0

Patagonie : 100 000 castors à abattre

Castor de Patagonie

C’est une mission que le gouvernement argentin aurait pu confier à Davy Crockett, le célèbre trappeur americain qui n’avait aucune pitié pour les castors, ces adorables rongeurs très travailleurs, construisant des barrages d’une telle solidité qu’ils sont capables de modifier leur environnement.

Originaires d’Amérique du Nord les castors ont été introduits en Amérique du Sud, provoquant dans la Patagonie argentine et chilienne d’importants dégats.
En effet, ces rongeurs d’apparence innofensive ont détruit en Patagonie quelsues 400 km² de forêts, coupant des arbres en quelques heures afin de former des barrages sur les cours d’eau de la région.

Mais trop c’est trop et le gouvernement argentin a donc décidé de réduire de façon drastique la quantité de rongeurs en Patagonie, autaorisant les Davy Crockett des temps modernes à les piéger avant de les estourbir d’un coup sur la tête.

Quelle cruauté s’exclameront certains en voyant comment sont éliminés ces adorables rongeurs spécialisés dans la construction de barrages. Mias bon… l’ONU en a décidé ainsi et il fallait préserver la Patagonie avec ses arbres centenaires.

La décision a été prise le 14 novembre 2016 et l’élimination de ces 100 000 castors se fera sur une période assez longue puisque seule une dizaine de chasseurs a été chargée de supprimer ces envahisseurs sur une période de plusieurs années.

C’est en 1946 que les castors ont été introduits en Patagonie par des exploitants de fourure qui estimaient que les lieux étaient adaptés au développement de cet animal. Mais ces derniers se reproduisirent rapidement sans qu’on puisse en réguler la quantité.

N’ayant pu leur faire comprendre qu’ils ne pouvaient pas construire impunément autant de barrages, les castors ont alors détruit 400 km² de forêt patagonienne, un désastre écologique d’une telle importance que les autorités argentines et chiliennes se mirent d’accord pour réduire leur nombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *