Americas > Voyages > Voyage-uruguay

Voyage en Uruguay



UruguayAvant la Coupe du Monde de footbal de 2010, peu de monde connaissait l'Uruguay mis à part les croisièristes faisant escale à Punta del Este ou Montevideo, et quelques touristes qui profitaient de leur passage à Buenos Aires, en Argentine, pour franchir le Río de la Plata en ferry afin de visiter la capitale uruguayenne ou Colonia del Sacramento.

Mais lors de cette coupe du monde en Afrique du Sud, ce petit pays d'Amérique du Sud se qualifie pour les demi-finales, battu seulement 2 buts contre 3 par les Pays-Bas. Le capitaine de l'équipe d'Uruguay Diego Forlan est élu meilleur joueur et va servir d'ambassadeur pour faire la promotion touristique de son pays.

Les résultats ne se font pas attendre car en 2009 l'Uruguay attirait 2,1 millions de touristes étrangers, chiffre qui grimpa à 2,4 millions en 2010, puis près de 3 millions en 2011, pour se stabiliser la 2,8 millions ces dernières années... pas mal pour un pays comptant à peine 3,3 millions d'habitants.

Si les principales destinations restent Montevideo, la très select Punta del Este, Colonia del Sacramento, Piriapolis et les plages de Rocha ou Maldonado, découvrant une faune marine abondante comme les baleines, les tortues marines ou les lions de mer, certains touristes commencent à s'intéresser aux charmes naturels de l'intérieur du pays comme ses rivières telles que le Río Negro, le Río Santa Lucía ou le Río Uruguay, ses lagunes, ses stations thermales, et sa vie rurale avec des gauchos très ressemblants à ceux que l'on peut encore voir en Argentine.

Si la plupart des touristes qui se rendent en Uruguay sont surtout argentins ou brésiliens, les européens sont de plus en plus nombreux à vouloir découvrir cette destination qui nous propose avant tout un "pays naturel".

Uruguay : informations utiles

- Superficie : 176 215 km²
- Capitale : Montevideo
- Monnaie : Peso uruguayen (1 € = 35.5827 Peso uruguayen)
- Décalage horaire : -4 heures en hiver et -5 heures en été par rapport à Paris
- Horloge Parlante
- Santé : Pas de vaccination obligatoire, mais les vaccins contre l’hépatite A et B, la typhoïde, le tétanos, la diphtérie et la poliomyélite sont recommandés. Pensez à vous protéger des moustiques transmetteurs de la dengue en utilisant un répulsif
- Climat : Le climat en Uruguay est tempéré et humide avec des étés très chauds. Les pluies sont en général plus abondantes entre mars et juin et entre octibre et décembre
- Météo : Voir les températures
- Téléphone :
    France > Uruguay : Faire le 00 598 + Numéro du correspondant
    Uruguay > France : Faire le 00 33 + Numéro du correspondant
- Courant : 220 V - Fiches plates de type européen et argentin (fiches plates obliques), prévoyez un adaptateur multiprises
- Formalités : Pas de visa pour les ressortissants de l'Union Européenne qui peuvent rester 90 jours en Uruguay.
- Adresses utiles :
    Ambassade d'Uruguay : 15, rue Le Sueur 75116 Paris - Tel : 01 45 00 81 37
    Ambassade de France : Avenida Uruguay 853CC 290 Montevideo - Tel : +598 21705 0000
- Voyage en Uruguay :
- Réservation de chambres d'hôtel à Montevideo
- Réservation de chambres d'hôtel à Punta del Este
- Réservation de chambres d'hôtel à Colonia del Sacramento
- Réservation de billet d'avion à Uruguay
- Réservation de séjours et circuits au Uruguay


Voyages en Uruguay

Billet d'avionBillets d'avion en Uruguay

Uruguay : Informations touristiques

Que voir et que faire en Uruguay ?

Nous vous proposons ci-dessous les attractions touristiques les plus importantes de ce pays que vous découvrirez dans les villes et les régions que nous vous recommandons de visiter lors de votre prochain voyage en Uruguay. Pour chacun des lieux présentés dans cette liste vous découvrirez une présentation plus détaillée avec des renseignements pratiques pour tout savoir comment y aller, trouver un hébergement et surtout ne pas manquer les plus belles choses à voir.



Montevideo

Montevideo

C'est en 1723 que fut fondée Montevideo par Bruno Mauricio de Zabala, Gouverneur du Río de la Plata, dans le but de déloger les portugais qui représentaient une menace pour Buenos Aires après avoir installés plusieurs garnisons sur les côtes du Río de la Plata. Rapidement, le port de Montevideo fut le plus important de la Vice-Royauté du Río de la Plata. En 1807, Montevideo fut occupée par les troupes britaniques mais fut libérée 6 mois plus tard par les milices argentines et uruguayennes. Cependant, Montevideo resta fidèle à la Couronne espagnole pendant la Révolution de Mai 1810 et fut occupée par les indépendantistes. Annexé par le Brésil, ce n'est qu'en 1828 que l'Uruguay obtint son indépendance et que Montevideo en devint sa capitale.

Aujourd'hui Montevideo et son agglomération abrite près de 2 millions d'habitants, soit près des 2/3 de la population du pays. Avec une très forte densité de population, la ville de Montevideo ne semble pas très attrayante vue dans son ensemble. Mais au milieu de cette multitude d'édifices récents, la capitale uruguayenne cache des trésors architecturaux.

Le Centre Historique de Montevideo s'est développé autour de la baie qui servait de protection au port. C'est d'ailleurs à côté du port que se trouvent la plupart des édifices les plus significatifs de la capitale. La Cathédrale Métropolitaine de Montevido est un de ces édifices, une basilique de style néoclassique dont la construction remonte à 1790 sur l'emplacement d'une église bâtie en 1740. Le Cabildo de Montevideo se trouve en face de la cathédrale, au bord de la Plaza Constitución. Construit en 1812, c'est dans cet édifice que fut signée la première constitution en 1830.

Parmi les édifices et les sites les plus remarquables de Montevideo on découvrira la Plaza Zabala, le Palacio Taranco qui abrite le Musée des Arts Décoratifs, situé juste à côté de l'église San Francisco et du Musée Historique National, et à peu de distance du Musée d'Art Précolombien et Indigène (MAPI).
Du côté du port on ne pourra pas manquer l'édifice imposant de la Banque de la République et en marchant seulement 200 mètres à l'ouest on arrivera au Marché du Port (Mercado del Puerto), un des lieux préférés des touristes et des habitants de Montevideo. On découvrira aussi la Plaza Independencia, le Musée Torres García, le Théâtre Solís, Palacio Salvo inauguré en 1928, un édifice de 95 mètres de hauteur et de 27 étages, la Porte de la Citadelle (Puerta de la Ciudadela), dernier vestige de l'édifice le plus ancien de Montevideo construit en 1741.

Au nord-est du centre historique on découvrira également de belles rues dans le quartier Reus et de l'autre côté de la baie, à l'ouest, on montera au sommet du Cerro de Montevideo qui a donné son nom à la ville et où fut construit le Fort San Miguel. Du sommet de cette colline on aura une superbe vue sur le Río de la Plata et la ville de Montevideo. La villa del Cerro s'étend entre les flancs de la colline et la Baie de Montevideo tandis que la Rambla de Montevideo est une longue avenue de 22 kilomètres qui longe le Río de la Plata et qui est bordée par de nombreuses plages.


Artigas

Artigas

Au nord de l'Uruguay, près de la frontière avec le Brésil, Artigas fut fondé le 12 septembre 1852 sous le nom de "San Eugenio del Cuareim". Ce petit village au bord du Río Cuareim et faisant face à Villa San Juan Bautista, la ville actuelle de Quaraí au Brésil de l'autre côté de la rivière, naquit comme d'autres communes frontalières dans le but de freiner l'avancée du Brésil. C'est en 1915 qu'elle sera renommée Artigas en l'honneur de José Gervasio Artigas qui joua un grand rôle dans la lutte pour l'indépendance de son pays face aux troupes espagnoles et brésiliennes.

Aujourd'hui, Artigas est reliée à la commune brésilienne de Quaraí par le Puente Internacional de la Concordia, les deux villes ayant développé de solides relations. L'économie d'Artigas repose sur l'élevage de moutons de race Corriedale, la production de riz grâce à son climat subtropical humide, et l'extraction de pierres semi-précieuses comme l'agate et l'améthyste.
Ayant ouvert de nombreuses boutiques libre de taxes, Artigas reçoit beaucoup de visiteurs brésiliens. La ville est agréable et on prendra plaisir à se promener sur le Paseo 7 de Setiembre le long du Río Cuareim, un site très bien aménagé avec son lac artificiel, sa plage, son camping, ses aires sportives et sa piste cyclable.

La Plaza Artigas est une des plus importante de la ville, bordée par l'édifice du Commissariat de Police et l'église San Eugenio.
La Plaza Batlle est la plus grande place d'Artigas et sans doute de l'Uruguay. On y verra plusieurs monuments dont l'obélisque et c'est sur cette place que débute chaque année le Carnaval d'Artigas.
Le Marché Municipal fait aussi partie des édifices les plus notables d'Artigas, et on nemnquera pas non plus l'arbre Ibirapita se trouvant face à station principale de bus d'Artigas qui revêt beaucoup d'importance pour les habitants de la ville.

A quelques kilomètres d'Artigas on pourra visiter les principaux gisements d'agate et d'améthyste de la région du río Catalán à partir du 18ème siècle, la Piedra Pintada au milieu d'un complexe touristique comptant un parc zoologique, plusieurs piscines et un terrain de camping.
Dans les alentours on se rendra jusqu'à Rivera près de la frontière du Brésil, on visitera aussi la ville de Tacuarembó où est organisée la Fête de la Patrie Gaucha, ainsi que Valle Edén située à 23 kilomètres de Tacuarembó, commune où serait né le célèbre chanteur de tango Carlos Gardel serait né.


Colonia

Colonia

Colonia del Sacramento est avec Montevideo et Punta del Este une des principales destinations touristiques de l'Uruguay. Accessible en ferry depuis Buenos Aires, cette petite ville de 26 000 habitants a été classée au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'Unesco en raison de la qualité de son architecture mêlant les styles espagnols et portugais.
Fondée en 1680 par le portugais Manuel de Lobo sous le nom de "Nova Colônia do Santíssimo Sacramento", c'est la ville la plus ancienne construite par des européens en Uruguay. Rapidement, la cité fut convoitée par les espagnols qui, se basant sur le Traité de Tordesillas, considéraient qu'elle appartenait au territoire du Río de la Plata. Située en face de Buenos Aires, la ville se fortifia et un port fut construit pour favoriser les échanges commerciaux entre Rio de Janeiro et la capitale de la Vice-Royauté du Río de la Plata. Mais les espagnols organisèrent une expédition militaire et Colonia fut attaquée l'année même de sa fondation. Pendant plusieurs années Colonia fut le théâtre de confrontations entre portugais et espagnols jusqu'au Traité de Madrid en 1750 qui accorda la cité à ces derniers en échange des missions jésuites de "Los Siete Pueblos de las Misiones" situées au Brésil aujourd'hui. Mais le Traité de Madrid ne mit pas fin aux prétentions des portugais qui reprirent la ville en 1762 avant qu'elle ne retombe entre les mains des espagnols en 1777.

Le Centre Historique de Colonia s'étend sur 12 hectares et a conservé quelques rues et édifices de l'époque coloniale. Une de ses rues les plus connues est la Calle de los Suspiros qui a servi de décor à plusieurs films dont le film argentin "De eso no se habla" avec Marcello Mastroianni. La restauration du centre historique est récente puisque les travaux n'ont commencé qu'en 1972, mais le résultat en vaut la peine puisque des centaines de milliers de touristes le visite chaque année.
De part est d'autre du Centre Historique de Colonia on pourra prendre du bon temps sur l'une des différentes plages de la ville comme Playa Honda, Playa del Rowing, Playa Ferrando, la Playa Municipal, la Playa Real de San Carlos ou la Playa Los Verdes.

A 98 kilomètres au nord-ouest de Colonia on rejoindra la petite commune de Nueva Palmira sur la rive est du fleuve Uruguay, une ville fondée en 1758 et qui est très appréciée des uruguayens pour ses plages le long du cours d'eau qui a donné son nom au pays. Située au sud du confluent entre le Parana et l'Uruguay, Nueva Palmira dispose d'un port commercial important, le deuxième après celui de Montevideo en ce qui concerne le transport de marchandises.
A 10 kilomètres au sud de Nueva Palmira, Puerto Camacho est un port de plaisance qui vous permettra de rejoindre Isla Juncal, une des plus grandes îles du Río de la Plata et où se déroula la plus grande bataille navale lors de la Guerre du Brésil les 8 et 9 février 1827.


Paysandú

Paysandú

Située au bord du Río Uruguay délimitant la frontière avec l'Argentine et reliée à la ville de Colón par le pont international Général Artigas, Paysandú aurait été fondée en 1772 par Pay Sandú (Frère Sandú), un jésuite qui y créa une mission. Cependant, l'origine de Paysandú reste encore confuse de nos jours et ce n'est qu'en 1810 que la planification du village fut demandée à Benito Chain. Une usine pour le salage de la viande s'y installa et on y construisit un port, favorisant le développement de Paysandú qui est aujourd'hui une des villes où le niveau de pauvreté est un des plus bas du pays et où la violence est pratiquement inexistante.
Paysandú est donc une ville très agréable avec ses places ombragées, ses rues bordées de palmiers, sa plage au bord du Río Uruguay et son port qui permettra aux touristes de découvrir les îles les plus proches.

Quelques édifices attireront l'attention des visiteurs comme l'intérieur du Théâtre Florencio Sanchez inauguré en 1876, l'Edifice des Douanes datant de 1915, le Commissariat de Police construit en 1860 ou le Vieux Cimetière connu sous le nom de "Monumento a Perpetuidad" et où l'on verra des mausolées et des panthéons ornés de magnifiques sculptures.
Mais c'est surtout pendant ses fêtes que Paysandú s'anime et reçoit de nombreux visiteurs venus de tout le pays mais aussi d'Argentine.
Le Carnaval de Paysandú est lui aussi un événement très attendu par les habitants de la ville qui attendent à cette occasion de nombreux visiteurs.
Le troisième événement d'importance à Paysandú c'est la Fête de la ville qui se déroule le 8 juin, date rappelant la déclaration de la cité en tant que ville le 8 juin 1863. Pendant quatre jours la population et les touristes pourront assister à des défilés de gauchos, des spectacles culturels et sportifs.

A 18 kilomètres de Paysandú, en empruntant le Pont International Général Artigas, on pourra également visiter Colón en Argentine, une ville connue également pour ses thermes et ses magnifiques paysages sur le Río Uruguay, notamment depuis le mirador qu Parque Quirós.
Dans les alentours de Paysandú on pourra également profiter de plusieurs stations thermales recommandées pour les vertus thérapeutiques de leurs eaux. Les Thermes d'Almirón sont situés à 80 kilomètres à l'est de Paysandú, ou les Thermes du Guaviyú offrant un décor de rêve entre les palmiers yatay.


Punta del Este

Punta del Este

Connue comme une des stations balnéaires les plus glamour et luxueuses d'Amérique du Sud, Punta del Este se situe sur la pointe la plus au sud de l'Uruguay, entre le Río de la Plata et l'Océan Atlantique.
C'est en 1516 que le navigateur espagnol Juan Díaz de Solís découvrit la petite péninsule en la nommant "Puerto de Nuestra Señora de la Candelaria" (Port de Notre-Dame de la Chandeleur), mais ce n'est qu'en 1765 qu'on y installa un petit fortin du nom de San Fernando. En 1829, le maire de la ville voisine de Maldonado baptisa les lieux "Villa Ituzaingó" en hommage à la victoire des indépendantistes contre le Brésil deux ans plus tôt. En 1889 Pedro Risso y construisit le premier hôtel et peu à peu les habitants du village décidèrent de réaliser une station balnéaire semblable à celle de Biarritz. La commune est connue sous le nom de Punta del Este depuis le 5 juillet 1907 et c'est en 1909 que commença la construction de son église. En 1924, Punta del Este se renfoça comme destination touristique avec la construction de l'Hôtel San Rafael de Punta del Este.

Aujourd'hui Punta del Este est une station balnéaire très animée, surtout en été quand les touristes argentins, brésiliens et uruguayens prennent d'assaut ses plages. Lieu de vacances de la jet set internationale, beaucoup espèrent pouvoir rencontrer leurs idoles sur une de ses plages, dans les discothèques, les restaurants ou les bars branchés de Punta del Este.

Les principales plages de Punta del Este sont celles de "La Mansa" sur le côté ouest de la péninsule, "La Brava" et "El Emir" sur le côté est. C'est sur La Brava que l'on découvrira la sculpture réalisée par l'artiste chilien Mario Irarrázabal en 1982, une sculpture représentant des doigts d'une main émergeant du sable et baptisée de plusieurs noms comme "La Mano de Punta del Este".
On trouvera d'autres plages de part et d'autres de la péninsule comme Playa Las Delicias et Playa Pinares à l'ouest, ou La Barra à l'embouchure du río Maldonado.
Les touristes pourront parcourir la Rambla très animée qui relie Punta del Este à Maldonado, la Avenida Gorlero bordée de palmiers avec ses casinos, ses théâtres, ses cinémas, ses galeries d'art, ses boutiques et surtout de nombreux restaurants, bars et boîtes de nuit, la zone du port et ses pubs, le Phare de Punta del Este et l'église de la Candelaria.

Aux alentours de Punta del Este on rejoindra Isla Gorriti située à seulement 2 kilomètres des côtes, Isla de Lobos avec son phare de 59 mètres de hauteur et surtout, ses colonies de lions de mer qui y ont trouvé refuge, une colonie pouvant atteindre jusqu'à 250 000 individus.
On ne manquera pas de visiter Casapueblo situé à Punta Ballena, à 13 kilomètres à l'ouest de Punta del Este, une oeuvre incroyable réalisée par l'artiste uruguayen Carlos Páez Vilaró, et sa baie abritant les plages de Playa Pinares, Playa Las Delicias et Playa Mansa.
Les amateurs de bronzage intégral se sentiront à l'aise sur Playa Chihuahua située à 6 kilomètres à l'ouest de Punta Ballena, une plage naturiste de 2 kilomètres de longueur près du ruisseau El Potrero.
A l'est de Punta del Este on rejoindra l'ancien village de pêcheurs de La Barra situé à 14 kilomètres, son pont ondulé réalisé par Leonel Vieraet à l'est de La Barra on pourra se promener autour de la Laguna Blanca bordée de résidences de luxe.


Piriápolis

Piriápolis

C'est en 1890 que Piriápolis fut fondée par Francisco Piria, descendant d'immigrés italiens et homme d'affaires talentueux. Il acheta 2 700 hectares de terrains entre la colline Pan de Azúcar jusqu'à la mer dans le but de créer une station balnéaire qu'il baptisera Piriápolis. Le premier édifice de Piriápolis fut le Château achevé en 1897 et qui lui servit de résidence particulière. Le Château de Piriápolis est l'édifice le plus surprenant de la station balnéaire. De style Renaissance, il est entouré d'un grand parc décoré de fontaines et de sculptures. En 1905, Francisco Piria construisit le premier hôtel de la station balnéaire, l'Hôtel Piriápolis qui abrite aujourd'hui une colonie de vacances. Puis en 1910 il aménagea la Rambla selon le style des grandes avenues de la Côte d'Azur. La cité commença à se développer à partir de 1912 quand Francisco Piria vendit des terrains pour que la bourgeoisie uruguayenne y construise ses villas de vacances. Un an plus tard un train à vapeur reliait le Pan de Azúcar au port de Piriápolis dont la construction sera achevée en 1916. La dernière oeuvre de Francisco Piria fut colossale puisqu'il fit construire un des plus grands hôtels d'Amérique du Sud, l'Argentina Hotel qui fut inauguré le 24 décembre 1930.

Si Punta del Este est la station balnéaire la plus connue de l'Uruguay, Piriápolis ne manquera pas d'étonner les visiteurs qui découvriront des édifices hors du commun dans une cité bâtie de toute pièce pour recevoir l'aristocratie uruguayenne.
Dans les alentours de Piriápolis on visitera le Cerro Pan de Azúcar qui avec ses 389 mètres d'altitude est un des trois sommets les plus élevés du pays, le Cerro San Antonio accessible par le télésiège qui permet d'admirer le paysage depuis le ciel, et le Cerro del Toro culmine à 253 mètres et dont le sommet servait de cimetière aux indiens Charruas.
Près de la station balnéaire Las Flores située à 9 kilomètres à l'ouest de Piriápolis, le Castillo Pittamiglio est une des principales attractions de la région.


Rocha

Rocha

A 30 kilomètres des côtes de l'Océan Atlantique, la capitale du Département de Rocha fut fondée en 1793 sous le nom de "Nuestra Señora de los Remedios de Rocha". Mais ce n'est qu'en 1880 que le Département de Rocha fut créé alors qu'il faisait partie jusque là du Département de Maldonado. Situé au sud-ouest du Brésil, le Département de Rocha possède 170 kilomètres de côtes offrant de longues plages de sable blanc beaucoup moins fréquentées que celles de Punta del Este, Piriápolis ou Montevideo. Les touristes qui choisiront Rocha comme destination se retrouveront en contact direct avec la nature, découvrant de magnifiques dunes balayées par les vents, des marais déclarés Réserve de la Biosphère par L'Unesco, observant le passage des baleines, des orques et des dauphins, visitant des petits villages de pêcheurs paisibles et authentiques.

Si la ville de Rocha ne présente guère d'intérêt pour les touristes, ceux-ci découvriront des sites surprenants et d'une grande beauté le long des côtes du Département comme La Paloma située à seulement 30 kilomètres de la capitale. A quelques kilomètres à l'ouest de La Paloma on découvrira la Laguna de Rocha, une immense étendue d'eau de 72 km² séparée de l'océan par un fin cordon littoral. Réserve protégée, la Laguna de Rocha enchantera les amateurs d'écotourisme.

Cabo Polonio est une des destinations les plus appréciées des touristes qui souhaitent découvrir les trésors naturels du Département de Rocha. Le village se trouve sur un rocher dont la partie la plus extrème se trouve submergée par les vagues, laissant appraître trois îlots quand la mer se retire. Sur ces îlots des lions de mer bravent les vagues autour du phare de 26 mètres de hauteur.
Au nord de Cabo Polonio on découvrira la station balnéaire de Barra de Valizas entourée par de grandes dunes de sable.
Au nord-ouest de Cabo Polonio se trouve la Laguna de Castillos qui couvre une superficie de 80 km² et qui enchantera les ornithologues en raison de la grande quantité d'oiseaux qui y ont trouvé refuge.
A 65 kilomètres da Cabo Polonio et à moins de 45 kilomètres de la frontière du Brésil, Punta del Diablo est un village de pêcheurs qui accueille de plus en plus de touristes nationaux et étrangers qui y découvriront tout ce qu'il faut pour passer un bon séjour au bord de la mer.
Dans le parc national proche de Cabo Polonio se trouve la forteresse de Santa Teresa, et à proximité on rejoindra La Coronilla, une petite station balnéaire qui se trouve au nord du Parc National Santa Teresa.

En poursuivant la route vers le Brésil on atteindra la petite ville de Chuy à la frontière, séparée de la ville brésilienne de Chuí par la "Avenida Internacional". Près de la côte on profitera des plaisir des la plage en se rendant à Barra del Chuy, tandis qu'à 7 kilomètres à l'ouest, on découvrira le Fort San Miguel dans le Parc National du même nom.


Salto

Salto

A 500 kilomètres de Montevideo et à la frontière de l'Argentine, Salto a été fondée en 1756 par José Joaquín de Viana au bord du Río Uruguay, juste en face de la ville de Concordia. Ces deux villes sont reliées au nord par le Pont International Salto Grande qui passe sur le Barrage de Salto Grande alimentant en électricité les deux pays.
Le Centre Historique de Salto possède de nombreux monuments historiques nationaux comme le lieu connu sous le nom de "Sitio del Ayuí" au bord du Río Uruguay et où se termina l'exode du Peuple Oriental mené par Artigas entre octobre et décembre 1811, La Casa del Gobierno connue aussi sous le nom de Palacio Córdoba et qui fut construite en 1860, le Théâtre Larrañaga inauguré en 1882, l'Ateneo qui servait à la fois pour des cérémonies officielles, des conférences ou des concerts, la Cathédrale San Juan Bautista bâtie en 1889 dans un style éclectique, le Gran Hotel Concordía construit au 19ème siècle et transformé en centre culturel, l'Edifice de la Poste réalisé par l'architecte d'origine italienne Juan Veltroni, le Commissariat de Police édifié par Antonio Invernizzi en 1861, Le Marché 18 de Julio datant de 1868 selon un plan de Esteban Queirolo, ou la zone du Port de Salto avec ses quais, ses grues, ses esplanades et l'édifice des Douanes.

On découvrira à Salto de très beaux parcs, de belles places comme la Plaza Artigas ou la Plaza Treinta y Tres bordée par l'église Nuestra Señora del Carmen. Salto est une ville qui possède un grand patrimoine culturel et on pourra y visiter plusieurs musées.
La Calle Uruguay est la plus importante de la ville et c'est là que se concentrent les principaux sites culturels, les restaurants, les bars et les boutiques les plus luxueuses. Au bout de cette artère très animée on se retrouvera sur la Costanera, la promenade qui longe le Río Uruguay.

Salto est connue également pour la qualités des stations thermales qui se trouvent dans la région. La plus proche se trouve à 10 kilomètres au sud-est de Salto, le long du río Dayman, les Thermes de Salto Grande, au bord du lac formé par le Barrage de Salto Grande, ou les Thermes de l'Arapey entourés de magnifiques jardins tropicaux.

En poursuivant la route vers le nord, à 140 kilomètres de Salto, on arrivera à Bella Unión située près de la frontière entre l'Uruguay, l'Argentine et le Brésil. Bella Unión est située et séparée de la ville argentine de Monte Caseros par le Río Uruguay et la ville brésilienne de Barra do Quarai par le Río Quarai. Dans cette ville les touristes profiteront de la plage Los Pinos au bord du Río Uruguay, de l'aire protégée Rincón de Franquía située à la confluence des deux rivières et qui abrite une faune diversifiée.


Annonces publicitaires

Carte de l'Uruguay

Billet d'avion, hôtel, voiture

Suggestion de voyage

Tourisme en Uruguay


Retrouvez toute l'actualité du tourisme sur le
Magazine du Tourisme

Vidéo

Photos de l'Uruguay

D'autres articles ou annonces qui pourraient vous intéresser