Americas > Litterature > Rulfo

Juan Rulfo (Mexique)



Juan Rulfo

Juan Rulfo : Biographie


Juan Nepomuceno Carlos Pérez Rulfo Vizcaíno est né à Sayula, dans l'Etat de Jalisco (Mexique), le 16 mai 1917. La famille de Juan Rulfo avait une maison à Sayula, San Gabriel et Apulco. En raison de l'époque violente (la révolution mexicaine), les parents de Rulfo changeaient fréquemment de résidence. Son père est assassiné en 1923, ainsi que de nombreux membres de sa famille.

C'est à San Gabriel que Juan Rulfo fait ses premières années d'école. La troisième année est interrompue à cause de la "guerra cristera", car il se trouve dans une école de religieuses joséphines.
Juan Rulfo doit aller à Guadalajara où il est interne à l'orphelinat "Luis Silva" en septembre 1927. Mais sa mère décède au mois de novembre de la même année.

L'enfance de Juan Rulfo est très tourmentée. Tout comme l'est l'évocation de sa jeunesse. Les dates et ses souvenirs sont très imprécis et se contredisent avec les déclarations d'autres témoins. Aussi nous en resterons qu'au concret.

En 1933, Juan Rulfo tente d'entre à l'Université de Guadalajara, mais comme elle était en grève, il s'inscrit comme auditeur libre au Collège San Idelfonso de la ville de Mexico. C'est en 1934 qu'il écrit ses premières oeuvres littéraires et qu'il collabore avec la revue América.

En 1945 Il publie les contes "Nos han dado la Tierra" et "Macario" dans la revue Pan, de Guadalajara, dirigée par Antonio Alatorre et Juan Rulfo lui-même.

En 1946 il s'installe à Mexico et publie "Macario" dans la revue "América". En février 1948 il publie "La cuesta de las Comadres," en janvier 1950 "Talpa", en décembre, "El Llano en LLamas" y en août 1951 "¡Díles que no me Maten!"

En 1954 "El Llano en Llamas" est publié dans la collection "Letras Mexicanas" du Fonds de Culture Economique.
En 1955 apparaît "Pedro Páramo" dans la collection "Letras Mexicanas" puis il publie le conte "El día del derrumbre."

En 1956 il s'installe à Ciudad Alemán, Veracruz, et travaille comme promoteur de la Commission Papaloapan, sur l'organisation du système de risques dans la zone de Veracruz.
Emilio el Indio Fernández lui demande d'écrire des scénari pour le cinéma.
Au cours de ces années la plupart de ses textes vont servir de base à des productions cinématographiques comme le film "El Despojo" qui sera produit en 1960.

En 1962 Juan Rulfo voyage en Allemagne et deux ans plus tard, en 1964, un aautre film basé sur ses textes, "El Gallo de oro", sera réalisé par Roberto Gavaldón et adapté pour le cinéma par deux grands auteurs de la laittérature latino-américaine : Carlos Fuentes et Gabriel García Márquez.

En 1972, le film "El Rincón de las Vírgenes" est réalisé par le cinéaste Alberto Isaac qui s'est basé sur le conte "Anacleto Morones" tiré du livre "El llano en llamas".

Durant toutes ces années Juan Rulfo a beaucoup voyagé, participant à de nombreux congrès internationaux et recevant de nombreux Prix comme le Prix Xavier Villaurrutia qui lui a été décerné en 1955 à Mexico pour son roman "Pedro Páramo", ou le Prix National de Littérature en 1970.

En 1974, Juan Rulfo a voyagé en Europe à l'occasion du Congrès des Etudiants de l'Université de Varsovie, et en a profité pour visiter l'Allemagne, l'Autriche, la Tchécoslovaquie et la France.

En 1980, il devient membre de L'Académie Mexicaine de la Langue, l'équivalent de l'Académie Française. Il siège alors à côté d'illustres personnages de la culture mexicaine comme Miguel León-Portilla, José Luis Martínez, ou l'ancien président du Mexique Miguel Alemán Valdés.

En 1983 il reçoit en Espagne le Prix du Prince des Asturies, un des plus grands Prix décernés dans ce pays. Ce Prix est décerné depuis 1981 et Juan Rulfo est le premier écrivain latino-américain à le recevoir, suivi par Mario Vargas Llosa en 1986, le vénézuélien Arturo Uslar Pietri en 1990, Carlos Fuentes en 1994, le colombien Alvaro Mutis en 1997, le guatémaltèque Augusto Monterroso en 2000 et la brésilienne Nélida Piñón en 2005.

Ses oeuvres sont traduites dans de nombreuses langues. Juan Rulfo donne beaucoup d'interviews à propos de ses premiers succès. Il déclare écrire beaucoup, mais renonce à chaque fois de publier ses nouvelles créations qu'il détruit.

Cependant Pedro Páramo, son unique roman, est très certainement l'oeuvre qui a le plus touché le monde littéraire, recevant les hommages des plus grands auteurs latino-américains comme Jorge Luis Borges, Alvaro Mutis ou Gabriel García Marquez. Ce dernier déclarait qu'il n'avait jamais été aussi ému en lisant le roman de Juan Rulfo, depuis la nuit où il avait découvert la "Métamorphose" de Kafka dix ans plus tôt.

Préoccupé par le développement socio-économique des peuples autochtones de son pays, Juan Rulfo a également collaboré avec l'Institut National pour les Indigènes entre 1962 et le jour de sa mort, le 7 Janvier 1986 à Mexico.


Bibliographie de Juan Rulfo

Découvrez ci-dessous les principales oeuvres de Juan Rulfo, certaines traduites en Français et d'autres en Espagnol.


Annonces publicitaires

Billet d'avion, hôtel, voiture

Suggestion de voyage

D'autres articles ou annonces qui pourraient vous intéresser