Americas > Voyages > Villes > San-cristobal

San Cristóbal de Las Casas



San Cristobal de las CasasEn plein coeur des forêts et des montagnes du Chiapas, San Cristóbal de Las Casas est une des plus belles destinations du Mexique en raison de son architecture coloniale mais aussi de la beauté de la région qui l'entoure, des communautés Tzotziles et Tzetzales qui ont su préserver leurs traditions, et de la proximité des sites archéologiques de la civilisation Maya.

Fondée le 31 mars 1528 par le Capitaine Général Diego de Mazariegos y Porres sous le nom de "Villa Real de Chiapa", San Cristóbal de Las Casas fut la capitale de l'Etat du Chiapas jusqu'en 1892, date à laquelle le siège du pouvoir fut transféré à Tuxtla Gutiérrez par la volonté du Gouverneur Emilio Rabasa. Pendant plus de 3 siècles, San Cristóbal de Las Casas profita donc de son rang pour s'embellir avec la construction de nombreux édifices religieux et civils, faisant d'elle une des plus belles villes coloniales du Mexique.

Blottie dans une vallée fertile entourée de montagnes, San Cristóbal de Las Casas attire de nombreux touristes charmés par ses magnifiques églises et ses maisons colorées le long des rues étroites, ses marchés colorés proposant de beaux objets artisanaux, son doux climat qui facilite les balades dans la ville et ses alentours, et l'authenticité des indiens Tzotziles qui maintiennent leur style de vie en dépit de près de 5 siècles de colonisation.

Que voir à San Cristóbal de Las Casas

Parque Central C'est depuis le Zócalo ou Parque Central, la place principale de San Cristóbal de Las Casas connue aussi sous le nom de Plaza 31 de Marzo ou Parque Vicente Espinoza, que l'on commencera la visite de cette ville charmante, découvrant tout autour le Palais du Gouvernement bâti à la fin du 19ème siècle dans un style néoclassique, la magnifique Cathédrale et de belles maisons coloniales abritant le plus souvent des commerces, des hôtels comme le très bel Hotel Ciudad Real Centro Historico, des restaurants et des bars sous les arcades.

Au milieu de cette belle place ombragée on trouvera des bancs sous les arbres pour prendre le temps de regarder les gens s'y promener ou se réunir, et un joli kiosque central servant de bar. Le soir des musiciens s'y installent pour divertir les touristes et les locaux qui se donnent rendez-vous autour de ce kiosque.
Le Zócalo est aussi un lieu très fréquenté par les indigènes Tzotziles, le plus souvent des femmes ou des enfants qui tentent de vendre quelques produits artisanaux aux touristes étrangers.
Au Sud du Palais du Gouvernement, dans la Calle Miguel Hidalgo, on ne manquera pas de jeter un coup d'oeil sur le Centre de Conventions Casa Mazariegos qui fut jadis la maison du fondateur de San Cristóbal de Las Casas. Du côté opposé au Palais du Gouvernement, au début de la Avenida Insurgentes on admirera la façade de la Casa de La Sirena, la maison la plus ancienne de la ville construite en 1529 par Diego de Mazariegos qui la céda à son compagnon Andrés de Tovilla. Cette maison doit son nom à deux surprenantes sculptures sur la façade ressemblant plus à une femme avec une queue de serpent et des ailes de dragon.

Cathédrale de San Cristóbal de Las Casas Construite à partir de 1528 et remodelée au début du 18ème siècle, la Cathédrale de San Cristóbal de Las Casas est un des édifices les plus symboliques de la ville puisque son premier prêtre fut Bartolomé de Las Casas, le défenseur des Indiens.
Sa façade de style baroque très colorée se compose de deux corps avec sur le premier trois portes d'entrée et 7 niches abritant 7 statues dont celles de Saint Pierre et Saint Paul de part et d'autre de l'entrée principale au-dessus de laquelle on distinguera la Vierge.
Sur le second étage, deux autres statues de moines encadrent la fenêtre centrale surmontée d'un médaillon représentant "la Cité de Dieu" de Saint Augustin.
A l'intérieur de l'église on pourra voir de magnifiques rétables de style baroque comme ceux qui se dressent au-dessus de l'Autel des Rois, le rétable de Saint Népomucène et ce lui de la Vierge de l'Assomption, un pupitre datant du 16ème siècle et des peintures réalisées par l'artiste mexicain du 17ème siècle Juan Correa.

Andador Eclesiástico En face de la façade ouest de la Cathédrale, la plus belle de l'édifice, se trouve la Plaza de la Paz, une vaste esplanade avec une grande croix au centre et qui sert également de lieu de réunion et de spectacles.
Au nord-ouest de la Plaza de la Paz, pratiquement à l'angle de la calle 5 de Febrero et la Calle 16 se Septiembre, on entrera dans le Musée Mésoamericain du Jade qui présente dans quatre salles des répliques des objets et bijoux réalisés en jade les plus représentatifs de 8 cultures d'Amérique Centrale. On y verra aussi une belle collection de poteries Olmèques et Mayas, une bibliothèque spécialisée et une boutique vous proposant des objets en jade.

C'est entre la plaza de La Paz et la Cathédrale que passe la principale rue touristique de San Cristóbal, une rue piétonne de plus de 700 mètres de longueur connue sous le nom de "Andador Eclesiástico" et qui permet de découvrir quelques uns des principaux monuments de la ville comme le Théâtre Daniel Zebadúa à l'angle de la Calle Primero de Marzo, passant devant de nombreuses boutiques d'artisanat, des restaurants et des bars en partant de l'Arco del Carmen pour arriver jusqu'au Couvent Santo Domingo.

L'Arco del Carmen fut construit en 1677 dans un style mudéjar et faisait partie du couvent de la Encarnación. Autrefois, cette tour servait à la fois de porte à la cité et de clocher. Pour les religieuses, el Arco del Carmen leur permettait de passer du couvent à l'église del Carmen sans se faire voir, une église construite au 16ème siècle est dédiée à Saint Sébastien Martyr.
Depuis l'Arco del Carmen, les curieuux prendront à gauche la Calle Hermanos Domínguez pour accéder à l'église San Cristobalito érigée à la fin du 18ème siècle au sommet d'une colline appelée "El Cerrito" et qui vous offrira une belle vue sur le centre de San Cristóbal.

église et le Couvent Santo Domingo L'ensemble religieux formé par l'église et le Couvent Santo Domingo est un des hauts lieux touristiques de la ville de San Cristóbal de Las Casas. Construit entre 1547 et 1551 par l'Ordre des Dominicains, c'est un des plus beaux édifices de style baroque et la façade rose de l'église ressemble à un gigantesque rétable surchargé de nombreuses figures ornementales au milieu desquelles on pourra voir les statues de Santa Catalina Martyr au sommet de l'église, Santo Domingo de Guzmán entouré de Santa Catalina de Sienne et Santa Rosa de Lima sur le troisième étage de la façade, Saint Thomas d'Aquin et Saint Vincent Ferrier sur le deuxième corps, Saint Hyacinthe et Saint Pierre Martyr de part et d'autre de la porte d'entrée.
Sa façade est considérée comme une des plus riches en ornementations représentatives du style baroque colonial en Amérique Latine.
Parmi les nombreuses oeuvres d'art que l'on découvrira à l'intérieur de l'église on admirera son magnifique pupitre sculpté dans une seule pièce de chêne, de très beaux tableaux religieux et huit rétables composés d'un nombre très importants de détails et réalisés entre le 16ème et le 18ème siècle. On y verra aussi quelques statues en bois doré et polychrome comme celles représentant la Vierge du Rosaire et la Trés Sainte Trinité.
L'ensemble religieux a subi des dégâts lors d'un séisme en 1902 et l'église fut restaurée une première fois en 1975 et sa façade a fait l'objet d'une restauration complète en 2006.

marché artisanal de Santo Domingo Les cloîtres du couvent Santo Domingo abritent aujourd'hui une coopérative d'artisanat indigène et un Musée d'Histoire Régional, le Museo de los Altos de Chiapas qui présente à la fois l'archéologie de la région et sa colonisation, son évangélisation, la vie de Bartolomé de Las Casas et les costumes traditionnels des indigènes.
Sur un côté du Couvent Santo Domingo on pourra voir l'église de la Caridad (Charité) construite en 1712 par les Juanicos qui y établirent le premier hôpital pour Indiens.

Tout autour du couvent et de l'église Santo Domingo à laquelle on accède par un grand escalier s'est installé un grand marché à l'air libre où les indigènes de la région viennent proposer leurs produits tous les jours de la semaine.
Ce marché artisanal de Santo Domingo est riche en couleurs et ce sera l'occasion pour les touristes d'y faire de bonnes affaires en achetant de superbes nappes très colorées, de très beaux vêtements brodés, des bijoux, des objets réalisés en fibres de cactus ou en osier, des objets de sellerie ou des jouets réalisés par les indiens Tzotziles.

Sur une très charmante place, à moins de 200 mètres du Couvent Santo Domingo et en prenant la Calle Real de Mexicanos puis la Calle 16 de Septiembre, on découvrira une église peu connue des touristes et pourtant très intéressante : l'église de Mexicanos.
Cette église construite en 1904 se différencie des autres par son style gothique et son nom vient du quartier du même nom.
Quand Diego de Mazariegos fonda la Villa Real (la future San Cristóbal de Las Casas), les guerriers Tlaxcaltèques et Mexicas faisaient partie de ses troupes. Pour les récompenser le fondateur de la ville leur octroya deux secteurs de la cité qui forment aujourd'hui les quartiers de Tlaxcala et Mexicanos.

Andador Guadalupano L'Andador Guadalupano est une des rues piétonnes les plus fréquentées de San Cristóbal de Las Casas et propose sur trois cuadras (pâtés de maisons) plus de 100 boutiques, restaurants, bars et commerces en tout genre abrités dans de jolies maisons coloniales très bien restaurées.
A la nuit tombée, quand les commerces ont fermé leurs portes, la rue est envahie par des indiennes Mayas et des hippies occidentaux qui présentent sur le sol leurs créations aux touristes.
L'Andador Guadalupano est un tronçon de la Calle Real de Guadalupe qui a été totalement rénovée à l'occasion du septième Sommet Mondial du Tourisme d'Aventure qui s'est déroulé à San Cristóbal de Las Casas en octobre 2011. Cette rue piétonne commence sur le côté nord-est du Zócalo et ce termine au croisement de la Calle Diego Dugelay.

église de Guadalupe En continuant son chemin, au bout de la Calle Real de Guadalupe on arrivera au pied du grand escalier qui permet d'accéder à l'église de Guadalupe située au sommet du Cerro de Guadalupe et depuis lequel vous aurez une belle vue sur la ville de San Cristóbal de Las Casas.
L'église de Guadalupe fut construite en 1835 au sommet de cette petite colline située à un peu plus d'un kilomètre du Zócalo. Après avoir grimpé les 79 marches de l'escalier bordé d'arbres vous pourrez profiter du panorama puis vous entrerez dans cette belle église d'une seule neuf au fond de laquelle se trouve une peinture de la Vierge de Guadalupe au-dessus du Maître Autel.
La Vierge de Guadalupe est l'image la plus vénérée de San Cristóbal de Las Casas et le 12 décembre se déroule la fête religieuse la plus importante de la ville, fête durant laquelle les fidèles remontent en courant la Calle Real de Guadalupe pour aller rendre hommage à la Vierge.

église de la Merced A 500 mètres à l'ouest du Zócalo, en empruntant la Calle Diego de Mazariegos bordée elle aussi de nombreuses boutiques, on découvrira l'église de la Merced et son ancien couvent.
C'est le premier ensemble religieux composé d'un couvent et d'une église construit à San Cristóbal de Las Casas à l'initiative de quatre religieux de l'Ordre des Mercédaires venu du Guatemala en 1537. L'église fut remodelée dans un style néoclassique pendant la présidence de Porfirio Diaz.
La simplicité de l'architecture démontre le peu d'influence qu'a eu cet ordre religieux dans la région. L'église reste cependant élégante avec ces deux tours entourant une façade sobre devant un grand parvis, et sa sacristie conserve des vestiges de la première église, un arc de style roman soutenu par une colonne décorée de motifs floraux et de reliefs représentant le soleil et la lune.
Le couvent servit de prison après les Lois de Réforme et il abrite aujourd'hui le Musée de l'Ambre du Chiapas. L'ambre est une résine fossile très utilisée par les artisans du Chiapas et ce musée expose plus de 300 pièces sous sa forme brute ou travaillée sous forme de bijoux ou d'oeuvres d'art.

église de Santa Lucía San Cristóbal de Las Casas possèdent de nombreuses autres églises disséminées un peu partout dans la cité et que l'on découvrira en se promenant tranquillement dans les rues de la ville. Parmi les édifices religieux les plus notables on citera l'église San Nicolás située derrière la Cathédrale, à l'angle de la Calle General Utrilla, une église construite entre 1615 et 1621 dans un style mudejar par l'évêque augustin fray Juan de Zapata y Sandoval, un des premiers lieux de culte dédié exclusivement aux indigènes. L'église San Nicolás abrite aujourd'hui le Musée Diocésain que l'on peut visiter uniquement sur réservation.

En parcourant 300 mètres le long de la Avenida Insurgentes depuis le sud du Zócalo on découvrira l'église San Francisco située juste à côté du Mercado de Dulces y Artesanías, une église construite au 18ème siècle sur l'emplacement du couvent fondé par les moines Franciscains entre 1577 et 1586.

En continuant son chemin le long de la Avenida Insurgentes jusqu'à la Calle Doctor Ramón Corona, on pourra voir la belle église de Santa Lucía, un édifice de style néoclassique construit entre 1884 et 1892 et qui attire le regard avec sa belle façade blanche mise en valeur par ses colonnes peintes en bleu ciel.
A l'intérieur de l'église Santa Lucía on admirera le rétable du Maître Autel, une oeuvre d'art de style néogothique avec des éléments néoclassiques et Art Nouveau.

Mercado de Dulces y Artesanías San Cristóbal de las Casas ne manque pas de boutiques où vous pourrez acheter des souvenirs de la région, que ce soit sur le marché entourant le Couvent Santo Domingo, le long des rues piétonnes ou tout simplement en se laissant aborder par les femmes et les enfants Mayas qui tentent de vendre quelque chose aux touristes.
Le Mercado de Dulces y Artesanías, situé à 300 mètres au sud du Zócalo sur la Avenida Insurgentes, est un marché qui enchantera sûrement les touristes à la recherche de produits typiques du Chiapas. On y trouvera comme son nom l'indique toutes les douceurs de la région confectionnées avec les nombreux fruits qui poussent dans la région, le fameux Pain des morts (Pan de muerto) que l'on prépare spécialement pour le Jour des Morts au Mexique, des empanadas au fromage et toute une variété de gâteaux.
Mais les confiseries et autres produits alimentaires ne sont pas les seules attractions de ce marché situé dans un quartier très agréable de la ville; on y trouvera aussi de nombreux objets artisanaux réalisés par les artisans installés dans ce marché, vêtements traditionnels, colliers, bracelets, jouets en bois ou tissés, objets divers en cuirs... une véritable caverne d'Ali Baba.

Musée Na Bolom A un peu plus d'un kilomètre au nord-est du Zócalo et proche de la Universidad Autónoma de Chiapas, le Musée Na Bolom occupe un bel édifice de style néoclassique construit en 1891 et qui servait de séminaire. Habité ensuite par l'archéologue Danois Frans Blom et son épouse, l'anthropologue et photographe Suisse Gertrude Duby, cet édifice devint alors en 1950 le siège de la Fondation Na Bolom ("La Maison du Jaguar" dans la langue Tzotzil), faisant état de la situation des Indiens Lacandons et des graves préjudices qu'avaient subi la forêt du Chiapas. Frans Blom et Gertrude Duby consacrèrent alors toute leur vie à la protection du peuple Lacandon et de la forêt ainsi que la préservation du patrimoine culturel des différentes ethnies Mayas du Chiapas.

Le Musée Na Bolom présente une belle collection de pièces provenant des cultures précolombiennes mais aussi de l'art colonial, des vêtements et des pièces textiles réalisés par les tribus indigènes du Chiapas et de nombreuses photos prises par Gertrude Duby.
On ne manquera pas non plus d'y visiter la Bibliothèque Fray Bartolomé de las Casas qui conserve 11 000 ouvrages, 70 000 photos, plus de 1 000 cartes et un certain nombre de documents d'archive.
Le Musée possède aussi un jardin, le "Jardín Vivero de Na Bolom" où l'on peut apprécier toute la richesse de la flore du Haut Chiapas.
L'édifice abrite également l'Hôtel Na Bolom considéré comme un des plus beaux de la ville de San Cristóbal avec ses chambres qui servaient jadis à recevoir les hôtes de Frans Blom et Gertrude Duby.


Que voir aux alentours de San Cristóbal de Las Casas


San Cristóbal de Las Casas est le camp de base idéal pour découvrir une région aussi fascinante que le Chiapas. Petits villages indigènes, villes coloniales, sites archéologiques de la civilisation Maya et de merveilleux sites naturels vous attendent dans une des plus belles régions du Mexique, des excursions que vous pourrez faire en empruntant les bus locaux, en s'adressant aux nombreuses agences de voyages de San Cristóbal, ou en louant une voiture pour organiser vos visites avec plus de liberté.

San Juan Chamula A moins de 9 kilomètres au nord-ouest de San Cristóbal de Las Casas, le village de San Juan Chamula est un des plus visités par les touristes qui souhaitent découvrir les traditions de la communauté Tzotzil, notamment à l'intérieur de l'église San Juan Bautista où se mélangent les cultes indigène et chrétien.
Cette petite église très sobre ne possède pas de bancs et les fidèles s'agenouillent pour prier au milieu d'une atmosphère mystique très particulière avec cette odeur très forte d'encens et de myrrhe. Le sol est jonché de bougies de toutes les couleurs et les statues des saints portent autour du cou des colliers de fruits et de miroirs, ces derniers servant à réveler la méchanceté. Les chamans font des offrandes aux saints sous la forme de boissons comme le "Poch", un alcool de maïs très fort, et parfois font le sacrifice d'une poule. Ces chamans réalisent aussi des rituels destinés à soigner une personne, lui passant un oeuf béni sur tout le corps et censé extraire le mal du patient.
L'église est surveillée par les "Mayoles", des gardiens reconnaissables à leur casaque de coton blanc et le bâton qu'ils tiennent entre les mains. Ce sont eux qui veillent à ce que les touristes ne prennent pas de photos à l'intérieur de l'église et qu'ils se comportent correctement dans ces lieux pendant que les fidèles réalisent leurs rituels. Pour les indigènes Tzotziles, se faire prendre en photo et très grave car ils pensent qu'on leur vole leur âme. En contrevenant à cette interdiction vous risquez donc de voir votre appareil photo détruit et être amené à la prison de la commune.
Pour pouvoir entrer dans l'église et découvrir cet incroyable syncrétisme religieux, vous devrez payer un droit d'entrée de 10 Pesos à la mairie du village.

Zinacantán A 11 kilomètres au nord-ouest de San Cristóbal de Las Casas et à 8 kilomètres au sud-ouest de San Juan Chamula, le village Tzotzil de Zinacantán a lui aussi beaucoup de succès auprès des touristes qui s'émerveilleront en voyant la beauté des vêtements traditionnels portés par les femmes de cette commune.
Situé dans une vallée rentourée de fleurs de toutes les couleurs, Zinacantán est aussi la porte d'entrée de la Réserve Ecologique Huitepec qui abrite de nombreuses espèces végétales et animales, un lieu où l'on fera de belles randonnées.
Mais c'est surtout l'activité textile des femmes qui charmera le visiteur en découvrant la beauté de ces tissus colorés réalisés à la main. Celles-ci vous inviteront très certainement à les regarder travailler avec leur métier à tisser, vous offrant parfois un petit verre de Posh, un alccol très fort pouvant titrer 75 à 80 degrés.
A Zinacantán vous visiterez également la petite église San Lorenzo, un édifice de style néoclassique devant laquelle se déroulent les fêtes religieuses pendant lesquelles les rituels Mayas se mêlent aux croyances chrétiennes. On y visitera également le Musée Antzetik Tajteklum consacré à la culture Maya, l'église San Sebastián et les nombreuses boutiques d'artisanat.

Chiapa de Corzo A 55 kilomètres à l'ouest de San Cristóbal de Las Casas, en prenant la route qui rejoint Tuxtla Gutierrez, on rejoindra la petite ville de Chiapa de Corzo réputée autant pour son architecture coloniale que pour la danse traditionnelle de Los Parachicos, déclarée en 2009 comme Patrimoine Culturel Immatériel de L'Humanité par l'UNESCO. C'est entre le 8 et le 23 janvier que se déroule la Fiesta Grande de Chiapa pendant laquelle des personnes portant un masque en bois et vêtus de sarapes colorés dansent dans les rues au son des tambours et des flûtes, entrant dans les maisons et les églises abritant des saints pour leur rendre hommage.

Fondée le 1er mar 1528 par Diego de Mazariegos sous le nom de "Villa Real de Chiapa, c'est la ville la plus ancienne du Chiapas et on y découvrira de beaux édifices autour de sa place principale comme l'église Santo Domingo de Guzmán de style mudejar construite en 1554 et l'ancien couvent qui abrite le Musée de la Laque exposant 450 pièces provenant du Mexique mais aussi du Guatemala et d'Asie. Sur la place on y verra un des édifices les plus représentatifs de la ville : la Fontaine de La Pila de forme octogonale construite en briques rouges dans un style mudéjar et qui fait penser à la couronne espagnole.
Parmi les autres édifices à découvrir à Chiapa de Corzo on citera l'église du Calvaire construite au 17ème siècle et remaniée au 19ème siècle dans un style néogothique, l'église San Jacinto dans le quartier du même nom où sont élaborés les masques des Parachicos, l'église du Señor de los Milagros, l'église San Gregorio et les ruines de l'église San Sebastián construite au 17ème siècle au sommet de la colline de San Gregorio qui offre une belle vue sur la ville.
En se dirigeant vers le sud-est, à 1,6 kilomètre de la Plaza de Armas, on découvrira le site archéologique de Chiapa de Corzo connu sous le nom de Soctón Nandalumí et qui démontre que les lieux étaient occupés depuis très longtemps par les civilisations précolombiennes, en particulier par les Zoques qui aurait bâti cette cité dès 700 avant J.C.

Canyon du Sumidero A deux cuadras au sud de la Plaza de Armas, sur le Malecón de Chiapa de Corzo, on trouvera des embarcations qui vous emmèneront sur le Río Grijalva à la découverte d'une des merveilles naturelles du Chiapas : le Canyon du Sumidero.
Sur près de 30 kilomètres jusqu'au barrage Manuel Moreno Torres plus connu sous le nom de barrage Chicoasén, le Río Grivalja coule au fond d'une gorge dont les parois peuvent atteindre 1000 mètres de hauteur formant un des plus beaux canyons de la planète.
On pourra également découvrir le Canyon du Sumidero depuis l'embarcadère du village Cahuaré situé à 7 kilomètres de Chiapa de Corzo, en face de l'île Cahuaré qui se trouve juste avant le pont qui permet de passer d'une rive à l'autre du Río Givalja.
Pour apprécier la beauté de ce canyon sous un autre angle, c'est par la route qu'on arrivera jusqu'aux miradors permettant de voir le Río Grivalja couler au fond de ces gorges impressionnantes. C'est au départ de Tuxtla Gutiérrez, la capitale de l'Etat du Chiapas, que l'on prendra cette route vers le Parc National du Cañón del Sumidero pour atteindre les cinq miradors. En vous promenant dans le parc vous pourrez observer de nombreux oiseaux survolant le canyon, des singes araignées dans les branches des arbres, des tamanoirs, et près des zones humides des crocodiles et des caïmans; mais les félins comme le jaguar ont préféré fuir la présence humaine et se sont déplacés vers des lieux moins fréquentés.

Comitán de Domínguez A 90 kilomètres au sud-est de San Cristóbal de Las Casas, sur la route menant à Ciudad Cuauhtémoc et la frontière du Guatemala, la ville de Comitán de Domínguez offre un éventail d'édifices de tous les styles, du néoclassique au baroque en passant par le néogothique et l'Art Nouveau.
Fondée le 29 juillet 1556 par des frères Dominicains, Comitán fut édifiée sur les vestiges de la cité Maya de Balún Canán. Elle conserve de beaux édifices de la période coloniale et de l'époque républicaine, ce qui lui a valu d'être classée parmi les "Pueblos Mágicos" du Mexique.
A 400 mètres au nord-est du Parque Central se dresse sur une belle petite place l'église de Caralampio construite en 1852 dans le quartier Caralampio, le plus ancien de Comitán. C'est là que se déroule une des fêtes les plus populaires de la ville, la fête de San Caralampio entre le 11 et le 20 février.
Autour de la très élégante Plaza Mayor (le Parque Central), se dressent l'église Santo Domingo dont la construction commença dès la fondation de la ville, le Centre Culturel Rosario Castellanos, le Palais municipal avec ses arcades, le Théâtre Junchavín avec sa façade néoclassique, et de nombreuses petites maisons de style colonial abritant des boutiques, des restaurants et des bars.
En se promenant dans les rues du centre historique de Comitán on découvrira de nombreuses autres églises, de belles demeures comme la Casa Museo Doctor Belisario Domínguez, et des musées très intéressants comme le Musée Archeologique présentant une collection de pièces provenant des sites archéologiques proches de la ville comme ceux de Chinkultic, Tenam Puente ou Lagartero.

Tenam Puente A 15 kilomètres au sud de Comitán, en prenant la route qui conduit à Ciudad Cuauhtémoc, on visitera le site archéologique de Tenam Puente qui fut exploré en 1928 par l'archéologue Frans Blom.
Tenam Puente, la Forterresse (Tenamitl) dans la langue nahuatl, est située sur une colline où ont été aménagées des terrases pour bâtir les édifices de la cité Maya entre 300 et 1200. Contemporaine de Chichen Itzá à l'époque de la splendeur des Toltèques, Tenam Puente est une cité qui a survécu alors que les autres cités Mayas de Palenque et Yaxchilán furent abandonnées à la fin du 9ème siècle, sans doute en raison de ses relations commerciales avec le Golfe du Mexique comme l'atteste la découverte de coquillages et autres produits venant de la mer.
En raison de sa situation sur une colline, le site archéologique de Tenam Puente offre un beau panorama sur la région, notamment du sommet de sa belle pyramde à degrés érigée sur l'Acropole. Le site possède trois Jeux de Balle dont le plus grand mesure 50 mètres sur 29, un nombre étonnant pour un site précolombien de cette région.

El Lagartero En reprenant la route qui mène à Ciudad Cuauhtémoc et en tournant à gauche au croisement Chamic pour continuer jusqu'à l'ejido Cristóbal Colón, on arrivera au site archéologique El Lagartero situé à 70 kilomètres de Comitán.
A côté des très beaux Lacs de Colón qui attirent de nombreux touristes qui viennent profiter des 44 lacs aux diférents tons de bleu près de la frontière du Guatemala, Lagartero est une petite cité Maya qui fut habitée entre 300 et 1400. Ses habitants ont su profiter du milieu aquatique créé par le Río Grivalja dans cette région, aménageant des canaux pour irriger les champs.
La plupart des vestiges du site archéologique de Lagartero se trouvent sur de petits îlots ou des péninsules qui s'avancent dans les eaux des lacs. La partie du site accessible au public se trouve sur l'île El Limonar et on y verra une place entourée de quatre édifices peu élevés puisque le plus haut mesure 12 mètres de hauteur, mais très bien restaurés. Le site dispose également d'un Jeu de Balle, une des structures les plus importantes de toutes les cités Mayas et de la plupart des civilisations mésoaméricaines.

Chinkultic A 46 kilomètres de Comitán, sur la route qui mène aux Lagunes de Montebello, ou à 54 kilomètres de Lagartero en empruntant des petites routes secondaires pour rejoindre Lázaro Cáardenas sur la Route 307, on pourra visiter le site archéologique de Chinkultic qui fut occupé par les Mayas entre 300 et 1250.
La cité de Chinkultic s'est construite en prenant en compte les différences de relief des lieux. l'Ensemble A avec son acropole, appelé aussi le Mirador, est le plus élevé et offre une vision panoramique sur l'ensemble du site. L'ensemble B est formée par une grande place (la Plaza Hundida) entourée de gradins. Sur l'Ensemble C on y verra le traditionnel Jeu de Balle et la Grande Plateforme. Quand au dernier groupe, l'Ensemble D, il est formé par une grande base pyramidale et la Plataforme de las Lajas appelée ainsi en raison des grandes dalles pouvant atteindre 2,26 mètres de longueur.
De nombreuses stèles ont été retrouvées sur le site, permettant de reconstituer l'histoire de Chinkultic et ses relations avec les autres cités Mayas du Chiapas comme Palenque et Toniná. La pièce la plus connue de ce site est le Disque de Chinkultic représentant un joueur de Jeu de Balle sur le point de frapper la pelote de caoutchouc avec une de ses hanches. Ce disque de 56 centièmetres de diamètre est exposé au Musée d'Anthropologie de Mexico.

Parc National Lagunas de Montebello A 146 kilomètres au sud-est de San Cristóbal de Las Casas, à 55 kilomètres de Comitán et à seulement 12 kilomètres du site archéologique de Chinkultic, le Parc National Lagunas de Montebello vous offrira de superbes paysages avec ses lacs aux eaux de différentes couleurs, allant du vert au bleu turquoise.
Le Parc National Lagunas de Montebello est l'endroit idéal pour faire des randonnées au coeur d'une flore exceptionnele en raison de la présence de ses lacs qui permettent le développement d'une grande variété d'arbres et de plantes. Près de ces points d'eau on pourra observer des grenouilles, des crapauds, des salamandres mais aussi des tortues et plusieurs espèces de serpents. Quant aux mammifères, il ne sera pas rare de voir dans la forêt des cerfs de Virgine, des renards à queue blanche, des tamanoirs, des tatous, des tlacuaches et même, avec un peu de chance, des jaguars et des pumas. Parmi les oiseaux les plus abondants dans ce parc on citera les canards sauvages, les ortalis et de magnifiques quetzals, l'oiseau symbole du Guatemala situé juste à côté des Lagunes de Montebello.
Les randonneurs ne sont pas les seules personnes qui pourront apprécier le Parc National Lagunas de Montebello puisqu'il est possible d'y faire du camping et de belles balades en barque ou en kayak sur les eaux des lacs.

Izapa Bien plus au sud, en passant par Tapachula près de la frontière du Guatemala, on ira visiter le site archéologique d'Izapa situé à 350 kilomètres de San Cristóbal de Las Casas et à une quinzaine de kilomètres de Tapachula.
Izapa est une cité très ancienne puisqu'elle fut occupée dès 1500 avant J.C, c'est à dire à l'époque de la la présence des Olmèques dans l'aire mésoaméricaine. Izapa fut pendant longtemps la plus grande cité de la plaine du Pacifique, connaissant son apogée entre le 6ème siècle avant J.C et le 1er de notre ère. Ses habitants faisaient le commerce du cacao et importaient sans doute de l'obsidienne depuis les cités Olmèques de San Lorenzo et La Venta.
A Izapa on découvrira de nombreux monticules et plateformes qui servaient de base jadis à des temples. On estime que la cité possédait plus de 160 édifices dont des pyramides hautes de 20 mètres de hauteur autour des places. On y a retrouvé également de nombreuses pierres gravées, la plupart représentant des scènes religieuses.
L'importance d'Izapa réside dans sa structure architecturale qui révèle l'influence des Olmèques dans l'art des premiers Mayas grâce à la présence d'éléments communs aux deux civilisations sur ce site.

Puerto Arista A 252 kilomètres au sud-ouest de San Cristóbal de Las Casas se trouve la station balnéaire la plus importante de l'Etat du Chiapas sur la côte Pacifique : Puerto Arista.
Ce petit village de pêcheurs situé dans une zone d'estuaires et de lagunes côtières est un des deux seuls ports de l'Etat du Chiapas avec Puerto Chiapas qui se trouve près de Tapachula et la frontière guatémaltèque.
Si la principale activité économique de Puerto Arista est la pêche, le tourisme s'est beaucoup développé ces dernières années grâce aux kilomètres de plages bordées de cocotiers qui attirent de plus en plus de monde, notamment des passionnés de surf en raison de la hauteur parfois impressionnante des vagues.
Petits bungalows sur la plage, palapas qui abritent de petits restaurants où vous seront préparés de délicieux plats de poissons et de fruits de mer, observation des tortues, balades en quad sur la plage, randonnées autour des lagunes comme celle de La Joya qui abritent de nombreux oiseaux et amphibiens, Puerto Arista est une destination attrayante et assez différente de tout ce que vous pourrez voir lors de votre séjour au Chiapas.

Iglesia Vieja près de Tonalá Avant d'arriver à Puerto Arista vous passerez par Tonalá située à 20 kilomètres de votre destination. Cette petite ville dont le nom veut dire "Terre du Soleil" est une des plus anciennes du Chiapas puisque les Franciscains y fondèrent un village en 1529 sous le nom de San Francisco de Tonalá.
Mais Tonalá était peuplée bien longtemps avant l'arrivée des espagnols puisque des peuples d'origine Mixe-Zoque et d'influence Olmèque s'étaient installés dans la région de le 11ème siècle avant J.C.
A Tonalá et dans ses alentours on a recensé plus d'une quinzaine de sites archéologiques comme ceux de La Perseverencia, Tiltepec, Tzuzuculli et Las Ánimas aux influences Olmèques, Los Horcones, Fracción Mujular et La Chincúa aux influences de Teotihuacan, Paredón de culture Mixtèque, Iglesia Vieja, Ocuilapa, San Carlos, Ponteduro, La Polka, Cabeza de Toro et la Ciudad Perdida du Cerro de Bernal, ces dernières cités présentant un mélange de styles architecturaux provenant des cultures Olmèque, Maya, Zapotèque et Mixtèque.
A 6 kilomètres au nord de Tonalá, Iglesia Vieja est le site archéologique le plus important de la région et son origine remonte à l'an 300 avant J.C.
Dans ce vaste complexe de 70 hectares on découvrira des plateformes ayant servi de bases à des pyramides, de longs murs de pierres, des sculptures étranges et des stèles. ce qui différencie Iglesia Vieja des autres sites archéologiques c'est l'utilisation de grands blocs monolithiques de forme rectangulaire. Taillés dans le granit, ces blocs peuvent atteindre deux mètres de longueur et peser plus d'une tonne. cependant, Iglesia Vieja n'est pas la seule cité mégalithique de la région puisqu'on retrouve ce type de construction dans la Ciudad Perdida (la Cité Perdue) située au sommet du Cerro de Bernal à une trentaine de kilomètres à l'est de Tonalá.

Toniná Après San Cristóbal de Las Casas, les touristes qui souhaitent découvrir d'autres merveilles du Chiapas se dirigeront vers le nord-est à destination de Palenque, un site intéressant non seulement pour ses ruines Mayas mais aussi comme camp de base pour découvrir d'autres très beaux lieux au coeur de la forêt tropicale.
Mais avant d'arriver à Palenque on passera par Ocosingo située à 95 kilomètres où fut créée la plus grande Marimba du monde, mesurant 4,19 mètres et possédant 106 touches pour atteindre les 8 octaves.

Mais c'est à 12 kilomètres à l'est d'Ocosingo que les touristes passeront un peu plus de temps pour visiter le site archéologique de Toniná (visite virtuelle). Occupée de façon discontinue entre le 1er et 16ème siècle, Toniná connut son apogée entre le 7ème et le 9ème siècle, notamment quand elle s'imposa face à Palenque en 730. Comme la plupart des cités Mayas de la période classique, Toniná commença a décliner au 9ème siècle avant de renaître grâce à l'arrivée des Toltèques dans la région.
Toniná est connue sous le nom de "lieu des captifs célestes" en raison de nombreuses sculptures représentant des guerriers prisonniers, torturés ou décapités. Il faut dire que les seigneurs de Toniná n'eurent aucune pitié avec les souverains de Palenque dont l'un d'entre eux, Kan-Xul II, fut décapité.
Temples édifiés pour 13 dieux Mayas, des palais pour la noblesse et les prêtres, deux Jeux de Balle, 38 tombes, une Grande Pyramide servant de base à différents temples et palais, le site de Toniná est un des plus bel exemple de l'architecture Maya avec des influences provenant des civilisations Olmèque, de Teotihuacan et Toltèque.

Palenque A 219 kilomètres au nord de San Cristóbal de Las Casas et à 124 kilomètres d'Ocosingo, Palenque est le site archéologique que tous les touristes de passage dans cette région du Mexique rêve de découvrir (visite virtuelle de Palenque). A moins de 8 kilomètres du village de Palenque, le site archéologique est sans doute un des plus beaux du pays avec plus de 200 structures édifiées sur une aire de 16 kilomètres carrés.
Connu également sous le nom de "Lakam Ha" qui veut dire dans la langue Maya "Grandes eaux" en raison la présence de belles cascades comme celles de Misol Há (à 19 kilomètres), Welib Há (à 29 kilomètres) ou de Agua Azul (à 62 kilomètres), des points d'eau bien raffraîchissant en plein coeur de la forêt tropicale non loin du village, Palenque fut occupée entre le 1er siècle avant J.C. et le 9ème siècle. C'est pendant le règne des seigneurs de B'akaal et en particulier durant celui du roi Pakal au 7ème siècle que Palenque atteignit son apogée avant de subir les attaques de Toniná et Calakmul.
Malgré plus de 1000 ans d'abandon et surtout grâce au travail des archéologues, Palenque nous présente aujourd'hui des édifices remarquables comme le célèbre Temple des Inscriptions où on a retrouvé la tombe de Pakal le Grand, le Palais appelé parfois Castillo avec sa tour d'observation, son Jeu de Balle et plusieurs temples décorées de magnifiques reliefs comme le Temple de la Croix Feuillue, le Temple du Soleil, le Temple de la Croix ou le Temple du Comte. Au coeur d'une végétation tropicale luxuriante, le site de Palenque sera certainement un de vos plus beaux souvenirs au Mexique.

Bonampak A 160 kilomètres de Palenque, les courageux et les passionnés d'archéologie se rendront à Bonampak, un site archéologique au coeur de la forêt et dont le nom signifie dans la langue Maya "Murs peints" en raison des magnifiques fresques murales découvertes à l'intérieur de ses temples.
C'est entre 580 et 800 que cette petite cité s'est développée dans la Forêt Lacandone, dépendant de la cité de Yaxchilán située à moins de 30 kilomètres dans le bassin de l'Usumacinta, un fleuve qui sert de frontière entre le Guatemala et le Mexique avant de rejoindre le Río Grijalva pour se jeter dans le Golfe du Mexique, à 70 kilomètres au nord de Villahermosa.
Le site archéologique Maya de Bonampak est petit et fut pendant très longtemps difficilement accessible, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui grâce à la construction de la route le long de la frontière du Guatemala durant les années 1990.
Les fresques que l'on pourra voir à l'intérieur des temples de Bonampak ont été réalisées en 790 et représentent avec beaucoup de réalisme des événements qui se sont passés dans la cité. On y verra des processions de nobles et de prêtres, une bande de musiciens avec des tambours et des trompettes, des scènes de guerre avec leurs prisonniers torturés et prêts au sacrifice, des danseurs portant des masques représentant les divinités Mayas et des seigneurs se perçant la langue avec des épines de cactus pour faire couler leur propre sang en hommage à leurs dieux.
Les touristes qui souhaiteraient éviter ce long voyage vers Bonampak découvriront une très belle reconstitution d'un temple de cette cité dans le Musée National d'Anthropologie de Mexico, ou en faire une visite virtuelle avant de se rendre sur les lieux.

Yaxchilán A moins de 30 kilomètres de Bonampak on découvrira la cité de Yaxchilán au bord de l'Usumacinta. Si les premières traces d'occupation des lieux remontent à l'an 200 avant J.C, c'est entre 300 et 900 que la cité se développa, dominant Bonampak, s'alliant à Piedras Negras et Tikal et s'opposant à Palenque.
Le nom de a cité, "Pierres Vertes" dans la langue Maya, provient des pierres de cette couleur trouvées dans la rivière proche du site, une cité qui commerça même avec des régions plus éloignées si on se réfère à la présence de jade, d'obsidienne et de coquillages marins découverts sur les lieux. Les nombreuses inscriptions sur les monuments de Yaxchilán nous on permis de connaître tous les dirigeants de cette cité entre 359 et 808, Mahk´ina Cráneo III semblant être le dernier souverrain de cette très grande dynastie.
Si le site archéologique de Yaxchilán est loin d'être aussi grandiose que celui de Palenque, la décoration de ses temples et palais est identique à toutes les cités du bassin de l'Usumacinta, c'est à dire avec une finesse des détails incomparable comme on pourra le voir sur des pierres conservées au Musée Ntional d'Anthropologie de Mexico telles que la stèle N°53 ou la représentation de Xok sur une pierre exposée au British Museum de Londres, l'épouse du Roi Escudo Jaguar II, lors d'une cérémonie datée du 28 octobre 709.
Seulement une partie du site a été mis à jour et pendant longtemps le site était pratiquement inaccessible au grand public, jusqu'au jour où la construction de la route longeant la frontière du Guatemala (Route 307) en facilita son accès en rejoignant Fontera Corozal à 171 kilomètres de Palenque, puis en prenant le bateau jusqu'à Yaxchilán.

Parc de La Venta à Villahermosa Palenque se trouvant à proximité de l'Etat voisin du Tabasco, on en profitera pour se rendre à Villahermosa située à 152 kilomètres au nord-est.
La ville fut fondée le 24 juin 1564 par Diego de Quijada et conserve quelques vestiges intéressants de son époque coloniale comme la Calle Narciso Saenz ou la Calle Juárez bordées de maisons colorées dans le Centre Historique, et de beaux édifices de l'époque républicaine comme la Palais du Gouvernement de Tabasco, la Casa de los Azulejos, l'église de la Concepción ou la Cathédrale du Seigneur de Tabasco sur la Plaza de Armas.
Cependant, ce n'est pas sa "beauté" toute relative qui attirera les touristes à Villahermosa mais la présence du Parc de La Venta, un musée à l'air libre au bord de la Laguna de las Ilusiones et qui expose d'impressionnates pièces archéologiques de la civilisation Olmèque. Sur une superficie de près de 7 hectares on y verra des têtes colossales mesurant plus de deux mètres de hauteur, des autels avec des représentations de personnages, des sculptures de jaguar ou de singe, les restes d'une tombe et autres pièces provenant du site archéologique de La Venta situé à 123 kilomètres à l'ouest de Villahermosa.
Proche des côtes du Golfe du Mexique La Venta fut occupée dès 1750 avant J.C. et la cité est considérée comme la capitale de la culture Olmèque, la mère des civilisations mésoaméricaines.



Comment aller à San Cristóbal de Las Casas

Volaris

L'aéroport international Ángel Albino Corzo (ou aéroport de Tuxtla) est situé près des villes de Chiapa de Corzo et de Tuxtla Gutiérrez, à 90 kilomètres de San Cristóbal de Las Casas.
Inauguré en 2006, il reçoit des vols directs en provenance de Mexico (à partir de 64 € l'aller simple avec Volaris, Interjet et Aeromexico proposant également cette ligne), de Guadalajara certains jours avec Volaris (à partir de 94 €), de Monterrey avec Volaris (à partir de 49 €) ou de Tijuana avec Volaris (à partir de 157 €).

D'autres compagnies proposent des vols depuis d'autres villes du Mexique comme Viva Aerobus au départ de Cancún (à partir de 60 €), Aerotucán au départ de Oaxaca, ou Ka'An Air au départ de Palenque, Tapachula ou Villahermosa (à partir de 100 €).

La compagnie Ómnibus Cristóbal Colón propose des navettes entre l'aéroport de Tuxtla et la ville de San Cristóbal de Las Casas (à 09h00, 13h00, 16h00 et 20h30), le prix du billet de bus étant de 210 Pesos et s'achète directement au comptoir Ticketbus dans le hall d'arrivée.
Ceux qui préfèreraient prendre le taxi doivent savoir que les différentes compagnies autorisées dans l'aéroport sont de couleurs bleu, vert, rouge et orange, et que le tarif pour rejoindre San Cristóbal est de 700 pesos pour un maximum de trois passagers.

Mais en général la plupart des touristes arrivent à San Cristóbal de Las Casas en bus, même si les trajets peuvent être assez longs en venant de villes comme Mexico, Puebla, Oaxaca, Veracruz, Acapulco, Cancún ou Mérida. Cependant, les bus de longues distances de première classe sont très confortables et les voyages ne sont jamais pesant.

La Terminal Central de Autobuses de San Cristóbal de Las Casas se trouve le long de la Avenida Insurgentes, au croisement de la Carretera Intenacional (la Route 190 qui relie Ciudad Cuauhtémoc à la frontière du Guatemala à Tuxtla Gutiérrez). Les principales compagnies de transport qui desservent San Cristóbal de Las Casas sont ADO et sa filiale Omnibus Cristobal Colón.

Comment circuler à San Cristóbal de Las Casas

Treansport urbain à San Cristobal de Las CasasC'est bien sûr à pied que l'on se promènera dans les rues du centre historique de San Cristóbal de Las Casas, la ville ayant aménagé plusieurs rues piétonnes pour permettre aux touristes de mieux apprécier ses édifices les plus importants.

Pour les distances les plus longues on pourra compter sur le service de transport public assuré par des minibus qui peuvent manoeuvrer plus facilement dans les rues étroites de la ville. Ces bus circulent de 06h00 à 20h00 et le tarif du billet est de 6 Pesos.

Généralement, les touristes préfèrent utiliser les taxis pour se déplacer à San Cristóbal, les prix étant relativement accessibles puisqu'il faut compter 35 Pesos pour une course à l'intérieur de la ville, 40 Pesos après 23h00.
Pour rejoindre d'autres secteurs en périphérie de la ville les prix seront plus élevés et il conviendra donc de bien demander le tarif au chauffeur avant de monter dans le véhicule.

Au mois de septembre 2014 la ville de San Cristóbal de Las Casas s'est dotée d'un nouveau terminal pour les trajets courts (Terminal de Transporte de Corto Recorrido), regroupant les nombreux bus qui circulent depuis et vers Tuxtla Gutiérrez, Chiapa de Corzo et de nombreuses autres localités de la Région Altos.
Ce nouveau terminal situé à hauteur de Mercaltos, au sud du centre ville et à 1 kilomètre du Terminal de longue distance, devrait permettre une meilleure gestion des lignes suburbaines et éviter la congestion du trafic à San Cristóbal en raison de la dispersion de petits terminaux.


Partir de San Cristóbal de Las Casas


Terminal de San Cristobal de Las Casas

C'est depuis "La Terminal Central de Autobuses de San Cristóbal de Las Casas", qui se trouve le long de la Avenida Insurgentes au croisement de la Carretera Intenacional (la Route 190), que l'on prendra le bus vers les destinations les plus éloignées comme Mexico, Merida ou Cancún.
Les principales compagnies de transport qui partent de San Cristóbal de Las Casas sont ADO et sa filiale Omnibus Cristobal Colón.

En prenant un bus à destination de Ciudad Cuauhtémoc on pourra poursuivre son voyage vers le Guatemala, notamment vers la ville de Huehuetenango depuis laquelle on pourra rejoindre Quetzaltenango, Chichicastenango, Panajachel, Antigua ou Guatemala Ciudad.

Pour les transports à l'intérieur du Chiapas on trouvera différentes compagnies de bus locaux qui vous transporteront à bas prix vers les destinations souhaitées, que ce soient les plus proches comme San Juan Chamula, Zinacantán, Chiapa de Corzo ou Comitán, ou les plus éloignées comme Tonalá, Puerto Arista ou les Lagunes de Montebello.

Pour visiter certains sites comme Bonampak, Yaxchilán, Agua Azul ou le Parc Naturel Montes Azules, il sera préférable de le faire avec des agences de voyages locales ou des combis au départ de Palenque afin de gagner du temps.
Plus économique si vous voyagez à plusieurs et que vous n'avez pas peur de rouler sur les routes du Chiapas, la location d'une voiture est possible à l'aéroport de Tuxtla ou au centre ville de Tuxtla Gutiérrez à partir de 171 € la semaine, kilométrage illimité.


Exemples de tarifs de bus au départ de Puebla


Ville Distance Durée Prix

Cancún 1046 km 18h00 1008 Pesos

Ciudad Cuauhtémoc 170 km 3h10 124 Pesos

Comitán 93 km 1h40 62 Pesos

Frontera Comalapa 186 km 3h40 196 Pesos

Huixtla 295 km 6h45 298 Pesos

Mérida 744 km 12h45 750 Pesos

Mexico 923 km 13h00 1232 Pesos

Oaxaca 623 km 11h40 570 Pesos

Ocosingo 96 km 2h10 72 Pesos

Palenque 219 km 5h00 202 Pesos

Puebla 802 km 11h00 1104 Pesos

Tapachula 332 km 7h30 336 Pesos

Tonalá 232 km 3h40 234 Pesos

Tuxtla Gutiérrez 84 km 1h05 50 Pesos

Veracruz 632 km 8h50 822 Pesos

Villahermosa 281 km 5h15 380 Pesos


Tarifs constatés au mois d'octobre 2014 sur les sites des différentes compagnies de transports indiquées ci-dessus, 1 € = 17 Pesos Mexicains à cette date.

Hôtels à San Cristóbal de Las Casas

Casa del AlmaOn trouvera à San Cristóbal de Las Casas de très nombreux hôtels, la plupart concentrés dans le Centre Historique de la ville, ce qui permettra de mieux profiter de la très bonne ambiance qui y règne et de se passer des moyens de transport pour découvrir tous ses édifices importants et ses belles places.

Il y a à San Cristóbal de Las Casas des hébergements pour tous les budgets, les moins chers étant des auberges de jeunesse et de petites pensions disposant de chambres ou de dortoirs avec salle de bains commune pour quelques euros; mais ne vous attendez pas à beaucoup de confort en choisissant ces établissements. Il est donc préférable de réserver à l'avance si vous souhaitez un minimum de confort ou un hôtel situé dans un bel édifice colonial, d'autant plus que les touristes sont très nombreux à San Cristóbal presque toute l'année.


Petit budget

Puerta Vieja Hostel : A seulement 3 minutes à pied de la Place Principale, on choisira cet hôtel pour son emplacement et sa bonne ambiance même si la salle de bains est commune. Cet établissement dispose d'un jardin, une terrase avec des hamacs, une cuisine commune et une connexion wifi. Ses chambres doubles sont proposées à partir de 25 €, petit déjeuner compris.


Hotel Posada Dominnycos : Près du Couvent Santo Domingo et son marché typique, l'Hotel Posada Dominnycos dispose d'une connexion wifi et d'une terrasse offrant une belle vue sur la ville. Ses chambres doubles sont équipées de la télévision et d'une salle de bains privée, le tout à partir de 16 € seulement.


Budget moyen

Posada La Media Luna : Très bien situé entre l'Andador Turístico et le Mercado de Dulces y Artesanías, la Posada La Media Luna dispose d'un restaurant, d'un patio central, d'un coin salon, d'un service de blanchisserie, d'un bureau d'excursions et propose des chambres doubles équipées d'une connexion wifi, un téléviseur, un bureau et une salle de bains privée, le tout à partir de 44 €.


Casa Margarita : Dans un très bel édifice colonial le long de la rue piétonne Real de Guadalupe, la Casa Margarita dispose d'un bar, d'une connexion wifi, un magnifique patio entouré d'arcades et propose de belles chambres doubles équipées d'un téléviseur, un bureau et une salle de bains privée à partir de 60 €.


Grand Luxe

Casa del Alma Hotel Boutique & Spa : A deux pas de la Plaza de La Paz et des principales attractions de la ville, cet hôtel de grans standing occupe un bel édifice de style colonial et dispose d'une connexion wifi, un restaurant, un bar, un spa avec sauna, une salle de sport et des salons de massages. Ses suites offrent une belle vue sur la ville et sont équipées d'un téléviseur LCD, un bureau, un coin salon, une bouilloire et une belle salle de bains privée, le tout à partir de 129 €.


Hotel Bo : Dans un quartier paisible à moins de 10 minutes à pied du Parc Central, cet établissement de grand standing dispose d'un restaurant raffiné, un bar, une salle de sport et un centre d'affaires. Ses chambres doubles sont équipées d'une connexion wifi, un téléviseur LCD, un bureau et une salle de bains privée, le tout à partir de 148 €.


Pour trouver votre hôtel au meilleur prix nous vous conseillons d'utiliser notre comparateur d'hôtels à San Cristóbal de Las Casas.

Annonces publicitaires

Plan de San Cristóbal de Las Casas

Billet d'avion, hôtel, voiture

Suggestion de voyage

Tourisme au Mexique

* Eruption du Volcan de Colima

Depuis le jeudi 8 décembre le volcan de Colima au Mexique se montre particulièrement actif avec 4 explosions impressionnantes en moins de 12 heures. Suite à [...]
* Nordwind va remplacer Transaero entre la Russie et Cancun

Suite à la faillite de Transaero et aux difficultés financières d’Aeroflot après la chute du rouble, c’est la compagnie Nordwind Airlines qui ass [...]
* Mexico City, Live it to Believe it

L’Office du Tourisme du Mexique a présenté une nouvelle campagne publicitaire pour faire la promotion de la capitale du pays, la ville de Mexico. Cette [...]
* KLM ajoute 2 vols supplémentaires en hiver vers Mexico

La compagnie aérienne KLM va offrir cet hiver 9 vols par semaine entre Amsterdam et Mexico, ajoutant 2 vols le jeudi et le samedi à sa desserte quotidienne. [...]
* Le volcan Popocatépetl inquiète le Mexique

Les autorités mexicaines ont élevé le degré d’alerte face au risque d’éruption du Popocatépetl et l’armée se prépare à évacuer la populatio [...]
* Iberostar Playa Mita, au Mexique

Iberostar va investir 100 millions d’euros dans un nouveau complexe touristique sur la côte Pacifique du Mexique en créant l’Iberostar Playa Mita [...]
* Aeromexico augmente ses fréquences entre Madrid et Mexico

Les voyageurs européens vont disposer de plus de vols pour se rendre à Mexico cet été puisque la compagnie aérienne Aeromexico a décidé d’augmenter ses [...]
* Un vrai tour du monde pour 1400 ?

Les moteurs de réservations de billets d’avion nous réservent parfois de très agréables surprises et en suivant mes indications vous allez pouvoir réal [...]

Vidéo

Photos du Mexique

D'autres articles ou annonces qui pourraient vous intéresser