Actualité du voyage en France et dans le Monde

Tahiti veut rassurer les touristes

Par • Catégorie: Actualité

Annonce publicitaire :



L’Office de Tourisme de Tahiti souhaite qu’on cesse de spéculer sur le cas du touriste allemand qui aurait été dévoré par des cannibales sur l’île de Nuku Hiva.

Cette nouvelle affecterait beaucoup le tourisme dans les îles Marquises, les visiteurs craignant que les cas de rituels cannibales en Polynésie puissent être avérés.

L’Office de Tourisme de Tahiti précise qu’une enquête est en cours et qu’il s’agit de toute façon que d’un cas isolé.

Stefan Ramin et sa fiancée naviguaient sur les mers depuis 2008 avec leur catamaran de 14 mètres de longueur quand le 16 septembre 2011 ils jetèrent l’ancre aux Marquises. Selon des proches du couple, ils avaient l’intention de rester au moins deux ans en Polynésie Française.

Le 9 octobre, l’industriel allemand âgé de 40 ans, originaire de Hambourg, avait entrepris une excursion dans les montagnes de l’île accompagné par Henri Haiti, un guide local.

Selon le journal allemand Bild, le guide est rentré seul au village et a averti Heiki Drosch, la fiancée de l’aventurier, que celui-ci avait fait une chute est qu’il fallait allait le secourir. Au lieu d’aviser les services de secours, le guide et la fiancée de Stefan Ramin sont allés dans la forêt pour le retrouver.

Selon le journal allemand le guide aurait alors attaché la femme à un arbre pour tenter de la violer. Mais heidi a pu s’échapper et a averti les autorités locales.

Après avoir ratisser la zone durant plusieurs jours, la Police a découvert les restes d’un bûcher où se trouvaient des os apparemment humains, une prothèse dentaire, des mèches de cheveux et des vêtements.

Pour le Journal allemand ces preuves démontreraient que l’aventurier allemand aurait été assassiné par le guide qui l’aurait ensuite dévoré.

Ne reculant devant rien pour faire sensation, le Bild titrait dans son édition du lundi 17 octobre : « Vacances de terreur dans l’île des cannibales ».

Mais ces accusations ont été rejetées par l’Office du Tourisme de Tahiti qui assure que pour l’instant on ne sait pas ce qu’il s’est passé et que les restes ont été envoyés à Paris pour déterminer à qui ils appartiennent.

Les résultats de ces analyses peuvent tarder plusieurs semaines et pour le moment personne n’est en mesure d’affirmer qu’il s’agit du corps de Stefan Ramin, ni même s’il a été assassiné ni dans quelles circonstances il serait mort.

La Police serait à la recherche du principal suspect, un chasseur des îles Marquises. Cependant, l’Office du Tourisme affirme que parler de rituel cannibale est une pure fantaisie, qu’il s’agit d’un cas isolé qui pourrait se dérouler n’importe où dans le monde et que ce n’est en aucun cas le reflet de la culture et des traditions des habitants des îles Marquises.

« Tenter d’associer cet incident avec des pratiques ancestrales sans avoir de preuves tangibles est un acte méprisable » a déclaré l’Office du Tourisme de Tahiti.

dans une note remise aux médias, l’Office de Tourisme de Tahiti demande que l’on respecte la famille du disparu et le peuple des îles Marquises qui est consterné en pensant que ce crime s’est déroulé sur ses terres.

La Polynésie Française est une région où le cannibalisme se pratiquait jusqu’au 19ème siècle, mais ces rituels on cessé avec l’arrivée des missionnaires.

L’écrivain Herman Melville, auteur de Moby Dick, a vécu plusieurs semaines dans la petite île de Nuku Hiva qui lui servit de décor pour son roman « Taïpi » dans lequel il décrivait les conditions de son séjour et sa peur d’être dévoré par les indigènes.

Cependant, Melville et son camarade Toby furent très bien accueillis et vécurent avec les Taïpis en passant d’agréables moments. Il relate dans son livre ses amours avec la belle Faïaoahé et ses discussions avec le chef Mehevi.

Hôtels aux Marquises

Voyage en Polynésie





Article rédigé le 22 Oct, 2011




Liens publicitaires




Marqué comme: , , , ,

Laisser un Commentaire