxaca

Taxis à OaxacaLe transport urbain à Oaxaca est assuré par cinq compagnies de bus qui sillonent la ville dans tous les sens et desservent également les petites communes de l'agglomération.
Les véhicules utilisés sont généralement assez âgés et la municipalité a décidé de moderniser le système de transport public pour offrir un service de qualité aux 600 000 usagers circulant dans la capitale et les 21 communes voisines.
Le service de transport urbain de Oaxaca compte actuellement une flotte de plus de 860 véhicules ayant une moyenne d'âge de 10 ans. Fortement subventionnés par la Municipalité, le coût du ticket de bus à Oaxaca est un des plus bas du Mexique puisqu'il ne coûte que 6 Pesos.

Sertexa est une des compagnies de bus les plus fiables et les plus modernes assurant le transport urbain à Oaxaca. Vous découvrirez sur son site les 11 lignes desservies par cette compagnie et vous vous rendrez compte que le trafic à Oaxaca est assez congestionné puisque la vitesse moyenne tourne autour de 12 km/h. Cela veut dire qu'il faudra être patient quand on décide de prendre le bus pour se déplacer à Oaxaca.

Par chance, Oaxaca est une ville très agréable et on peut envisager de découvrir sans problèmes le Centre Historique à pied même si certaines attractions peuvent être éloignées du Zócalo.

A cette flotte de bus et minibus qui sillonent la ville s'ajoute une grande quantité de taxis qui proposent leurs services pour vous amener vers n'importe quel point de l'agglomération et même vers les communes les plus éloignées.

A ce sujet il est curieux de voir à quel point les habitants de Oaxaca se plaignent des tarifs des taxis alors que pour le touriste étranger les tarifs sembleraient plus intéressants que dans la plupart des villes du Mexique. Certes, il faut replacer cela dans le contexte économique du pays en sachant que le salaire minimum au Mexique n'est que de 67 Pesos par jour, soit environ 1600 Pesos par mois pour 24 jours travaillés. Si une personne doit dépenser 24 pesos par jour pour utiliser le bus (4 voyages quotidiens à 6 Pesos) faites le compte de ce qui lui reste pour vivre.
Ce que reprochent les Oaxaqueños aux taxis c'est qu'à distance égale par rapport à Mexico le tarif est plus élevé. Mais il faut reconnaître que les distances dans la capitale du pays sont énormes et que si les taxis pratiquaient les mêmes tarifs qu'à Oaxaca, pratiquement personne ne les utiliserait.

En ce qui concernne le touriste étranger, prendre le taxi à Oaxaca est assez avantageux car les tarifs sont fixes et appliqués à chaque passager utilisant le véhicule. Il faudra cependant bien s'assurer du tarif avant de monter pour ne pas avoir de mauvaises surprises.
Par exemple, un taxi vous conduira du Terminal de bus de Oaxaca à San Jacinto Amilpas situé 5,7 kilomètres au nord pour 10 Pesos par personne quand le bus urbain coûte 6 Pesos.

Vous trouverez ci-dessous un exemple de tarifs au départ de Oaxaca vers certaines destinations proches du Centre Ville... des tarifs qui sont malgré tout très abordables pour les touristes :

Zaachila : 15 kilomètres, 13 Pesos
Cuilapam de Guerrero : 12 kilomètres, 11 Pesos
Santa María El Tule : 13 kilomètes, 10 Pesos
Tlacolula : 33 kilomètres, 20 Pesos
Mitla : 46 kilomètres, 20 Pesos


Partir de Oaxaca


Terminal de Oaxaca

C'est la compagnie ADO et ses filiales qui assurent les voyages en bus de première classe depuis le Terminal situé au 900 de la Calle 5 de Mayo. Dans cette vaste gare routière située à 1 kilomètre à l'ouest du Zócalo on trouver des bus confortables pour rejoindre les Etats du centre, du sud-est et du Golfe du Mexique.
Les principales destinations des voyageurs au départ de Oaxaca sont Mexico, Puebla, Veracruz, Huatulco et Puerto Escondido.

Pour voyager dans l'Etat de Oaxaca on utilisera surtout les bus de seconde classe qui partent d'un terminal situé juste à côté du précédent, la Central de Autobuses de Segunda Clase de Oaxaca "Antequera". On y trouvera également des bus pour se rendre à Puebla, Mexico et le Chiapas mais dans des conditions de transport moins agréables que celles proposées par ADO.
La principale compagnie opérant à Antequera est FYPSA qui vous permettra de rejoindre des villes comme Juchitan, Salina Cruz, Huautla ou Tehuantepec dans l'Etat de Oaxaca, Arriaga, Escuintla, Tapachula, Tonala ou Tuxtla dans l'Etat du Chiapas.


Exemples de tarifs de bus au départ de Oaxaca


Ville Distance Durée Prix

Huatulco 214 km 8h00 352 Pesos

Jalapa 436 km 8h30 612 Pesos

Mexico 463 km 6h30 552 Pesos

Orizaba 315 km 4h30 410 Pesos

Palenque 733 km 15h00 Pesos

Puebla 342 km 4h30 416 Pesos

Puerto Escondido 255 km 10h00 388 Pesos

San Cristobal de las Casas 624 km 10h30 570 Pesos

Tapachula 671 km 11h00 510 Pesos

Tehuantepec 248 km 4h30 248 Pesos

Tuxtla Gutierrez 539 km 9h30 510 Pesos

Veracruz 371 km 7h00 562 Pesos

Villahermosa 581 km 12h30 702 Pesos


Tarifs constatés au mois d'octobre 2014 sur les sites des différentes compagnies de transports indiquées ci-dessus, 1 € = 17 Pesos Mexicains à cette date.

Hôtels à Oaxaca

Palacio BorgheseOaxaca est une ville très appréciée des touristes européens qui n'auront aucune difficulté à trouvé un hébergement dans cette charmante ville coloniale. On y trouvera des hébergements pour tous les types de budgets et les routards seront particulièrement gâtés car la ville offre de nombreuses petites pensions très bien situées à des prix très bas.

L'idéal à Oaxaca c'est de loger le plus près du Zócalo pour profiter de l'animation de la place et de ses rues adjacentes, découvrir à pied les principaux monuments de la ville et flâner sur les marchés du centre historique.
A Oaxaca vous trouverez certainement des hôtels de charme à des tarifs accessibles, abrités dans d'anciennes demeures coloniales qui ont été restaurées pour vous offrir tout le confort nécessaire.


Petit budget

Hotel Esperanza : A 100 mètres du parc La Merced et à 550 mètres du Zócalo, cet hôtel vous propose des chambres doubles équipées d'un ventilateur, connexion wifi et salle de bains privée à partir de 16 €.


Hostal del Barrio : Dans un quartier calme au nord-est du Couvent Santo Domingo, l'Hostal del Barrio vous propose de belles chambres doubles équipées d'un ventilateur, connexion wifi et salle de bains privée à partir de 16 €.


Budget moyen

Hotel Trébol : A seulement une cuadra du Zócalo, cet hôtel de style colonial vous propose de très belles chambres doubles équipées d'une connexion wifi, téléviseur et salle de bains privée à partir de 39 €.


Parador San Agustin : A deux pas du Zócalo et de l'église San Agustin, cet hôtel se trouve dans un bel édifice restauré du 16ème siècle et disposant de son propre restaurant. Le Parador San Agustin vous propose de belles chambres doubles équipées d'un ventilateur, une connexion wifi, un balcon et une salle de bains privée, le tout à partir de 44 €.


Grand Luxe

Palacio Borghese : A deux pâtés de maisons du Couvent Santo Domingo, le Palacio Borghese occupe un très bel édifice colonial et propose des prestations de haut de gamme à ses hôtes. L'établissement vous proposera des chambres doubles somptueuses disposant de la climatisation, une connexion wifi, un téléviseur LCD, un minibar, un bureau, une salle de bains privée avec baignoire à remous, le tout à partir de 146 € peit déjeuner inclus.


Hotel La Casona de Tita : A deux pas du Couvent Santo Domingo, cet hôtel luxueux dispose d'un restaurant, un bar, une terrasse pour mieux apprécier le Centre Historique et une galerie d'art. L'Hotel La Casona de Tita vous propose des chambres doubles très spacieuses avec une connexion wifi, un téléviseur LCD, la climatisation, un minibar, un bureau et une salle de bains privée, le tout à partir de 171 €.


Pour trouver votre hôtel au meilleur prix nous vous conseillons d'utiliser notre comparateur d'hôtels à Oaxaca.

Annonces publicitaires

Plan de Oaxaca

Billet d'avion, hôtel, voiture

Suggestion de voyage

Tourisme au Mexique

$expiration) { readfile($FichierCache); // Si le fichier de cache existe et qu'il n'est pas périmé, on affiche le contenu du fichier } else { // Sinon, nous récupérons nos données normalement ob_start(); // Ouverture de la mémoire tampon $rss = 'http://www.americas-fr.com/tourisme/tag/mexique/feed'; $xml = @simplexml_load_file($rss); $i = 0; foreach ($xml->channel->item as $promo) { if ($i<8){ echo '* '.utf8_decode(str_replace("€", "€", str_replace("’", "'", $promo->title))).''; echo '
'; echo substr(utf8_decode(str_replace("€", "€", str_replace("’", "'", $promo->description))),0,160); echo ' [...]'; $i++; echo '
'; } } $donnees = ob_get_contents(); // On récupère les données présentes dans la mémoire tampon ob_end_clean(); // On ferme et on détruit la mémoire tampon file_put_contents($FichierCache, $donnees); // On insert nos données dans le fichier de cache echo $donnees; // On affiche les données de notre page } ?>

Vidéo

Photos du Mexique