Amérique Latine Recherche et Réservation de Billet d'avion Voyage en Amérique Latine
Billet d'avion

Services en Direct

Recherche


Sitio en español
Librairie Latino
Guides de Voyage
Traduction Gratuite
Petites annonces
Correspondances
Cartes Postales
Galerie Photos
Billet d'avion
Forum Culture
Livres à lire

Google
Littérature
Ciro Alegría
Isabel Allende
José M. Arguedas
Miguel A. Asturias
Adolfo Bioy Casares
Jorge Luis Borges
Alejo Carpentier
Paulo Coelho
Francisco Coloane
Carlos Fuentes
Eduardo Galeano
Gabriel G. Márquez
Pablo Neruda
Octavio Paz
Augusto Roa Bastos
Juan Rulfo
Manuel Scorza
Mario Vargas Llosa
Sites à voir
Paulo Coelho
Expressions
Acheter Livre
Da Vinci Code
Tableaux
Vente Livres
Statistiques



statistiques
Hit-Parade

Littérature Latino : Gabriel Garcia Marquez


Gabriel García Márquez

Gabriel García Márquez

* Achats de livres possible

        - Extraits d'oeuvre :        Douze contes vagabonds       La sainte

Gabriel García Márquez est né le 6 Mars 1928 à Aracataca, village de Colombie. Il est le fils d'un télégraphiste, Gabriel Eligio Garcia, et d'une jeune fille de la bourgeoisie locale, Luisa Santiaga Marquez. Mais il fut véritablement élevé par ses grands-parents maternels. Son grand-père, Nicolas Marquez Iguaran, un ancien colonel, était son compagnon et confident. La grand- mère, Tranquilina Iguaran Cotes, femme nerveuse et visionnaire, entrait la nuit dans sa chambre et le terrorisait par ses histoires de revenants. La maison et son ambiance constitueront le cadre de nombreux contes et romans. En 1936, il étudie au collège de Barranquilla, puis dans un internat de Zipaquira où il obtient en 1946 le baccalauréat.

En 1947, étudiant en droit à l’université de Bogota. il publie dans El Espectador sa nouvelle: La troisième résignation, première d’une série écrite de 1947 à 1952.
Après l’assassinat du leader politique Jorge Eliécer Gaitan, l’université étant fermée, il rejoint sa famille à Cartagena, où il collabore à El Universal, nouvellement fondé.

Devenu journaliste à El Heraldo de Barranquilla, il se lie d’amitié avec Alvaro Cepeda Samudio, Alvaro Mutis et Plinio Mendoza. Durant ces années de bohème studieuse, il découvre Faulkner. Hemingway, Virginia Woolf, Kafka. Joyce.
Il écrit Des feuilles dans la bourrasque qui sera publié en 1955. Reporter à Bogotá pour El Espectador (à partir de février 1954), il relate en particulier avec humour les tribulations du marin Luis Alejandro Velasco (1955, réédité en 1970 sous le titre Récit d’un naufragé).

Envoyé en Europe en juillet 1955, il se rend à Genève, puis à Rome, où il s’inscrit au Centre expérimental de cinéma. Quelques mois plus tard la fermeture du journal par le dictateur Rojas Pinilla, le surprend à Paris. Bientôt sans argent, réfugié au dernier étage d’un hôtel du quartier Latin, il travaille à La Mala hora (publié en 1962), dont il détache une partie constituant Pas de lettre pour le colonel (revue Mito, 1958 : première édition en 1961) .
En 1958, il visite l’Allemagne de l’Est, l’Union soviétique, la Hongrie, séjourne de nouveau à Paris puis à Londres et à Caracas, avant de gagner la Colombie, où il épouse Mercedes Marcha Pardo.

Peu après le triomphe de la révolution cubaine, il ouvre à Bogota, avec Plinio Mendoza, un bureau de l’agence d’informations Prensa latina, pour laquelle il travaille ensuite à La Havane et à New York. Démissionnaire en juin 1961, il s’installe à Mexico, écrit des scénarii et les nouvelles de Les funérailles de la Grande Mémé (1962). En 1965, il commence la rédaction de Cent ans de solitude dont la publication à Buenos Aires, en avril 1967, lui vaudra aussitôt la célébrité dans toute l’Amérique latine et bientôt en Europe.

À Barcelone où il vit de 1968 à 1974. paraît en 1972 l’Incroyable et Triste Histoire de la candide Erendira et de sa grand-mère diabolique . Sympathisant actif des mouvements révolutionnaires latino-américains, il finance avec un grand prix littéraire (Romulo Gallos 1972) la campagne Électorale du M.A.S. au Venezuela, collabore en Colombie à la fondation de l’hebdomadaire Alternativa (1974) et écrit le roman baroque politique : L‘Automne du Patriarche (1975). En 1978, il crée la fondation Habeas pour la défense des droits de l’homme et des prisonniers politiques en Amérique latine et rencontre dans cette intention le pape et le roi d’Espagne (1979).

Devenu universel et populaire pour l’originalité et la fécondité de son imagination créatrice, il voit, en avril 1981, son roman , Chronique d’une mort annoncée , publié simultanément à Bogota, Barcelone et Buenos Aires, atteindre un premier tirage de deux millions d’exemplaires. Lauréat du prix Nobel 1982, il est aussi l’auteur de L’Amour au temps du choléra (1986) et d’une fiction sur les derniers jours de Bolivar: Le Général dans son labyrinthe (1989).


références :
Recopilación de textos sobre Gabriel García Márquez, La Havane, 1969
Mario Vargas LLosa, Gabriel Garcia Marquez, historia de un deicidio, Barcelone, 1971
Gabriel García Márquez, Une odeur de goyave, entretiens avec Plinio Mendoza, Paris, 1982
France 3, Un Siècle d'écrivains


Gabriel García Márquez sur Lisons.info






Americas - Découvrez un nouveau monde - Americas dans vos favoris
| © Americas-fr, 1999-2013 | Publicité | Contacts | Partenariat | Plan du Site | Google+