Americas > Voyages > Cuzco-3

La Vallée de Cuzco



Cuzco vue généraleA quelques kilomètres de la Capitale Inca, des édifices et des villages méritent vraiment le voyage. On s'y rend sans problèmes avec les nombreux bus ou minibus que comptent la ville de Cuzco, en louant une voiture ou en utilisant les services des taxis. Il est même possible de se rendre à pied à certains endroits comme la Citadelle de Sacsayhuaman, la forteresse qui protégeait la grande Cité des Incas.

Le circuit proposé emprunte la route qui relie Cuzco à Puno vers le sud-est jusqu'à Andahuaylillas et celle rejoignant la commune de Pisac au nord-est. Pendant ce voyage on traversera de magnifiques paysages de montagne, bordant des lagunes et le río Vilcanota et découvrant des vestiges des civilisations Huari et Inca.

Avant de partir pour cette belle excursion, on n'oubliera pas son Boleto Turístico (voir les détails sur la page consacrée à la Ville de Cuzco) qui vous permettra de visiter les sites de Sacsayhuaman, Qenqo, Puca Pucara, Tambomachay, Pikillacta, Tipon et Pisac.

Au cours de cette excursion on en profitera aussi pour découvrir les spécialités locales comme les délicieux chicharrones de Saylla, la chicha de jora de Huasao, les différentes sortes de pain d'Oropesa dont la Chuta, et la cuisine de Lucre considérée comme la capitale gastronomique de la Vallée.

Que voir dans les environs de Cuzco

Sacsayhuaman sera bien sûr le premier site archéologique à découvrir de cette vallée. Visible depuis le centre de Cuzco, la citadelle est impressionnante et vous offrira une vue magnifique sur la Ville Impériale.

Kenko et ses galeries creusées dans la roche mérite le détour même si le site n'a pas le charme des autres vestiges incas ou pré-incaïques de la région.

Très proches de Cuzco, les sites de Tambomachay (les Bains de l'Inca) ou Puca Pucara ne manquent pas d'intérêt non plus et on pourra les visiter lors d'une même excursion qui vous amènera jusqu'à Pikillacta et Rumicolca en faisant un détour pour découvrir le site de Tipón.

On poursuivra encore pendant quelques kilomètres son chemin sur la route de Puno pour arriver à Andahuaylillas où l'on visitera l'église San Pedro considérée par certains comme la Chapelle Sixtine du Pérou.

Au nord-est de Cuzco, très facilement accessible par la route, se trouve Pisac, une cité magnifique avec son marché dominical, et son site archéologique de toute beauté.


Principales attractions de la vallée de Cuzco


Sacsayhuaman

Sacsayhuaman : La forteresse qui protégeait la ville de Cuzco est une des constructions les plus étonnantes de la Vallée. Ce qui frappe le plus en arrivant à Sacsayhuamán, c'est la masse imposante des pierres qui composent la citadelle. Des roches énormes taillées et ajustées avec une extrême précision, sans doute une des œuvres architecturales les pus remarquables du Tahauantinsuyo, l'Empire des quatre provinces des Incas.
Son nom veut dire "faucon satisfait", car cet oiseau veillait sur la capitale de l'empire. La citadelle fut construite sur une colline qui domine la ville par Pachacutec, puis par Tupac Yupanqui, Huayna Capac lui donnant la touche finale. Sa construction dura 70 ans et nécessita le travail de plus de 20 000 hommes pour amener les pierres des carrières situées à 20 kilomètres de Cuzco, les tailler et les assembler. Ses murailles externes s'élèvent à plus de 9 mètres de hauteur et certains de ses blocs pèsent plus de 350 tonnes.
Sacsayhuamán se trouve à 3 600 mètres d'altitude, à environ 2 kilomètres de la Plaza de Armas de Cuzco. L'apparence de la forteresse était tout autre avant l'arrivée des conquistadors car ceux-ci s'en sont servis pour la construction de leurs églises et palais coloniaux.
Tous les 24 juin, on y célèbre l'Intu Raymi, une grande fête en l'honneur du Dieu Soleil.
Depuis Sacsayhuamán, on a une vue extraordinaire de la ville de Cuzco et de ses environs. On peut observer également les cimes des montagnes qui entourent la capitale Inca, des lieux habités par les Apus, des esprits puissants craints par les quechuas.


Kenko

Kenko : Qenko (ou Kenko) est un centre cérémoniel Inca situé à seulement 5 kilomètres de Cuzco. On ne connaît pas le vrai nom de cet ensemble, et ce sont les conquistadors espagnols qui l'ont nommé ainsi. K'enko veut dire labyrinthe en quechua, et c'est en voyant le dédale de galeries et de chambres souterraines de ce centre que l'on comprend cette dénomination.
On sait peu de chose sur Kenko. Les espagnols pensaient que c'était un amphithéâtre en raison de sa forme semi circulaire. Mais on pense qu'il a pu abriter la tombe de l'Empereur Pachacutec. C'est sans doute un lieu de culte très important de la région puisqu'on y vera un Intihuatana, c'est à dire un autel dédié au Soleil et que l'on utilisait pour connaître le moment idéal pour les récoltes ou les semailles.
Mais on peut penser également que Kenko était une immense nécropole. On y a en effet retrouvé une grande quantité de momies à cet endroit. Une chambre souterraine creusée dans la roche a été appelée "Salle des Sacrifices" sans pour autant avoir la certitude que ce genre de rituel y était pratiqué à Qenqo. Certains spécialistes pensent que c'était plutôt un lieu pour embaumer les morts.
On pourra voir une grande pierre taillée de près de deux mètres de hauteur et qui pour certains aurait la forme d'un crapaud. Sur cette roche on distingue encore les reliefs de serpents et de singes, ces derniers étant certainement à l'origine de ce lieu appelé "Temple des singes".


Puca Pucara

Puca Pucara : A 7 kilomètres de Cuzco, en prenant la route qui mène à Pisac, nous nous retrouvons dans une enceinte Inca dont le nom quechua veut dire "forteresse rouge", en raison de la couleur de la roche à la lumière du soleil couchant.
Puca Pucara est une construction militaire, dressée sur une colline sur une des routes d'accès à la capitale. Elle servait de halte à l'Inca quand il se rendait à aux bains de Tambomachay. Des murs imposants protégeaient la forteresse et dominaient les terres environnantes.
A Puca Pucara on pourra voir trois enceintes représentant les trois niveaux de la forteresse. Le premier mur a un tracé sinueux qui évite les formations rocheuses et qui abrite six pièces de différentes tailles au nord et une pièce surélevée de forme trapézoïdale à l'ouest à laquelle on accède par un escalier, entourée de deux autres pièces.
Un deuxième mur entoure la surélévation centrale et cette enceinte abrite trois pièces peu courantes dans l'architecture inca puisqu'elles ne sont pas rectangulaires mais trapézoïdales. Un troisième mur entoure le sommet du site mais il n'y a plus de traces des édifices qui avaient été construits à l'époque.


Tambomachay - Les Bains de l'Inca

Tambomachay - Les Bains de l'Inca : Le site de Tambomachay se situe à 8 kilomètres au nord-ouest de Cuzco, et à 1 kilomètre de Puca Pucara, sur la rivière Tambomachay, et occupe une superficie de 437 m², à 3 700 mètres d'altitude. C'étaient les bains préférés de l'Inca, mais aussi un des piliers du système défensif de la Vallée de Cuzco, en raison de l'édification de murs colossaux et de tours qui servaient à des fins défensives et de communication.
Son nom vient du quechua Tampu qui veut dire "logement collectif" et de Mach'ay qui signifie "lieu de repos". Mais Machay peut bien vouloir dire aussi "cavernes", ce qui décrit parfaitement le lieu.
Tambomachay, qui abrite une grande quantité d'espèces animales, était aussi une réserve de chasse de l'Empereur Inca Yupanqui.
Formé d'un ensemble de structures en pierres finement travaillées, des aqueducs amènent les eaux provenant des sources thermales de la montagne voisine. Deux aqueducs artistiquement taillés dans la roche transportent et maintiennent un flux constant d'une eau limpide toute l'année. Le "Baño de la Ñusta" est tres similaire à celui de Ollantataytambo. Si aujourd'hui il se trouve à ciel ouvert, on peut supposer qu'il se trouvait jadis dans une enceinte fermée et couverte. Le plus étrange, c'est que l'on encore pas pu découvrir l'origine de la source qui alimente ces sources. Le bruit de l'eau, la tranquillité du lieu, ainsi que sa situation en retrait et protégée confèrent à Tambomachay une atmosphère particulière.


Pisac

Pisac : Pisac est un centre archéologique important de la Vallée de Cuzco. La cité à la forme d'une perdrix, comme le suggère son nom quechua. Elle se situe à 32 kilomètres de Cuzco, à 2 950 mètres d'altitude.
Le site archéologique se compose de constructions impeccables qui se combinent harmonieusement avec le paysage. Il se trouve sur la colline la plus élevée de la ville, sur un surface sèche et rocailleuse.
Pisac entrait dans un plan de protection de la capitale contre les attaques des Antis, les pires ennemis des Incas. Ce n'était pas seulement une forteresse. C'était une des propriétés de l'Empereur Pachacutec, avec des terrasses, des structures domestiques et cérémonielles, des aqueducs qui acheminaient l'eau pour les cultures.
Les murs de Pisac sont comme à Sacsayhuamán de taille imposante et étonnante. Il existe dans la citadelle des tunnels : un de 16 mètres de long se dirigeant au nord et le second, de 3 mètres, allant vers le sommet de la colline.
Un cimetière a été découvert de l'autre côté du ruisseau Quitamayu. Appelé Tankanamarka (lieu de lancement), il devait contenir plus de 10 000 tombes. Les Incas y enterrés leurs momies avec tous leurs bijoux, ce qui incita les Espagnols à profaner les tombes pour récupérer ces trésors.
Pisac est appelée aussi la Cité des Tours car elle en possède plus de 20, construites tout autour de la ville.
Une statue, la Ñusta Encantada, se trouve sur le chemin qui conduit au mont Ñustayoc. Cette statue représente une femme qui porte une poterie sur son dos, et la légende raconte que c'est Inquill, une princesse Inca qui se marierait seulement avec l'homme qui construirait en une seule nuit un pont sur la rivière Vilcamayo. Asto Rimac releva le défi. Mais Inquill ne devait pas voir les travaux sous peine de se transformer en pierre. Alors que l'aube allait poindre, Asto Rimac avait presque terminait son œuvre, mais Inquill, trop curieuse se retourna pour regarder et fut instantanément changée en statue de pierre.
Au sud-est de la Citadelle se trouve un autre ensemble de pierres rectangulaires disposées en arc de cercle et que l'on nomme Písaca. Ses murs sont considérés comme les plus parfaits du Tahuantinsuyo. Près de l'enceinte, un mirador permet d'observer la vallée et le village actuel de Písac.
L'Intihuatana de Pisac est une des constructions les plus importantes de la Citadelle. Il domine une grande partie de la vallée, et se situe dans ce que l'on pense être le Temple du Soleil de Pisac. L'Autel a la dorme d'un D et il est parfaitement orienté en direction du soleil pendant le solstice d'hiver.

Le village actuel de Pisac offre beaucoup d'attrait pour le touriste. On peut y voir une belle église coloniale, et sa place principale accueille un marché très réputé. Le marché du dimanche est très apprécié par les touristes venus du monde entier. C'est un lieu de rencontre de tous les paysans et artisans de la vallée, venus là pour y offrir leurs tissus, poteries, bijoux en argent, etc… Dès 5h30 du matin, la place se remplit d'hommes et de femmes qui arrivent à pied avec tous leurs produits : oignons, pommes de terre, maïs, fruits de Quillabamba… disposant tout cela sur le sol pour former une véritable mosaïque de couleurs.
Entre eux, les vendeurs s'échangent leurs produits, comme dans les traditions les plus anciennes du troc andin.


Tipón

Tipón : Près du village d'Oropesa connu pour ses boulangeries, le site archéologique de Tipón couvre une superficie de 2 000 hectares à 500 mètre du petit village du même nom. On ne connait pas le nom Quechua de ce site qui devait servir de laboratoire de produits agricoles si on en juge par la grande quantité de terrasses irriguées par un incroyable réseau de canalisations à l'air libre, démontrant le génie hydraulique de leurs constructeurs.
A Tipón on distinguera différents secteurs correspondants à différentes fonctions comme c'est le cas dans la plupart des citadelles incas comme celle du Machu Picchu.
L'enceinte royale comprend de belles pièces entourées de jardins appartenant à la Maison Royale que fit construire l'Inca Viracocha (ou Huiracocha) pour son père Yahuar Huacac. On y verra de belles fontaines et des canalisations où l'eau continue de couler. Depuis la tour ovale située au sud des terrasses on aura une vue magnifique sur l'ensemble des ruines.
Autour de l'Intihuatana on découvrira de beaux édifices avec leurs niches trapézoïdales. Situé sur la zone la plus élevée de Tipón, le secteur de l'Intihuatana offre lui aussi une vue magnifique sur le site archéologique.
Le secteur dit des Enceintes Mineures était réservé aux personnages d'un certain rang mais qui n'appartenaient pas à la noblesse Inca. Les édifices situés à 1 kilomètre de l'Intihuatana sont de moindre qualité même si elles démontrent une certaine importance et solemnité.
Au nord du complexe on découvrira le Mirador de Cuzco qui servait vraisemblablement de poste d'observation grâce à la vue panoramique qu'il offre sur la région. Depuis ce lieu on peut même apercevoir une partie de la ville de Cuzco, d'où son nom.


Pikillacta

Pikillacta : Peu connu des touristes européens qui se contentent bien souvent de visiter Cuzco et le Machu Picchu, le site archéologique de Pikillacta est cependant un des plus beaux de la Vallée Sacrée.
Situé à une trentaine de kilomètres à l'est de Cuzco, le site de Pikillacta (ou Piquillacta) couvre une superficie de 50 hectares près de la Lagune de Huacarpay qui abrite une faune très intéressante et à côté duquel se trouvent les ruines de Kañaracay.
Pikillacta était entre le 6ème et le 9ème siècle un centre administratif important de la culture Huari. Malgré son ancienneté, les vestiges de cette cité sont très impressionnants et démontrent qu'elle fut planifiée avec précison. On a dénombré à Pikillacta plus de 700 édifices dont une grande partie servaient de greniers (colcas). La Cité est traversée par de grandes rues rectilignes et protégée par des murs pouvant atteindre 12 mètres de hauteur. On a découvert également un système de canalisations souterraines qui permettait l'approvisionnement en eau de l'ensemble du site.
Pikillacta se trouvait à un endroit stratégique de la région, contrôlant les vallées du Vilcanota et de Quispicanchis où l'on cultivait surtout le maïs. Le site servait donc vraissemblablement de lieu où étaient conservés les produits agricoles pour être redistribués ensuite aux communautés comme c'était le cas chez les Incas qui se seraient ainsi inspirés du modèle Huari.
Près de Pikillacta, on découvrira aussi le site archéologique de Rumicolca fondé par la civilisation Huari puis occupé par les Incas qui s'en servaient comme poste de contrôle sur la route de Cuzco.


Andahuaylillas

Andahuaylillas : A 45 kilomètres de Cuzco, sur la Route de Puno, on s'arrêtera dans la petite commune d'Andahuaylillas connue pour son église San Pedro considérée par certains historiens et voyageurs comme la "Chapelle Sixtine" du Pérou, voire de l'Amérique.
Il est vrai que les peintures murales de l'intérieur de l'église sont assez impressionnantes, des oeuvres réalisées par des artistes reconnus de l'époque comme Diego Quispe Tito. On y admirera aussi ces autels baroques sculptés dans le bois, des rétables dorés et de belles sculptures. On notera également le style mudéjar du plafond avec ses motifs floraux, ainsi que son baptistère sur lequel est écrit en cinq langues (latin, espagnol, quechua, aymara et puquina) la phrase "Je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, Amen".
Des deux côtés de la porte d'entrée on sera sous le charme des grandes fresques murales représentant deux chemins : l'un plus facile mais menant vers l'enfer, l'autres plus compliqué mais permettant de rejoindre le paradis.
A cette incroyable décoration picturale s'ajoute la partie musicale qui accompagnait les cérémonies grâce à la présence de deux orgues dont on dit qu'ils seraient les plus anciens d'Amérique Latine.
L'église San Pedro d'Andahuaylillas a été construite à partir de 1626 par les jésuites qui la dédièrent à Saint-Pierre. L'architecture extérieure est de style renaissance mais l'intérieur est purement baroque avec une profusion de détails et d'ornements destinnés à provoquer l'admiration des indigènes fraîchement convertis au catholicisme.

Andahuaylillas a fait parler d'elle il n'y a pas très longtemps quand des archéologues ont découvert en 2011 une momie qui ne serait pas humaine. D'une taille de 50 centimètres avec une tête très grande de forme légèrement triangulaire et des cavités orbitales très importantes, cette momie semble assez éloignée de l'apparence des autres momies découvertes au Pérou. Si beaucoup de scientifiques pensent qu'il doit s'agir de la momie d'un enfant diforme, certains considèrent qu'elle serait celle d'un extra-terrestre.


Comment se rendre vers les sites

  • Sacsayhuaman : Bus de la Calle Puputi vers "Valle Sagrado" pour 3 Soles ou à pied par la Cuesta del Almirante et la calle Ataúd (30 minutes).
  • Kenko : On peut s'y rendre à pied depuis Sacsayhuaman qui se trouve à 1 kilomètre sur la route de Pisac, prendre un bus pour 3 Soles depuis le centre de Cuzco ou un taxi.
  • Puca Pucara : Prendre le bus à destination de Pisac pour 3 Soles à partir du Terminal de bus de la calle Tullumayu.
  • Tambomachay : Traverser la route à pied depuis Puca Pucara et on trouvera le chemin qui mène au site de Tambomachay en quelques minutes.
  • Pisac : Prendre le bus depuis le terminal de la calle Tullumayu pour 3,50 soles ou un taxi collectif pour 30 soles par personne.
  • Tipón : Prendre le bus au "Paradero de Urcos" sur la Avenida de la Cultura (3,50 soles) jusqu'au village de Tipón. Des taxis attendent les touristes pour rejoindre le site 4 kilomètres plus loin (environ 5 Soles par personne). On peut rejoindre Tipón directement depuis Cuzco en Taxi pour 30 Soles par personne.
  • Pikillacta : Bus au "Paradero de Urcos" sur la Avenida de la Cultura (3,50 soles) ou taxi depuis n'importe quel endroit de Cuzco (30 Soles).
  • Andahuaylillas : Bus au "Paradero de Urcos" sur la Avenida de la Cultura (3,50 soles) ou taxi depuis n'importe quel endroit de Cuzco (30 Soles).

Location de voiture

Pour voyager à votre rythme et découvrir les sites archéologiques de la région vous pouvez également louer une voiture à Cuzco. Hertz propose par exemple des véhicules à partir de 260 € la semaine ou 32 € la journée dans ses agences situées à l'aéroport de Cuzco ou au 808 de la Avenida el Sol.
Avec Europcar (Calle Saphy 84) le tarif est un peu moins cher (234 € la semaine) pour des prestations assez similaires, mais le tarif à la journée est un peu plus élevé (47 €).


Agences de voyages

Pour visiter ces sites vous pouvez aussi choisir une agence de voyage locale à Cuzco qui vous proposera un circuit qui pourra être réalisée dans la journée.
Les agences de voyages sont nombreuses et vous n'aurez que l'embarras du choix. Faites jouer la concurrence et choisissez celle qui vous semble la mieux adaptée au circuit que vous souhaitez réaliser.


Exemples d'agences de voyages
  • Apu Salkantay : Vallée Sacrée (Pisac, Ollantaytambo et Chinchero) pour 48 US$
  • IntiPakarina : Vallée Sacrée (Pisac, Urubamba, Ollantaytambo et Chinchero) pour 32 US$
  • IntiPakarina : Valle Sur (Tipón, Pikillacta et Andahuaylillas) pour 22 US$
  • Amaranta Adventures : Vallée Sacrée des Incas (Pisac, Ollantaytambo et Chinchero) pour 90 US$, Boleto Turístico inclus.
  • Coca Tours : Vallée Sacrée (Pisac, Urubamba, Ollantaytambo et Chinchero) pour 25 US$
  • Coca Tours : Vallée de Cuzco (Qoricancha, Cathédrale, Sacsayhuaman, Qenqo, Puca Pucara et Tambomachay) pour 32 US$
  • Coca Tours : Valle Sur (Tipón, Pikillacta et Andahuaylillas) pour 25 US$

Autres informations utiles

Annonces publicitaires

Plan de Cuzco

Billet d'avion, hôtel, voiture

Suggestion de voyage

Tourisme au Pérou


Retrouvez toute l'actualité du tourisme sur le
Magazine du Tourisme

Vidéo

Photos du Pérou

D'autres articles ou annonces qui pourraient vous intéresser